Identification

Spark, Amy Kathleen Ryan

Ecrit par Alhama Garcia 11.07.13 dans La Une Livres, Le Masque (Lattès), Les Livres, Recensions, Roman, Science-fiction, USA

Spark (Tome 2 Mission Nouvelle Terre), traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Alice Delabre, Editions du Masque, coll. MSK, juin 2013, 389 pages, 17,60 €

Ecrivain(s): Amy Kathleen Ryan Edition: Le Masque (Lattès)

Spark, Amy Kathleen Ryan

 

Un roman du type space-opera a besoin, précisément… d’espace. Nous avons ici le deuxième tome (Glow, en 2012, était le premier) d’une suite dont la fin prouve ce que je viens de dire. Mais, n’ayant pas lu le premier, je peux vous assurer que l’ordre importe peu. Vous serez toujours à temps, en effet, de trouver le premier plus tard ; quant au troisième, hélas, vous devrez sans doute attendre 2014.

Hélas, je dis, car si vous mordez aux dix premières pages, vous risquez de vous coucher tard. Loin de moi l’idée de vous spoiler l’histoire, mais il faut bien que j’en dise deux mots.

A première vue, c’est un roman pour ados, pour jeunes ados qui plus est : alors que les personnages ont entre douze et seize ans, qu’ils sont lâchés à leur propre initiative dans un vaisseau de colonisation, sans adultes en état, vous n’entendrez jamais la moindre allusion au sexe. Et à peine aux sentiments.

Enfin, si, un des moteurs de l’histoire tourne autour de vol d’ovules, ce qui n’est pas très émoustillant, mais autrement plus important que les habituelles niaiseries sentimentales que certains éditeurs se sentent obligés de faire écrire. Bref, si les jeunes n’auront pas en le lisant de vilaines pensées… ils en auront d’autres. Beaucoup plus inconfortables (la question qui me taraude : où sont ces ados liseurs ? Si vous en connaissez, offrez-leur ce roman… mais après l’avoir lu. La collection MSK offre en effet un riche catalogue de romans pour jeunes, ce qui, en toute logique éditoriale offre réponse à la question précédente.)

Le public de destination est en fait beaucoup plus large. Les thèmes abordés sont forts : la mort brutale des adultes, et des parents en particulier ; la religion à la fois comme Prozac et outil de pouvoir, le mensonge d’Etat comme stratégie de domination ; la torture, source de plaisir coupable puis de honte, avilissante mais apparemment nécessaire – sauf qu’elle se révèle en fin de compte totalement contre-productive ; ajoutez les risques mortels d’un aveuglement paranoïaque ; et puis on meurt, on meurt beaucoup dans ce roman, et on se demande comment les héros, non pas « comment », mais « s’ils » vont s’en sortir.

Des histoires de vaisseaux de colonisation, il en est de célèbres, mais en fouillant mes très lointains souvenirs, je n’en ai pas retrouvé plus de six ou sept qui, sur le plan littéraire, aient mérité de survivre. C’est déjà beaucoup. J’ajouterais bien celui-ci à ma liste, à charge de lire les autres tomes. Le développement et l’évolution de ce thème depuis la fin de la dernière guerre mériterait une étude sérieuse, d’autant plus que l’habillage technologique peut se réduire à pas grand-chose, une suite de conventions auxquelles le lecteur ne demande qu’un minimum de cohérence et de discrétion. Le sujet n’est pas le vaisseau, mais les humains qui l’occupent et le projet qu’ils portent.

Il s’agit bien de deux vaisseaux de peuplement voguant de conserve vers une planète à coloniser ; ce deuxième tome expose avec habileté et sens du récit les difficultés que rencontrent des ados passablement immatures (et en même temps tôt vieillis) en essayant d’assurer des tâches pour lesquelles ils ne sont pas préparés.

Il y a du réalisme dans les portraits et de la vraisemblance dans le scénario (et l’on sait à quel point la vraisemblance est le premier critère d’une bonne S.-F. la vraisemblance, et pas l’exactitude). L’évolution de l’histoire ne les mène pas, comme dans les histoires gentilles, à la maturité et à la réalisation de leurs potentiels, mais à la souffrance, au deuil, à la culpabilité, et parce qu’ils sont incomplets, aux mauvais choix. Dure école de la vie !

 

Alhama Garcia

 


  • Vu : 2680

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Amy Kathleen Ryan

 

Amy Kathleen Ryan a grandi dans le Wyoming, ses lectures préférées furent les livres de Madeleine L'Engle, Susan Cooper et Judy Blume. Elle a étudié l'anthropologie à l'Université du Wyoming, puis a obtenu une maîtrise en littérature anglaise à l'Université du Vermont. Elle participe au Programme pour Enfants de la New School of Creative Writing. Glow est son premier livre.

Amy vit dans le Colorado, aux États-Unis.

 

 

A propos du rédacteur

Alhama Garcia

Tous les textes et articles d'Alhama Garcia

Rédacteur

 

Alhama Garcia est né en Espagne en 1944.

La famille s'installe en France en 1952. Etudes universitaires.

A l'initiative d'Aragon, il participe aux Lettres Françaises à partir de 1970. Il publie « La Saison des Cendres » en  1973  aux Editeurs .Français Réunis et collabore à la revue Action Poétique jusqu'en 1975.

Depuis 1975, il vit dans le Massif des Maures.

Une page plus complète sur le site :

fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1814490

En 2012 et 2013, articles de poétique sur la poésie courte japonaise et francophone dans la Revue du Tanka.

En juin 2013, parution aux Editions du Tanka Francophone, (Québec), de TELLURIES, recueil (bilingue) de tanka, bientôt disponible sur les sites de vente par correspondance.