Identification

Piano ma non troppo, Philippe Entremont

Ecrit par AK Afferez 06.07.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Récits, Biographie, Editions de Fallois

Piano ma non troppo, mars 2015, 140 pages, 16 €

Ecrivain(s): Philippe Entremont Edition: Editions de Fallois

Piano ma non troppo, Philippe Entremont

 

Philippe Entremont, célèbre pianiste soliste français et chef d’orchestre, brosse ici l’autoportrait d’un amoureux inconditionnel de la musique. Élève de Marguerite Long et Jean Doyen, il retrace sa carrière en plusieurs volets, évoquant notamment son enfance et son apprentissage ; le rapport qu’il entretient avec son orchestre et ses élèves ; ses goûts musicaux. Né à Reims en 1934, dans une ville qui se remet à peine de la « Grande Guerre », son enfance est gouvernée par la musique : ses parents – un violoniste, une pianiste, parmi leurs nombreux talents – vont tout naturellement le pousser dans cette voie. L’apprentissage n’est pas chose aisée à cette époque : pendant la guerre, il fait des allers-retours entre Reims et Paris – onze heures de train ! – pour suivre des cours de piano dans la capitale, témoignant ainsi de son dévouement complet envers la musique.

Depuis son coup d’éclat à Carnegie Hall en 1953, il ne cesse de sillonner le monde, séjournant dans maintes villes de renom pour y donner des concerts et pour y enregistrer – parmi les pays évoqués figurent les États-Unis (New York en particulier est bien entendu associée à un moment charnière), Israël, l’Autriche… Il a été notamment directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de la Nouvelle Orléans et de l’Orchestre Symphonique du Colorado, et il est devenu chef lauréat à vie de l’Orchestre de Chambre de Vienne.

Noms de villes, noms de personnes également qui ont égrené sa carrière : Entremont relate des anecdotes sur Marguerite Long, Eugène Ormandy, Milhaud, Stravinsky, ou encore Leonard Bernstein, grand ami, qui lui permet d’ailleurs de souligner à quel point il ne reste pas cantonné à la musique classique – West Side Story figure ainsi, selon lui, parmi les meilleures comédies musicales. Les anecdotes ont globalement un ton léger, même si Entremont ne résiste pas de temps à autre, au détour d’une phrase, à une petite pique – nous lisons ainsi que Stravinsky « dirigeait comme un arbre sec »…

C’est d’ailleurs le rapport si intime qu’entretient tout musicien avec la musique et avec l’instrument qui est au cœur de ces mémoires, et Entremont dévoile certains secrets – certains conseils : Il faut savoir s’approcher d’un piano, savoir accepter les imperfections pendant les répétitions – surtout lorsqu’on dirige un orchestre entier, savoir comment faire travailler ses mains.

Certes, la lecture de cette accumulation d’anecdotes peut parfois devenir fastidieuse – ses réflexions sur son art ne sont guère plus que des généralités qui peuvent sembler manquer de substance. L’on perçoit de temps à autre une pointe de narcissisme, quand bien même il se défend de vouloir mettre l’accent sur sa virtuosité – et pourtant, n’est-ce pas le but de mémoires ? Ainsi, l’on peut lire des passages qui paraissent empreints d’une légère suffisance, notamment ceux sur Celibidache, ou bien d’un certain conservatisme (« Il y a quelques mois, à Naples et à Buenos Aires, les journalistes ont écrit : On ne fait plus de musique comme ça. Et je crois que c’est vrai… »). Globalement, Piano ma non troppo est davantage une lecture distrayante pour tous les aficionados du pianiste français, qu’une méditation approfondie sur les arts musicaux, ou un portrait approfondi du milieu de la musique classique.

 

AK Afferez

 


  • Vu : 1260

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Philippe Entremont

 

Philippe Entremont est un pianiste et chef d’orchestre français, né en 1934. S’ayant fait connaître du public au Carnegie Hall de New York à 18 ans, il a depuis accumulé les prix et distinctions sur la scène internationale.

 

A propos du rédacteur

AK Afferez

Lire tous les articles de AK Afferez

 

Rédactrice

AK Afferez a grandi aux États-Unis et vit à présent à Lyon. Elle est écrivaine, traductrice, et blogueuse sporadique sur akafferez.wordpress.com. Dans la vraie vie, elle s’appelle Héloïse Thomas-Cambonie et poursuit des recherches sur la littérature contemporaine américaine.