Identification

Les Freudiens hérétiques. Contre-histoire de la philosophie t.8, Michel Onfray

Ecrit par Arnaud Genon 08.09.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Le Livre de Poche

Les Freudiens hérétiques. Contre-histoire de la philosophie t.8, avril 2014, 408 p. 7,10 €

Ecrivain(s): Michel Onfray Edition: Le Livre de Poche

Les Freudiens hérétiques. Contre-histoire de la philosophie t.8, Michel Onfray

 

Les lucky loser de Michel Onfray

Dans Le crépuscule d’une idole. L’affabulation freudienne (Grasset, 2010), Michel Onfray s’en prenait déjà au fondateur de la psychanalyse, lui reprochant notamment d’avoir créé une science qui n’avait rien d’universel et qui n’avait jamais guéri que celui qui se targuait de l’avoir inventée. Cette « psycho-biographie nietzschéenne » avait cela de gênant qu’elle réduisait souvent la psychanalyse à la seule biographie de Freud, s’appuyant notamment sur sa correspondance. L’étude soulevait à juste titre les contradictions de l’homme, pointait des erreurs de méthode indéniables (manipulations de données cliniques) pour retirer à la psychanalyse – de manière outrancière et polémique – tout caractère scientifique. Cette philosophie « au bazooka, souvent sans nuances » (l’expression est de Bruckner qui avait pourtant défendu Onfray) mais non dénuée d’intérêt en ce sens qu’elle suscite le débat et dépoussière certains dogmatismes, avait eu les conséquences escomptées : on en parla beaucoup, 150.000 exemplaires furent vendus.

Avec Les Freudiens hérétiques. Contre-histoire de la philosophie t.8, Onfray surfe sur la vague du dossier Freud qu’il a ouvert il y a quatre ans. La thèse qu’il développe – qui n’est, quoi qu’en dise l’auteur, pas nouvelle et que même les dévots freudiens n’oseraient remettre en question – est que Freud n’est pas l’unique inventeur de la psychanalyse. Freud, conservateur, « réactionnaire, autoritaire et tyrannique » selon Onfray, serait d’ailleurs devenu « un symbole de progressisme, de libération, d’affranchissement » grâce à ceux qui ont incarné une gauche freudienne et qui critiquaient voire même s’opposaient à la pensée du maître viennois. Parmi eux, Onfray ressuscite trois hérétiques appartenant à cette mouvance : Otto Gross le nietzschéen, Wilhelm Reich le marxiste et Erich Fromm l’anti-lacanien.

Disons-le, il n’est pas déplaisant de découvrir ces trois figures selon la méthode habituelle de Michel Onfray qui vise à lire l’œuvre à la lumière de la biographie – avec tout ce que cette approche peut avoir de critiquable car à l’origine de raccourcis, d’exagérations, d’interprétations rapides et subjectives. Ce que l’on comprend rapidement, c’est qu’à travers cette réhabilitation, Onfray exprime une nouvelle fois son mépris pour une psychanalyse « transcendantale, conceptuelle, idéaliste, philosophique, littéraire, théorétique, viennoise » au profit d’une psychanalyse qu’il souhaite « empirique, pratique, thérapeutique, pragmatique, concrète, américaine ».

Onfray enfonce donc le clou planté en 2010, comme s’il n’en avait pas fini de tuer le père… Tuer le père ? Freud n’avait donc pas totalement tort…

 

Arnaud Genon


  • Vu : 2320

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Michel Onfray

 

Michel Onfray est un philosophe français, né le 1er janvier 1959 à Argentan

 

A propos du rédacteur

Arnaud Genon

Lire tous les articles d'Arnaud Genon

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : Littérature française et francophone

Genres : Littérature du "je" (autofiction, autobiographie, journaux intimes...), romans contemporains, critique littéraire, essais

Maisons d´édition : Gallimard, Stock, Flammarion, Grasset


Arnaud Genon est docteur en littérature française, professeur certifié en Lettres Modernes. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il est l´auteur de Hervé Guibert, vers une esthétique postmoderne (L’Harmattan, 2007), de L’Aventure singulière d’Hervé Guibert (Mon petit éditeur, 2012), Autofiction : pratiques et théories (Mon petit éditeur, 2013), Roman, journal, autofiction : Hervé Guibert en ses genres (Mon petit éditeur, 2013). Il vient de publier avec Jean-Pierre Boulé,  Hervé Guibert : L'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses universitaires de Lyon, coll. Autofictions etc, 2015). Ses travaux portent sur l’écriture de soi dans la littérature contemporaine.

Il a cofondé les sites herveguibert.net et autofiction.org