Identification

Partages, Gwenaëlle Aubry

Ecrit par Zone Critique 25.01.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Le Livre de Poche

Partages, août 2013, 192 p. 6,90 €

Ecrivain(s): Gwennaëlle Aubry Edition: Le Livre de Poche

Partages, Gwenaëlle Aubry

 

La cause littéraire vous présente aujourd'hui un nouvel article de son partenaire Zone Critique


Partages, de Gwenaëlle Aubry, est un roman de guerre aux accents poétiques car il consacre, dans une certaine mesure, le pouvoir des images et des mots.

Au début des années 2000 éclate la 2e intifada en Palestine. Dans ce contexte très violent, les destins de deux adolescentes vont se croiser. Sarah, une juive de New-York, décide d’émigrer en Israël à la suite des attentats du 11 septembre. Leïla, une jeune Palestinienne, reste elle enfermée depuis toujours dans un camp en Cisjordanie.

Sous la forme de monologues alternés, elles racontent une histoire commune, avec des points de vue différents. Ce roman est traversé par une double-voix qui raconte comment la guerre a éloigné deux êtres qui auraient pu se ressembler. Depuis leur naissance (elles ont toutes les deux 17 ans), Sarah et Leïla ont vécu un conflit qui les a façonnées et détruites.

Elles n’ont pas la même vision de ce conflit qui a commencé, pour Sarah, en 1948 par l’indépendance du peuple juif, et pour Leïla, par l’expropriation du peuple palestinien. Malgré ces différences, elles partagent l’omniprésence de la mort dans leurs vies. Leurs mères respectives rappellent sans cesse les drames et les morts qui font partie de l’histoire familiale. Pour certains, la mémoire donne un sens à la vie, et pour d’autres, elle aliène l’existence.

Ce roman est ponctué de moments poétiques, qui marquent une pause dans le conflit. Lors de ces « cessez-le-feu » littéraires, on peut goûter à la douceur de la vie en Palestine. « Il n’y avait dans le ciel ni drone ni sirène mais un parfum de terre et d’amandier ». La poésie de Gwenaëlle Aubry donne l’impression d’un retour à un passé lointain, à un âge d’or où l’homme n’avait pas encore colonisé la nature.

La beauté de certaines images est remarquable. Comme lorsque Lily, une amie de Sarah, décrit son amour pour un certain Joseph : « mes seins sont dans ses mains des grappes de raisin et nos amours plus délicieuses que le vin ». Le plaisir et l’ivresse des sentiments amoureux sont palpables dans une Palestine antique, placée sous le signe de Bacchus, le dieu du vin.

La poésie de ce roman est aussi politique. Les paroles de Leïla sonnent comme une réponse à la colonisation israélienne. Enfermée dans son camp, elle trouve une voie de liberté grâce aux mots : « je cours, je vole, je vagabonde, je suis l’éclair et la lumière, ils n’ont pas encore réussi à barbeler nos âmes ».

Le rire peut surgir de certains dialogues, malgré un contexte dramatique : « Ici même la lumière est politique, elle brille plus fort dans les quartiers juifs, là où elle se raréfie, tu peux être sûr qu’il s’agit des quartiers arabes ». Mais le rire est-il le signe d’une énergie retrouvée dans la parole, ou d’un abandon de tout espoir sérieux ?

La poésie de ce roman réside aussi dans une réflexion sur le pouvoir du langage. Que peuvent construire les mots dans un monde voué à la destruction ? Ils ont le pouvoir « de créer un nouveau monde » dans lequel aimerait vivre Sarah, pour goûter au charme du commencement. Sans en créer un nouveau, les mots permettent de « redire » ou de réécrire le monde. Sarah tente une réécriture de son histoire, mais seulement par bribes. Leïla est la deuxième voix du roman qui remet en ordre les mots et les souvenirs.

En temps de guerre, les mots prennent une force symbolique contre laquelle il est difficile de lutter. Le père de Leïla tente d’effacer des versets coraniques inscrits sur sa maison dans le camp palestinien, pour éviter une riposte de l’armée israélienne occupante. Cette tentative d’effacer la langue sacrée est considérée comme une trahison par tous les habitants du camp. Au sein de la famille, les prénoms sont des mots qui font revivre les ancêtres décédés injustement. Sarah porte le prénom de sa grand-mère, une juive polonaise victime des camps nazis, et Leïla est rappelée au souvenir de son ancêtre, « Leïla l’autre défunte ».

Mais le langage reste impuissant face au silence imposé par les vicissitudes de la guerre. C’est le silence de Perla, la mère de Sarah, marquée par l’extermination de la Seconde Guerre mondiale. Son silence, persiste, « par delà les livres et les mots ».

 

Alexandre Poussart (Zone Critique)

http://zone-critique.com/2013/05/08/poesie-dun-conflit-gwenaelle-aubry-partages/

 

 


  • Vu : 2810

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Gwennaëlle Aubry

Gwenaëlle Aubry est une romancière et philosophe française née le 2 avril 1971.

Traductrice de Plotin, elle a publié plusieurs ouvrages et articles sur la philosophie antique et ses réceptions contemporaines.

Elle est l'auteur de cinq romans : Le Diable détacheur est le récit, hanté par la figure de Perséphone, de la passion d'une adolescente pour un homme mûr, ancien soixante-huitard devenu publicitaire ; L'Isolée fait entendre la voix d'une jeune femme, Margot, sœur lointaine de Florence Rey, depuis la prison où elle est incarcérée. Elle dit son amour pour Pierre, sa lutte à ses côtés pour les sans-papiers, l'expérience de la révolte et du refus radical. C'est la voix de cette détenue, enfermée dans son huis-clos intérieur, qui résonne encore dans L'Isolement, un récit sur la prison, le deuil et la dépossession.

Pensionnaire de la villa Médicis en 2005, Gwenaëlle Aubry y écrit un roman-variation sur la laideur, Notre vie s'use en transfigurations, qui confronte le monologue intérieur d'une femme laide au discours esthétique de l'indifférence du beau et du laid. À la suite de cela, elle compose une anthologie, Le (dé)goût de la laideur.

Elle a aussi réalisé, pour France Culture, une adaptation radiophonique de La Mort de Virgile d'Hermann Broch.

En 2009, elle obtient le prix Femina pour Personne, récit sur son père atteint d'une psychose maniaco-dépressive. À partir du journal qu'il a tenu et qu'elle a retrouvé après sa mort mais également de ses souvenirs, elle y trace le portrait fragmenté d'un homme étranger à lui-même et au monde.


A propos du rédacteur

Zone Critique

 

Le Pari de la culture !