Identification

Médée chérie, Yasmine Chami (par Tawfiq Belfadel)

Ecrit par Tawfiq Belfadel 16.04.19 dans La Une Livres, Actes Sud, Les Livres, Critiques, Maghreb, Roman

Médée chérie, janvier 2019, 144 pages, 15,80 €

Ecrivain(s): Yasmine Chami Edition: Actes Sud

Médée chérie, Yasmine Chami (par Tawfiq Belfadel)

 

La vie est une errance

Mère de trois enfants, Médée est sculpteur marocaine. Son époux Ismaïl est chirurgien. La vie leur était toujours voluptueuse et leur amour platonique. Médée a fait de lui le centre de sa vie et du monde.

Un jour, le couple entame son voyage vers Sidney. A l’aéroport, Ismaïl s’excuse pour revenir dans un instant. Mais il ne reviendra pas. Persuadée qu’elle a été abandonnée par l’homme de sa vie, le sens de son existence, elle se réfugie dans une chambre d’hôtel attenant à l’aéroport et refuse d’entrer chez elle.

Aussitôt, sa vie bascule et tout se métamorphose : son corps, son esprit… Elle devient étrangère à elle-même. Dans cette chambre envahie de laideur, seule la mémoire l’attache par un fil minuscule à la vie ; dans le flux des souvenirs, elle retrouve sa généalogie, son enfance, ses enfants, et tous les liens du passé. Tout a disparu et tout est là. Tout est mort et tout revient à la surface par la mémoire. Seule dans cette chambre,

« il y a en elle un monstre enchaîné qui attend une brèche pour se libérer et tout emporter dans une dévastation radicale » (p.27).

A l’aéroport, Médée rencontre Tanya, une réfugiée irakienne qui a perdu mari et fils à cause de la guerre. Cette dame lui désigne un lieu secret pour qu’elle puisse sculpter une statue. Cette œuvre exprimerait les liens entre toutes les femmes qui leur ressemblent, les errantes de la vie. Tanya l’aide surtout à ouvrir la brèche de la lumière et sortir de l’abîme où l’a jetée la trahison d’Ismaïl. Alors cette héroïne romanesque est-elle l’incarnation de la vraie mythique Médée ou la déconstruction de ce mythe ? Attendra-t-elle Ismaïl ou trouvera-t-elle l’espoir dans l’errance des autres ?

L’auteur peint un thème à la fois simple et trop complexe : la vie. Elle n’est pas présentée sous forme d’étapes et de périodes mais un ensemble de liens tissés entre les uns et les autres et qui donnent un sens à l’existence. « Nous sommes déliées, Médée, errantes, réfugiées sans refuge, et nous ne savons vivre que dans les liens que nous tissons obstinément, jusque dans la dévastation », lui dit Tanya (p.101).

La mythologie est omniprésente dans le roman. L’auteure s’est inspirée du mythe de Médée. Cette princesse rusée et maléfique a abandonné son père et sa ville pour Jason qu’elle aide à conquérir la toison d’or. Abandonnée ensuite par son mari Jason, elle s’adonne à la vengeance et au crime. En sculptant, l’héroïne du roman fouille la mythologie pour comprendre et dire le présent. Sculpter est « ce long travail sur les figures constitutives des origines, mais aussi sa généalogie intime, exhumée, revisitée, explicitée par-delà les histoires dites, dans l’exploration têtue des mythologies familiales, un Olympe désacralisé, aux figures tutélaires malmenées par cette entreprise d’excavation poursuivie pendant plus de trente ans » (p.37).

L’auteure donne plus d’importance à l’écriture qu’à l’intrigue résumée en un acte de trahison. Limpide et profonde à la fois, l’écriture de ce roman est nourrie de poésie.

L’auteure désacralise le mythe originel pour mieux comprendre et dire le présent. Elle s’est inspirée de son parcours d’anthropologue ayant travaillé sur les lignées de femmes migrantes. Embellie de philosophie et de poésie, Médée Chérie est hymne à la vie, au désir de vivre. C’est aussi un bel hommage aux errantes de la vie.

 

Tawfiq Belfadel

 


  • Vu : 398

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Yasmine Chami

 

Née en 1966 à Casablanca, Yasmine Chami, anthropologue et diplômée en philosophie et sciences sociales, a publié 3 romans chez Actes Sud : Cérémonie (1999), Mourir est un enchantement (2017, mention spéciale du jury du Prix de la littérature arabe), et Médée chérie (2019), son dernier roman.

 

A propos du rédacteur

Tawfiq Belfadel

 

Lire tous les textes de Tawfiq Belfadel

 

Jeune écrivain algérien de langue française, auteur de Kaddour le facebookiste (éd. Edilivre). A suivi des études de Lettres à l’université de Mostaganem.