Identification

Résistance au gouvernement civil et autres textes, Henri David Thoreau

Ecrit par Didier Bazy 17.07.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais, USA, Le Mot et le Reste

Résistance au Gouvernement Civil et autres textes. Trad. de l’anglais (USA) Nicole Mallet. Introduction et notes de Michel Granger. 03/2011. 64 p. 9 € Editions Le Mot et le Reste.

Ecrivain(s): Henry David Thoreau Edition: Le Mot et le Reste

Résistance au gouvernement civil et autres textes, Henri David Thoreau

Résistance et non désobéissance. Quelle différence ? C’est d’abord la traduction littéralement exacte de l’essai qui a rendu Thoreau célèbre. Le glissement de la résistance vers la désobéissance est très fin. Aussi subtil que la notion de frontière qui émaille les écrits immenses de l’Américain, le délicat respect l’emporte sur les récupérations obtuses, sources des foudres de la censure et de malentendus variés. Si désobéir revient à manquer de civilité, alors Thoreau n’est pas un désobéissant, encore moins un incitateur à la violence gratuite.
La résistance obéit à une Cause Supérieure. La résistance met en œuvre une participation à une Cause (l’abolition de la peine de mort, l’abolition de l’esclavage, le refus de collaborer avec des gouvernants dévoyés…) par la mise en œuvre de moyens très concrets : oui, la violence des mots doit « susciter une insurrection des consciences contre l’injustice » selon la formule précise de M. Granger.

Ces textes courts, pertinemment choisis, de Thoreau ressemblent à des sources et à des ruisseaux. Rien à voir avec le grand fleuve léninien. Le Russe emporte, l’Américain campe. Tels les chats. Contrairement au lieu commun, ils ne désobéissent pas, ils guettent, campent et résistent sans peur aux serpents du Contrôle. Silencieux, ils examinent les anneaux, s’en jouent, griffent et les abandonnent à la fatalité.
Ils ne constituent pas un bréviaire. Encore moins des lois révélées. Ce sont des pistes et des sentiers. Grandeur de la marche. Solitaire Thoreau ? Nul plus que lui ne fut attentif aux faits de son temps. Nul plus que lui ne fut convaincu que la démocratie doit être une démopédie (chère à Proudhon). Instruire et éduquer, s’instruire et se former, relèvent du politiquement concret. Instituteur, conférencier, tailleur de crayons, géomètre, botaniste, Thoreau a résisté à toutes les déterminations asservissantes. La seule obéissance à la loi qu’il s’était prescrite fut son travail d’écriture quotidienne. Très concrète. Toujours politique. Sans cesse dans le monde. Loin des mondanités. Près de nous.
Thoreau arpente les abords des rivières. Il sait bien qu’elles gonflent jusqu’à la mer. Là est le rivage, là est la poésie. Le plus audacieux navigateur aspire toujours au retour. Oui, il faut s’engager pour mieux trouver le port.

« Celui qui ne résiste pas du tout ne se rendra jamais ».



Aux Editions Le Mot et le Reste :


Henry D. Thoreau
Essais
Traduction de Nicole Mallet
Introduction de Michel Granger

Henry D. Thoreau

Walden
Nouvelle traduction de Brice Matthieussent
Préface de Jim Harrison
Notes et postface de Michel Granger

 

Didier Bazy


  • Vu : 5013

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Henry David Thoreau

Henry David Thoreau, né David Henry Thoreau le 12 juillet 1817 à Concord (Massachusetts) où il est mort le 6 mai 1862, est un essayiste, enseignant, philosophe, naturaliste amateur et poète américain.
Son œuvre majeure, Walden ou la vie dans les bois, publiée en 1854, délivre ses réflexions sur une vie simple menée loin de la société, dans les bois et suite à sa « révolte solitaire ». Le livre La Désobéissance civile (1849), dans lequel il avance l'idée d'une résistance individuelle à un gouvernement jugé injuste, est considéré comme à l'origine du concept contemporain de « non-violence ».
Opposé à l'esclavagisme toute sa vie, faisant des conférences et militant contre les lois sur les esclaves évadés et capturés, louant le travail des abolitionnistes et surtout de John Brown, Thoreau propose une philosophie de résistance non violente qui influence des figures politiques, spirituelles ou littéraires telles que Léon Tolstoï, Gandhi et Martin Luther King.
Les livres, articles, essais, journaux et poésies de Thoreau remplissent vingt volumes. Surnommé le « poète-naturaliste » par son ami William Ellery Channing (1780 - 1842), Thoreau se veut un observateur attentif de la nature et ce surtout dans ses dernières années durant lesquelles il étudie des phénomènes aussi variés que les saisons, la dispersion des essences d'arbres ou encore la botanique. Les différents mouvements écologistes ou les tenants de la décroissance actuels le considèrent comme l'un des pionniers de l'écologie car il ne cesse de replacer l'homme dans son milieu naturel et appelle à un respect de l'environnement.

 

(source : Wikipédia)

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Co-fondateur de La Soeur de l’Ange (Ed. Hermann)

Co-fondateur de la Cause Littéraire

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français

– Préfacier chez Pocket (Molière, Corneille)

– Deleuze et de Cuse (Collectif) Aux sources de la pensée de Deleuze. Vrin, 2005) dir : Stéfan Leclercq

– Après nous vivez (G S Editions, 2007)

– Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010) préface de Michel Host

– Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012) préface de Michel Granger

L’ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013) sélectionné 2014 prix roman historique jeunesse

– Cendres    (Publie.net, 2015)

– Traitements de textes ( Ed. de Londres 2015 )
– Explorateurs, qui êtes vous ? (Ed. Bulles de savon 2016)

Sélection 2018 prix Michel Tournier Jeunesse

– Savants, qui êtes-vous ? ( Ed. Bulles de savon, diff-distr Flammarion )2017

à paraître 2018

– Péguy internel