Identification

Rohmer en poèmes (6) - La Carrière de Suzanne

Ecrit par Matthieu Gosztola 13.03.15 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique, Côté écrans

Rohmer en poèmes (6)  - La Carrière de Suzanne

 

Il y a une surboum chez P.

De toute façon, je n’irai pas.

Pourquoi ?

Comme ça.

Le style, ce n’est pas ça

 

Le style

Que fait vivre

La voix off

Le style

Comme hommage rendu au sens

L’articulation

Comme hommage rendu

Au style

Et puis

D’autres choses encore

Victor Hugo

(Même inaudible,

Même invisible)

Le surréalisme

La Nouvelle Vague (il suffit d’entendre Oui-oui-oui-oui-oui pour que soit visible

Au-dessus de la digue

Fissurée de partout

Du passé

Pour que soit visible

----------------------Au point qu’il nous soit permis

----------------------De l’effleurer

Cette vague

Toujours nouvelle)

 

La Nouvelle Vague

----------------------Et plus :

 

Si tout Comment je me suis disputé… de Desplechin

Semble être né

Sans rien dire à personne

De La Carrière de Suzanne

 

Autre chose

Nous parvient

 

La cruauté

 

Cette concession faite aux convenances…

La cruauté

En catimini

Tu as fini, quoi ?

Suzanne !

Non.

Fais pas la tête, c’est pour plaisanter.

Je n’aime pas les plaisanteries de mauvais goût.

Si j’avais bon goût, tu me plairais pas.

Si je te plais, c’est l’essentiel.

Autre chose

Encore

(Car il faut bien) :

L’argent caché

Dans Laurens Van der Post, Plume de flamant (« Flamingo feather »), histoire africaine, Paris, Albin Michel, 1956, 384 pages

Et le happy end :

En me privant du droit de la plaindre, Suzanne s’assurait sa vraie revanche.

 

Matthieu Gosztola

 

« Six contes moraux », 2, La Carrière de Suzanne (1963)

Réalisation : Éric Rohmer, assisté de Jean-Louis Comolli et Barbet Schrœder.

Scénario : Éric Rohmer.

Image : Daniel Lacambre.

Musique : Mozart (Les Noces de Figaro).

Production : Barbet Schrœder (Les Films du Losange).

Interprétation : Catherine Sée (Suzanne Hocquelot), Philippe Beuzen (Bertrand), Christian Charrière (Guillaume Peuch-Drumont), Diane Wilkinson (Sophie), Jean-Claude Biette (Jean-Louis), Patrick Bauchau (Frank), Pierre Cottrell (le collectionneur), Jean-Louis Comolli.

Durée : 53 mn.

Format : 16 mm, noir et blanc, 1,33.

 

  • Vu : 1833

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com