Identification

Sous la coupole spleenétique du ciel (41)

Ecrit par Daniel Leduc 23.05.12 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Sous la coupole spleenétique du ciel (41)

 

L’enfance court dans les ruelles, même à la campagne : elle court dans les ruelles. Ses pas frôlent les pavés, même sur le bitume : ses pas frisent, les pavés.

Et la pluie est un rire suintant sur les corps. La pluie sourd des éclats, secs de l’instant.

Vieux, il y a des billes au fond des poches, qui s’entrechoquent, silencieusement.

Et la nature, laquelle s’ignore, nous prolonge ; dans des guenilles, bondissant par-dessus les rigoles. La mort c’est comme un souvenir – qui n’aurait jamais

émergé.

 

*****

Appuie-toi, là, contre la révolte, contre l’arbre enraciné au plus profond des entrailles, des entailles de la terre ; que te disent les hurlants et rugissants de l’Histoire ; comment te parlent ces contractions des peuples, au ventre même de l’énigme.

Tes mots, faut-il qu’ils s’apaisent, pour peser d’un poids d’équilibre ; qu’ils se mesurent à la confrontation des rythmes, de l’allure à la juste portée.

Ne sois, non ne sois pas éloquent. C’est en étant disert, que l’on se perd dans les dunes. Que les vagues tanguent, comme un chameau, charriant tous les sables.

Afin qu’il reste un grain,

sache attendre une averse.

 

*****

 

La façon de prononcer sa langue, c’est là une réalité fictive, qui nous ajuste à l’allégorie du monde.

Je dis « l’odeur du café » : il est temps de lever la tête vers l’aube.

Je dis « courir les rues » : et le temps nous bouscule.

Je dis « manger un morceau » : laps de temps sur la langue.

Je dis « faire des courses » : galoper contre la marche du temps.

Je dis « fermer les yeux » : le temps se met sur pause.

Oui / le temps repose / sur ce qui / demeure /

croit-on /

dans l’interstice / des mots /

Façon de prononcer :

le monde.

 

Daniel Leduc




  • Vu : 1992

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Daniel Leduc

Rédacteur

Écrivain et poète, Daniel Leduc est né à Paris en 1950.

Il a suivi des études supérieures de cinématographie et a exercé des activités de critique et de chroniqueur littéraire, artistique, musical ou cinématographique.

A son actif s'inscrivent une trentaine d’œuvres publiées dans les domaines de la poésie, de la nouvelle, de la littérature jeunesse. Parmi celles-ci on peut citer L’Homme séculaire (Prix René Lyr), La Respiration du monde, Territoire du poème, Le Livre des Tempêtes, Le Livre des Nomades, Le Livre de l’Ensoleillement, Partage de la Parole, Aux Fils du Temps (nouvelles), Pierre de Lune (jeunesse), L’Homme qui regardait la nuit (jeunesse), Le miroir de l’eau (jeunesse), La terre danse avec toi (jeunesse).

Ses textes, traduits dans une quinzaine de langues, figurent dans de nombreuses anthologies françaises ou étrangères.