Identification

"Souffles" 2. Ecrire avec les deux mains

Ecrit par Amin Zaoui le 08.05.11 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques, Chroniques Ecritures Dossiers, Maghreb


Ecrire de gauche à droite ou de droite à gauche, cela est un jeu extraordinaire. Mais écrire de droite à gauche et de gauche à droite cela est un plaisir. Ecrire avec les deux mains ! Ecrire avec deux langues, plutôt dans deux langues, c’est voler, en toute liberté et en toute énergie et détermination, avec deux grandes ailes dans un vaste ciel qui ne ressemble qu’à lui-même. La première est étendue sur l’orient et l’autre sur l’occident. Ecrire avec deux mains et un cœur comblé de rêves et d’illumination est un jeu d’ombres et de lumières. Ecrire avec deux mains, c’est agiter deux imaginaires, deux mers de folies. Voyages ouverts à toutes les géographies et les musiques. Le génie le plus génial que l’homme a créé, dans toute l’histoire humaine, fut le jeu. Et la littérature est un jeu fabuleux. Lorsqu’une nouvelle langue est née sur le bout de notre plume, les choses prennent la forme d’une danse.
Toutes les choses ! Dès qu’une nouvelle langue pointe sur le bout de notre langue les mots deviennent un chant de liberté, ou un champ de blé. Et la liberté gagne de la géographie, gagne de la lumière.

L’obscurité recule. Nous avons perdu nos langues. Nous les avons données aux loups ! aux politiques ! Les politiques aiment le peuple sans langues. Il était une fois la génération de Mostefa Lacheraf. Une génération hantée par l’Algérie plurielle. Un pays de langues, de différence et de force. Le Un qui vaut Trois. Jean Sénac disait : « Nous élevons les murs de notre nouvelle cité appelée : les Algéries ». Lui, qui, dès les premières années de l’indépendance, n’a pas tardé à commencer l’apprentissage de l’arabe, en s’entraînant à écrire l’hymne national Kassaman, poème de son ami le poète Moufdi Zakaria. Sous la plume de Sénac, les lettres arabes avaient une autre chaleur. Une autre magie. Oui, aujourd’hui nous avons perdu nos langues. Nous avons égaré notre Algérie de Mostefa Lacheraf, ou la cité rêvée de Jean Sénac. Nos écoles sont tristes, muettes. Cécité ! Jobran Khalil Jobran, Aragon, Moufdi Zakaria, Al Bouhtouri, Mohammed Dib, Feraoun et les autres ont déserté les cahiers scolaires.
L’encre n’a plus d’odeur céleste. Les livres scolaires qui jadis berçaient les enfants dans des contes et des couleurs sont devenus sombres. Froid de mort ! Et le tableau noir dont l’écriture aux craies de couleurs fascinantes nous émerveillait est devenu aveugle.
Le bruit de la brosse sur les lettres nous donnait envie de ressusciter l’écrit de cette poussière qui monte dans les rayons du soleil envahissant notre petite classe. Notre maîtresse qui jadis avait un sourire matinal dans une paire d’yeux romantique et un parfum d’orange fut remplacée, en ces jours maigres, par une silhouette enveloppée dans un drap noir et une menace sur la langue. Hurlement. Notre maître qui jadis avait un secret dans le regard caché derrière une paire de lunettes et une cravate avec un beau nœud sur un col propre d’une chemise blanc-neige a cédé sa place à un prêcheur. Une chose ! Ceux et celles qui jadis faisaient la magie de l’école, la fête des langues ont abandonné l’espace. Tous ! L’école s’est retirée de l’école. J’aime écrire de gauche à droite et de droite à gauche, cela provoque en moi le bonheur d’une danse à deux. L’amour dans son état divin et élevé. En dégustant ce plaisir des langues, je me demande : quand est-ce que l’Algérien reprendra-t-il le chemin de l’école ? Le bon chemin ! Là où les langues se côtoient.
Deux langues nationales, une langue algérienne, et un français algérien ? Et je continue à écrire et à lire, tantôt de droite à gauche, tantôt de gauche à droite en attendant la cloche de l’école ! La vraie école.

 

Amin Zaoui


  • Vu: 2322

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009