Identification

Seth, la règle de Seth, tome 1, Hervé Jubert

Ecrit par Laetitia Steinbach 21.11.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Seth, La règle de Seth, tome 1, Ed. Gründ, octobre 2012, 284 p. 14,95 €

Ecrivain(s): Hervé Jubert

Seth, la règle de Seth, tome 1, Hervé Jubert

« Bienvenue dans les ténèbres, le chaos et la destruction ». C’est ainsi que le monde est conçu selon Seth, ennemi public français numéro 1, dans le nouvel opus éponyme de Hervé Jubert.

A Molène la tempête gronde ; le gouvernement français décide de rapatrier le pire criminel du moment sur le continent. Interné depuis deux ans dans la prison la plus sécurisée de l’Hexagone, en attente de procès, Seth profite du transport aérien pour s’évader, ne laissant qu’un seul survivant dans l’hélicoptère : Luther, commissaire de choc et l’un des seuls à ne pas être hypnotisé par cet homme au regard de serpent. Aussitôt la traque s’enclenche : aidé de Michel Valogne, grand reporter de son état, Luther se lance dans une chasse à l’homme incroyable. Mêlant deux enquêtes sanglantes – car Seth a un émule qui élimine adroitement les personnalités du Gotha les unes après les autres – et une mystérieuse épidémie appelée Sommeil noir, frappant au hasard les nuits de nouvelle lune, Hervé Jubert nous entraîne dans un polar haletant et fort bien troussé. Le lecteur assistera à la déroute de nos enquêteurs impuissants devant un sanglant attentat dans l’Ile de la Cité, au détournement de huit cents millions d’euros et l’escamotage d’un sous-marin S.S. bardé d’une tonne d’or. Dans un monde à la fois si semblable au nôtre et légèrement futuriste, les protagonistes se débattent dans les rets d’un avenir qui semble leur échapper. Mêlant adroitement récit d’espionnage, enquête policière, manipulation génétique et savants fous à la docteur Frankenstein se voulant maîtres absolus du monde, le roman nous entraîne dans une lecture palpitante.

Le suspense est présent à chaque chapitre, et l’on sent bien que le criminel doit avoir un destin bien particulier, voire double, à l’instar de son illustre prédécesseur égyptien, à la fois Dieu de la Destruction et du mal absolu et guide protecteur de Râ dans sa course solaire. Car Seth, bien que se voulant impénétrable et irréductible, a un talon d’Achille, et cette faiblesse se nomme Zoé, sa fille, qui premièrement le rejette en bloc et secondement est la fiancée de Michel, le journaliste auxiliaire de Luther…

 

« Seth n’était pas un animal à sang-froid. Il vivait entièrement, pleinement, chaque instant de son existence. Une chose était sûre : quand il était question de la chair de sa chair, le personnage de Seth s’effritait. Une faille s’ouvrait dans la carapace du criminel et laissait apparaître le père ».


Les rebondissements de ce nouveau Fantômas sont rondement menés et s’enchaînent sans cesse, de façon imparable. L’écriture mêle adroitement des tonalités à la Fred Vargas, tout en évoquant les dialogues d’Audiard et la poésie de Victor Hugo dans La légende des siècles. Etrange creuset que ce livre dans lequel on plonge sans hésiter, saisis de prime abord par la couverture noire, dont la texture de caoutchouc intrigue, puis embarqués pour une pérégrination stupéfiante dans les hauts lieux mystiques de Paris, dans les thermes décadents de Baden-Baden, pour finir dans une rave hallucinante sur les bords de la Baltique.

La suite (trois tomes sont en préparation) est vivement attendue !

A partir de 13 ans.

 

Laetitia Steinbach


  • Vu : 2643

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Hervé Jubert

 

Hervé Jubert a gravi les échelons universitaires jusqu’à un doctorat en Histoire de l’Art à la Sorbonne tout en étant, dans le désordre, chauffeur de maître, garçon boucher et batteur dans un groupe garage. Il a quitté la capitale et la fonction publique, il y a dix ans, pour se consacrer à l’écriture. Bien lui en a pris. Cette activité lui a permis d’être, entre autres, enquêteur au XIXe siècle (Trilogie de Blanche, chez Albin Michel), sorcière dans un univers parallèle (L’Opéra du diable) et acrobate dans l’Exposition universelle de 1900 (Le Palais des mirages). Il a suivi les traces d’Alexandre le Grand et de Robert-Louis Stevenson pour l’École des Loisirs (références tirées du site de l’auteur : www.blanche-paichain.net).

 

A propos du rédacteur

Laetitia Steinbach

Tous les articles de Laetitia Steinbach


Rédactrice

 

Laetitia Steinbach est professeur de lettres modernes dans le secondaire. Elle s’intéresse particulièrement aux albums et romans graphiques et à la littérature de jeunesse contemporaine. Elle travaille actuellement à la rédaction d’une thèse portant sur l’homosexualité dans le roman pour adolescents et l’édition jeunesse.