Identification

Petite Poucette, Michel Serres

Ecrit par Didier Bazy 11.02.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais, Le Pommier éditions

Petite Poucette, 2012, 84 pages, 9,50 €

Ecrivain(s): Michel Serres Edition: Le Pommier éditions

Petite Poucette, Michel Serres

 

La véritable autorité est celle qui grandit l’autre.

Le mot « auteur » dérive de cette autorité-là.

Et si mon livre est bon, il vous augmente.

Un bon auteur augmente son lecteur.

Michel Serres

 

D’une couverture et d’un clin d’œil à Michel Ange.

Au plafond de la Sixtine, on suppose Dieu situé un peu plus haut qu’Adam.

Déjà, le doigt joue son rôle.

Sur la couverture de Petite Poucette de Michel Serres, l’index divin est préservé. Mais la main de l’homme n’est-elle pas plus haute en image ?

Le ton est donné.

Kant nous a appris que l’homme est créateur de son propre monde. Michel Serres nous apprend non seulement que c’est fait mais que ce monde créé par l’homme déjà dépasse et déborde l’homme. Pour Michel Ange l’homme était le bout de Dieu. Aujourd’hui, Dieu est au bout du doigt de l’homme. Le monde est au bout du doigt. Une nouvelle épistémè est née. Le monde est au bout de deux petits pouces qui gigotent sur une tablette tactile, active et réactive, branchée en rhizomes sur le réseau des réseaux, grâce à la fée électricité et la sorcière silice polluante – à ce que certains soutiennent.

Plus que le mot-clé, moins que le fil rouge, la double hélice (multiple hélicoïde) du court et intense essai de M. Serres est conceptualisée par la sérendipité. Le mot vient d’un conte persan : Voyages et aventures des trois princes de Serendip… Pas la peine de chercher, on trouvera au hasard balthazar. Tel Boucicaut, dans son bazar, Au Bonheur des Dames, qui inventa le merchandising de la tête de gondole (à enseigner dans les anciennes sup de co, aujourd’hui écoles de management, svp…).

Petite Poucette est à mettre entre les mains, sous les yeux, au bout des doigts, au fond des neurones et au creux du coeur des pédagogues de tous poils : instit’, prof’, formatrices et formateurs de tous bords. Pourquoi ? Parce que Michel Serres, après le fameux Tiers Instruit, propose et constate une autre révolution copernicienne, une révolution brownienne :

« Débute une nouvelle ère qui verra la victoire de la multitude, anonyme, sur les élites dirigeantes, bien identifiées ; du savoir discuté sur les doctrines enseignées ; d’une société immatérielle librement connectée sur la société du spectacle à sens unique… ».

Utopie ? Hier, oui. Aujourd’hui, ça commence. Demain, qui peut dire ?

Au reste, Michel Serres, dans son final, a recours au poème.

« Babel, stade oral, pas de tour. Des pyramides à Eiffel, stade écrit, Etat stable. Arbre en flammes, nouveauté vivace ».

Seul, pour l’instant, le poème peut donner à sentir la forme multiforme que prennent les nouvelles configurations du savoir, de ses transmissions et de ses devenirs. Premier, le poème a brisé la linéarité. Petite Poucette avec le Petit Poucet sèment ici quelques uns des codes de demain.

 

« LA PAGE SE TROUVE A BOUT DE COURSE. IL FAUT CHANGER… »

 

Didier Bazy


  • Vu : 3596

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Michel Serres

 

Michel Serres, né le 1er septembre 1930 à Agen (Lot-et-Garonne), est un philosophe, historien des sciences et homme de lettres français.

 

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Directeur-Adjoint du magazine

Membre fondateur

Coordonnateur éditions numériques



Préfacier chez Pocket.

Co-fondateur de La Soeur de l'Ange (Ed. Hermann)

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français.

 

- Deleuze et Nicolas de Cuse (Vrin, 2005)

- Après nous vivez (Grand Souffle Editions, 2007)

- Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010)

- Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012)

- Léon Blum (Jacques André Editeurs, 2013)

- L'ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013)

 

Vit dans le Beaujolais, pigiste et artificier agréé.