Identification

En censurant un roman d'amour iranien, Shahriar Mandanipour

Ecrit par Laetitia Nanquette 06.03.11 dans Les Livres, Recensions, Seuil

En censurant un roman d'amour iranien. Traduit de l’anglais par Georges-Michel Sarotte, 2011, Seuil. 403 p. 21 €

Ecrivain(s): Shahriar Mandanipour Edition: Seuil

En censurant un roman d'amour iranien, Shahriar Mandanipour

Shahriar Mandanipour est né en 1957 à Shiraz, et vit depuis 2006 aux Etats-Unis, où il enseigne à Harvard. Il a étudié les sciences politiques à l’université de Téhéran et gagné de nombreux prix littéraires avant que ses livres ne soient interdits en Iran dans les années 1990. Il est à la fois essayiste, nouvelliste et romancier.

En censurant un roman d’amour iranien raconte le processus d’écriture d’un auteur iranien qui tente de composer une histoire d’amour entre deux jeunes gens aujourd’hui à Téhéran et se trouve confronté à la censure du ministère de la Culture, à la fois à travers le personnage du censeur, et du fait de sa propre autocensure. Outre l’histoire d’amour entre Sara, étudiante en littérature à l’université de Téhéran, et Dara, ancien activiste politique qui gagne sa vie en tant que peintre en bâtiment, le narrateur nous dévoile par la mise en abyme du roman ses stratégies d’écriture, ses façons de déjouer la censure pour effacer toute trace d’allusion politique ou érotique, mais surtout le poids de celle-ci et les orientations parfois incongrues que doit prendre son histoire d’amour pour obtenir la permission d’être publiée.

Dans un univers où la séparation des sexes est stricte et les rencontres hors des relations familiales prohibées, Sara et Dara rivalisent d’ingéniosité et de courage pour à la fois déjouer les normes sociales et familiales et réinventer les liens entre un garçon et une fille, en dehors de la honte et du marchandage. L’œuvre est également un portrait intéressant de la société iranienne sous le régime de la République islamique après les élections présidentielles contestées de juin 2009. Les différents niveaux s’inscrivent de façon visible dans le texte : l’histoire en train de s’écrire de Sara et Dara est en caractères gras, les réflexions sur le processus d’écriture et la société iranienne en caractères ordinaires, et les passages autocensurés, barrés mais néanmoins lisibles. Les personnages du censeur et du narrateur sont d’une grande finesse et témoignent du jeu compliqué entre le régime et les intellectuels. Le ton est empreint d’ironie et d’autodérision et ne sombre jamais dans la critique idéologique.

Le roman a été traduit du persan en anglais, puis de l’anglais en français en 2011. Il constitue à la fois un document intéressant pour un lectorat occidental sur la vie des Iraniens aujourd’hui, et une tentative littéraire d’envergure. L’histoire d’amour est peut-être un peu trop éludée au profit des réflexions sociales et de critique littéraire (est-ce la preuve qu’il n’est pas possible d’écrire un roman d’amour iranien ?), mais il s’agit au final d’une belle œuvre qui surprendra nécessairement un lectorat plutôt habitué aux clichés sur l’Orient et sur le fanatisme islamique, clichés habilement retravaillés et réinterprétés en fonction de références littéraires et cinématographiques orientales et occidentales foisonnantes.

 

Laetitia Nanquette


  • Vu : 2789

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Shahriar Mandanipour

 

Shahriar Mandanipour est né le 15 février 1957 à Shiraz.

Il étudie les sciences politiques et participe à la guerre contre l'Irak. Ses premières nouvelles paraissent en 1989, son premier roman en 1998.

Il obtient en 2004 le prix du meilleur livre iranien pour la jeunesse en 2004. Auparavant, en butte à la censure, Mandanipour a été interdit de publication dans son pays entre 1992 et 1997.

Il émigre aux Etats-Unis en 2006, écrivain en résidence à Harvard, puis à Boston.

Shahriar Mandanipour a écrit 9 ouvrages de fiction et de nombreux essais.

En 2009, il est pour la première fois traduit en anglais avec Censoring an Iranian Love Story, roman qui parait également en allemand, en polonais et en français (au Seuil, janvier 2011).

 


A propos du rédacteur

Laetitia Nanquette

Tous les articles de Laetitia Nanquette

 

Rédactrice

 

Chercheuse en littérature comparée formée en France, en Iran, en Angleterre et aux Etats-Unis, spécialiste de littérature persane contemporaine et traductrice du persan.

Traduction de trois nouvelles d’auteurs iraniens parues dans le numéro de mai 2012 de la revue Europe.