Identification

Pseudo, Ella Balaert

Ecrit par Sophie Adriansen 30.11.11 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Myriapode

Pseudo, Éditions Myriapode, août 2011, 144 p., 18 €

Ecrivain(s): Ella Balaert Edition: Myriapode

Pseudo, Ella Balaert


La correspondance a de tous temps intéressé les écrivains, le roman épistolaire n’est en rien nouveau. Et depuis plusieurs années, ère Internet oblige, fleurissent les romans faits d’échanges de courriers électroniques.

Pseudo est de ceux-là. Trois femmes que réunit une séance de gym hebdomadaire suivie d’un restaurant de quartier, trois femmes par ailleurs fort différentes – âge, milieu, situation familiale, goûts – décident d’en former une quatrième, imaginaire, pour répondre à l’annonce en ligne d’un antiquaire prénommé Ulysse. Ce sera Eva, avatar plus vrai que nature (« Ce n’est pas parce qu’elle est virtuelle qu’elle doit se désincarner ! » page 20), qu’elles se partagent en coupant la semaine en trois.

Trois mois durant, les échanges fusent, échanges entre Eva et Ulysse, mais aussi échanges entre les trois femmes. Sauf que les masques ne résisteront pas à l’épreuve du temps, et, s’il est facile de se cacher sur la toile, la vraie vie finit toujours par rattraper la virtualité.

Construit comme une pièce de théâtre, ce roman sobre, dans lequel l’auteur s’amuse à faire évoluer les styles des protagonistes au gré des évènements qui surgissent, met en lumière ce que l’écrit dit comme ce que les silences révèlent. Il pointe aussi le miroir déformant qu’est l’ordinateur, et la facilité avec laquelle Internet peut faire perdre pied à ceux qui lui laissent prendre trop de place dans leur existence. Il rappelle enfin que si l’on n’écrit pas comme l’on parle, on ne rédige pas non plus un e-mail de la même façon qu’une lettre manuscrite ni qu’un roman.

Pseudo est une lecture rafraîchissante, et finalement très entraînante, qui résonne en quiconque a déjà cherché sur le net le réconfort d’une présence virtuelle au détour d’une heure perdue.


« Jeudi 18 février

22h42

De : Eva

A : Ulysse

Objet : Les mots, la musique


Cher monsieur Ulysse,

Vous dîtes « les mots ne sont que des mots », bah, je ne sais pas. J’étais à une réunion, hier. Pas le genre de situation où je me sens à l’aise. Et en plus, je ne connaissais personne. Brouhaha des conversations comme une nappe de brume sonore, bref : j’ai, un instant, fermé les yeux et basculé de l’autre côté du miroir. Là où les choses se décollent, et vous reviennent décalées. Je ne sais pas si ça vous fait ça, des fois. D’un côté, il y a les bouches des hommes qui bougent, qui mastiquent des choses inaudibles, et d’un autre il y a dans l’air comme des notes ou des bruits confus, et si on y fait attention, on s’aperçoit que ce sont des mots. C’est déroutant pour le cerveau, n’est-ce pas, quand les différents messages des sens ne convergent pas ? Un peu nauséeux. Il paraît que de là viennent les maux de cœur, quand on lit en voiture. Le message que l’œil envoie au cerveau – la page fixe du livre – ne correspond pas à ce que le cerveau enregistre par ailleurs – la voiture bouge.

C’est un peu pareil avec les mots. Les vôtres, je veux dire. Ils se balancent tous seuls dans le vide.

Qui êtes-vous, monsieur Ulysse ?

Il faut que je vous laisse : j’ai mis O solitude, de Purcell, dans le lecteur CD et cela requiert le recueillement » (pages 48-49).


Sophie Adriansen


  • Vu : 2281

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Ella Balaert

Après des études de lettres, Ella Balaert travaille dans la communication. Ella Balaert se consacre depuis à temps plein à l'écriture, pour adultes (roman chez Zulma, nouvelles chez Surtis, Chardon bleu...) et pour jeunes.

 


A propos du rédacteur

Sophie Adriansen

 

Sophie Adriansen est l'auteur de plusieurs ouvrages en littérature générale et en littérature jeunesse, notamment Je vous emmène au bout de la ligne (Max Milo), Trois années avec la SLA (Editions de l'Officine), Un meeting (StoryLab), J'ai passé l'âge de la colo ! (Editions Volpilière), Louis de Funès - Regardez-moi là, vous ! (Editions Premium), Quand nous serons frère et sœur (Editions Myriapode). Ses nouvelles ont été publiées en recueils et dans différentes revues.

Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit.

www.sophieadriansen.fr

 

http://www.lacauselitteraire.fr/j-ai-passe-l-age-de-la-colo-sophie-adriansen J'ai passé l'âge de la colo !