Identification

Mon premier voyage, Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 05.06.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Espagne, Italie, Jeunesse

Mon premier voyage, trad. de l’espagnol par Maud Huntingdon, OQO éditions, février 2013, 40 p. 15,50 €

Ecrivain(s): Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

Mon premier voyage, Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

Celui qui raconte cette histoire ne sait pas trop qui il est. Serait-il un étrange poisson glissant dans un océan accueillant ? Serait-il aux commandes d’une puissante navette dont les moteurs vrombissent de POUM POUM incessants ? Serait-il un nuage flottant dans le ciel ? Un événement terrible survient, le projetant hors de sa navette. Il craint le pire : va-t-il mourir ?

Au terme de son voyage, il n’a toujours pas de réponse à ses questionnements identitaires mais il sait qu’il vit et que le voyage ne fait en réalité que commencer. Il retrouve sa navette chaude et moelleuse et leurs deux moteurs vibrent à l’unisson.

Dans ce bel album se dessine le voyage par lequel débute toute existence et le jeune lecteur comprend d’emblée que le narrateur est un enfant à naître. Tout le plaisir réside alors dans la mise en images de ce que cet être en construction imagine et devine de l’espace dans lequel il grandit et « voyage », dans la joyeuse naïveté de ses paroles et de ses hypothèses. D’une page à l’autre, la situation se précise : de la bulle à la navette, de la poche à la fenêtre, le cordon prenant diverses formes.

Les somptueuses illustrations de Massimiliano di Lauro préservent l’onirisme de ce conte tout en glissant des touches d’humour. Ainsi voit-on ici le jeune scaphandrier armé d’un tuba pour respirer dans sa mer maternelle ; l’enfant déguisé parmi les poissons fabuleux.

 

 

Les sensations sont évoquées avec soin, les contacts entre l’intérieur et l’extérieur finement évoqués. Des mondes fantastiques jouxtent celui de l’enfant donnant naissance à des images emplies de détails et jouant sur le mouvement, la rondeur, les contrastes de couleurs vives et les crayonnés fragiles.

Une très belle lecture pour accompagner l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur ou tout simplement pour revenir avec chaque enfant sur le mystère de sa venue au monde et de sa conscience en développement.

 

Album à partir de 7 ans.

 

Myriam Bendhif-Syllas

  • Vu : 2330

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Paloma Sánchez Ibarzábal et Massilimiano di Lauro

 

Paloma Sánchez de Ibarzábal, née à Madrid, dès 8 ans commence à écrire les aventures impossibles qu’elle aurait aimé vivre. Plus tard, elle fait des études de psychologie, de technique supérieure en documentation, d’infirmière, de céramique, mais l’écriture l’emporte sur toutes ces disciplines. Actuellement elle se voue à la littérature. Elle travaille pour plusieurs maisons d’édition et pour OQO elle a écrit : Le chasseur et la baleine, La maison où tu n’arrives jamais, Mon premier voyage, Si j’étais un chat.

 

Massimiliano di Lauro, né à Bari en 1984, où il vit toujours, est musicien, illustrateur et graphiste. Il a obtenu son diplôme de design à l’École polytechnique de Bari en 2008. Quelques années plus tard il s’est consacré à l’illustration. Il a participé à de nombreuses expositions et travaille pour plusieurs webzines et magazines. Il publie son premier livre Mon premier voyage pour OQO éditions en 2013.

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.