Identification

Romans, récits et nouvelles I, II, Jack London en La Pléiade

Ecrit par Yan Lespoux 07.12.16 dans La Une Livres, La Pléiade Gallimard, Les Livres, Critiques, Récits, Nouvelles, Roman, USA

Romans, récits et nouvelles I, II, octobre 2016, coffret de 2 volumes, 1536 pages et 1616 pages, 183 illustrations, 110 € (prix de lancement jusqu’au 30 avril 2017), ou 55 € (par volume acheté séparément)

Ecrivain(s): Jack London Edition: La Pléiade Gallimard

Romans, récits et nouvelles I, II, Jack London en La Pléiade

 

Les éditions Gallimard nous gratifiaient l’an dernier de la parution très attendue en Pléiade des œuvres – à tout le moins une partie conséquente et emblématique d’entre elles – de Mark Twain dans une édition dirigée par Philippe Jaworski. Un peu plus d’un an après, Philippe Jaworski est encore à la manœuvre pour l’édition des œuvres d’un autre auteur américain emblématique de la fin du dix-neuvième et du début du vingtième siècle : Jack London.

Pouvait-on mieux commémorer les cent ans de la mort de cet écrivain aux multiples vies et visages qu’avec cette formidable anthologie ? Car en l’espace de deux volumes, ce sont presque tous les écrits de l’auteur de Martin Eden qui défilent sous les yeux du lecteur et autant d’avatars de cet écrivain plongé de plain-pied dans la vie de son siècle que fut Jack London. Et ce faisant, Gallimard éveille en nous plus que des souvenirs de lecture, tout un inconscient collectif bien ancré dans notre culture littéraire occidentale et lié à l’image de cet auteur baroudeur et engagé auprès de ceux qui triment et subissent le capitalisme débridé de l’ère industrielle ou qui se lancent à l’aventure pour trouver une vie meilleure.

Une image que Jack London a largement contribué à diffuser en se forgeant lui-même une légende, ainsi que nous le rappelle P. Jaworski dans sa préface aux deux volumes, en évoquant plus particulièrement les récits du second qui réunit les écrits les plus autobiographiques ou présentés comme tels de l’auteur. Et ne peut-on d’ailleurs pas voir dans ce Trimard où le narrateur, dans une fort belle scène d’ouverture, explique comment mentir au mieux pour faire croire à sa vie d’aventures sur les sept mers, une belle mise en abyme de ce London inventeur de sa propre vie ? C’est de fait la grande force de ce baroudeur de génie que d’avoir réussi à donner une dimension encore plus épique aux aventures qu’il a pu vivre ou dont il a été témoin ou collecteur, à leur conférer cette part supplémentaire de souffle qui les transforme en ces récits puissants que connaissent aujourd’hui une bonne part de ceux qui ne les ont pas même lus tant ils sont devenus une part de notre culture et de notre imaginaire, repris mille fois, imités, adaptés.

C’est de tout cela, du génie littéraire, de l’aventurier et de l’observateur attentif et critique du monde dans lequel il vit, que nous instruisent ces deux riches volumes de la Pléiade qui réunissent bien entendu les plus célèbres romans de London mais aussi un certain nombre de pépites parmi presque une cinquantaine de nouvelles, soit quasiment toutes celles qu’il a écrites (datées de 1899 à 1908 dans le premier volume, de 1909 à 1916 dans le second).

De quoi découvrir différentes facettes de cet auteur à travers un choix de textes pertinent – romans d’aventures classiques comme Croc-Blanc ou L’Appel de la Forêt, romans socialistes avec notamment Le Talon de Fer, écrits journalistiques avec Le Peuple de l’Abîme, autobiographiques avec John Barleycorn… – que vient appuyer une édition d’une rare qualité.

En effet, comme de coutume, l’éditeur n’a pas lésiné : nouvelles traductions à partir des premières éditions des textes qui éclairent d’un jour, si ce n’est nouveau, à tout le moins un peu différent, les œuvres, en les délestant de certaines fioritures qu’avaient cru bon d’ajouter certains traducteurs précédents à des écrits d’une spontanéité redoutablement efficace, illustrations issues des éditions originales et qui incitent au vagabondage de l’esprit, et surtout un appareil critique aussi imposant que passionnant. De la préface stimulante aux notes érudites et fournies sur chacun des textes, l’on vagabonde avec délectation dans cette édition d’une richesse impressionnante.

Que l’on connaisse son Jack London sur le bout des doigts où que l’on veuille le découvrir, on trouvera son bonheur dans ces deux merveilleux volumes au cœur desquels on se plaira à se perdre des heures durant en plongeant au cœur du mythe et de l’œuvre de cet auteur unique.

 

Yan Lespoux

 


  • Vu : 3026

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jack London

 

Jack London, né John Griffith Chaney le 12 janvier 1876 à San Francisco et mort le 22 novembre 1916 à Glen Ellen, Californie1,2,3,4,5, est un écrivain américain dont les thèmes de prédilection sont l'aventure et la nature sauvage.

Il a écrit L'Appel de la forêt et plus de cinquante autres nouvelles et romans connus. Il tire aussi de ses lectures et de sa propre vie de misère l’inspiration pour de nombreux ouvrages très engagés et à coloration socialiste, bien que cet aspect-là de son œuvre soit généralement négligé. Il a été l'un des premiers Américains à faire fortune dans la littérature.

 

 

A propos du rédacteur

Yan Lespoux

 

Tous les articles de Yan Lespoux

 

Rédacteur

genres : roman noir, littérature américaine - histoire -

éditeurs suivis : Métailié, Seuil, Rivages, Gallimard.

Yan Lespoux, enseignant, docteur en histoire contemporaine.

Tient un blog consacré au roman noir et au polar (www.encoredunoir.com)