Identification

Les Moments forts : Schiele à la fondation Vuitton (par Matthieu Gosztola)

Ecrit par Matthieu Gosztola le 17.12.18 dans La Une CED, Les Chroniques, Arts

Les Moments forts : Schiele à la fondation Vuitton (par Matthieu Gosztola)

 

Les nus de Schiele sont passionnants. Pourquoi ? Parce qu’ils défient toutes les conventions (qu’ils soient entièrement ou à demi dévêtus) qui définissent historiquement un genre « destiné à flatter les sens du public masculin ». Selon Jane Kallir*, il s’agit pour Schiele de « saper l’autorité du regard masculin » et d’« affirmer la sexualité de la femme dans son autonomie et sa puissance ». Et Kallir d’ajouter : « On trouve là quelques-unes des premières femmes modernes de l’histoire de l’art : les premières à disposer de leur corps et de leur sexualité ».

Et si les nus de Schiele gardent toujours en eux, sauve, une souffrance, c’est, peut-on penser, du fait de cette étonnante confession du peintre** : « Les adultes ont-ils oublié comment dans leur enfance ils étaient poussés et soulevés par l’impulsion sexuelle ? Ont-ils oublié quelle terrible passion brûlait en eux et les torturait lorsqu’ils étaient encore enfants ? Je n’ai pas oublié cela, car j’en ai terriblement souffert ».

Une dizaine d’années seulement courent de sa rupture avec l’Académie en 1909 à son décès en 1918. Comment Schiele aurait-il poursuivi son chemin ? « Ses quelques trois mille œuvres sur papier et ses trois cents toiles – au moins – peuvent se lire comme un récit visuel du passage à l’âge d’homme, affirme Kallir. Marquée à jamais par l’empreinte de la jeunesse, son œuvre s’achemine pas à pas vers la sagesse adulte et retrace fidèlement cette maturation ».

Œuvre multiple, qui ne doit nullement se résumer aux nus et à la souffrance qui est, pour le peintre, le fleuve caché abreuvant tous les éléments du visible. Ainsi de l’année 1912, qui marque un tournant. Alessandra Comini écrit : « Lassé par les intrigues où l’engluaient ses divers protecteurs, collectionneurs ou confrères, Schiele partit en 1911 pour Krumau, en Bohême, la belle cité natale de sa mère, à une centaine de kilomètres de Prague. Sa rivière aux larges méandres, les maisons posées sur la berge, la physionomie médiévale de ses rues et la campagne environnante inspirèrent à l’artiste quelques-uns de ses paysages les plus poignants. En somme, il était heureux ».

 

Matthieu Gosztola

 

* « Egon Schiele en quête de la ligne parfaite », in Dir. Dieter Buchhart, Egon Schiele, Gallimard, collection Livres d’Art, 2018.

** Cf. Dir. Arthur Roessler, Egon Schiele im Gefängnis, Vienne, Konegen, 1922.

 

Informations pratiques : « Egon Schiele », exposition à la fondation Louis Vuitton (8 avenue du Mahatma Gandhi Bois de Boulogne, 75116 Paris) du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019.

 

Pour compléter sa visite : Egon Schiele, édition publiée sous la direction de Dieter Buchhart avec la collaboration d’Anna Karina Hofbauer, textes de Dieter Buchhart, Jean Clair, Alessandra Comini et Jane Kallir, traductions de Jean Torret et Jean Pietri, Gallimard, collection Livres d’Art, 2018, 224 pages.

  • Vu: 510

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com