Identification

Rouge, Jan de Kinder

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 17.06.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Jeunesse, Pays nordiques, Didier Jeunesse

Rouge, mars 2015, traduit du néerlandais par Marie Hooghe, 40 pages, 13,10 €

Ecrivain(s): Jan de Kinder Edition: Didier Jeunesse

Rouge, Jan de Kinder

 

Aujourd’hui cela tombe sur Arthur. Cela aurait pu être sur n’importe quel enfant en ce moment de récréation. Une remarque d’une petite fille et tout le groupe se moque. Paul insiste et raille plus que les autres amenant Arthur à se sentir très mal. Voilà comment le harcèlement se met en place. La jeune narratrice signale que les joues d’Arthur sont rouges. C’est un détail, une broutille. Cela arrive sans doute à bien d’autres que lui. Mais aujourd’hui c’est Arthur. Et le rouge pointé du doigt se renforce, s’étend, déclenchant les rires… gagnant les feuilles des arbres comme un incendie, puis les murs des bâtiments comme un virus impitoyable.

« À présent, il est rouge comme une tomate.

Rouge comme une cerise.

Rouge comme du paprika ».

« C’est fou, ça !

Il suffit que Paul claque des doigts et c’est comme un coup de baguette magique : les joues d’Arthur brillent comme deux feux rouges dans la cour de récré ».

La petite fille n’ose pas s’interposer, elle a peur des représailles. Paul est devenu un loup gigantesque aux traits cassés et violents. En plus, tout le reste de la classe semble être de son côté. Pourtant, quand la maîtresse demande ce qui vient de se passer face au pauvre Arthur tout bouleversé, la petite fille lève la main. Au même moment, Léna fait de même. Et c’est l’ensemble des enfants qui s’insurge contre la tyrannie de Paul.

Jan de Kinder aborde la question du harcèlement avec finesse et conviction. Il ne se contente pas de définir les émotions d’Arthur mais il montre qu’un tel comportement affecte tout le groupe, de diverses manières, et que la réaction efficace ne peut être que collective. Le texte est simple, direct et soutenu par des illustrations délicates jouant sur des techniques variées (crayon, aquarelle, collage…). Les visages en pochoir des enfants moqueurs forment une double page des plus réussies, brouillant les contours des têtes et des êtres pour ne plus former qu’une hydre inquiétante. Sur fond jaune clair pour les images consacrées à l’école, ou gris pour la salle de classe, des crayonnés et des aplats de fusain viennent donner vie aux personnages et aux décors. Les autres couleurs sont utilisées avec parcimonie : un vichy blanc et bleu pour une fleur dans les cheveux de la petite fille, le brun d’une chevelure ou d’une peau chocolat, un poussin jaune sur un vêtement. Et soudain éclate le vert lorsque la situation bascule et que les enfants se révoltent !

Un album indispensable en famille comme en classe.

 

Album à partir de 6 ans

Myriam Bendhif-Syllas

 


  • Vu : 2046

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jan de Kinder

 

Jan de Kinder a étudié les arts graphiques appliqués et l’illustration à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles. Il a commencé sa carrière comme graphiste. Il a commencé par illustrer des livres à partir de 1998, avant d’en écrire lui-même dès 2002. Il a aujourd’hui près de 40 livres à son actif.

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Membre du comité de rédaction

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.