Identification

Le salaire de la peur, Georges Arnaud

Ecrit par Christian Massé 31.05.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Pocket

Le salaire de la peur, Georges Arnaud

Ecrivain(s): Georges Arnaud Edition: Pocket

Le salaire de la peur, Georges Arnaud

 

Las Piedras : des cabanes croulantes, des terrains vagues semés de cubes de ciment, de la boue, des moustiques, la malaria. Le Corsario Négro : les Guatémaltèques et les Gringos y ont leurs quartiers et leur muse tarifée. Tous veulent partir de cette ville en loques, et sont prêts à tout pour ça, enfin, ils le disent. Un peu partout, des pick-up, des camions citernes, des derricks. Les pistes, du sable sous les alizés. Plus loin, des pompes à forage, des semi-esclaves qui peuvent disparaître quand ça pète, et le boss. Et la nitroglycérine. Des histoires de carcasse, d’os et d’acier.

Dans ce paroxysme de misère, un jour, un détonateur :

On embauche excellents chauffeurs de camion.

Travail dangereux. Hauts salaires. S’adresser au bureau.

Commence alors un long périple pour quatre hommes, deux par deux. Voyage dans la sueur, autant celle de la chaleur que celle de la peur. Surtout la peur.

Elle est là, massive, présente et stupide, il n’y a pas à se la cacher. Le feu au cul, et pas pouvoir courir. Seulement, la peur, on peut tout de même quelque chose sur elle : la refuser ; une lettre recommandée du Diable, et on la refuse. Elle continue à attendre à la porte. Elle fait son lit derrière, dans le tank à nitroglycérine ; de là, elle guette. Elle fait bon ménage avec cette soupe à mort subite.

Le roman de Georges Arnaud a été adapté au cinéma en 1953. Un film culte de Georges Henri Clouzot avec Charles Vanel et Yves Montand.

Plus qu’une cruelle histoire de passeurs de nitroglycérine, ce roman, écrit dans un style « brut de décoffrage » et, en même temps, pudique, prend les hommes au berceau de leur misère socio-affective, et leur offre un tête-à-tête avec leur propre mort. Áras du sable, ils mènent une existence virile, triviale, rêvent d’un ailleurs. On dirait parfois un décor d’ombres chinoises, notamment au Corsario Négro, où  les gens et les choses de là-bas et d’avant s’oublient vite. Il n’y a pas de liens extérieurs pour ces Guatémaltèques et ces Gringos qui semblent vivre suspendus à un rêve pouvant virer au cauchemar. C’est la poétique du risque salarié (Georges Arnaud).

 

Christian Massé

 


  • Vu : 1430

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Georges Arnaud

 

Henri Girard, dit Georges Arnaud est un écrivain, journaliste d'investigation et militant politique français, né en 1917 et mort en 1987. Georges est le prénom de son père, Arnaud le nom de jeune fille de sa mère.

 

A propos du rédacteur

Christian Massé

Lire tous les articles de Christian Massé


Rédacteur


Christian Massé, la soixantaine, vit installé en Touraine depuis 1990, après dix huit années passées à Paris. Marié, père de cinq enfants.

A publié :


Entre noir à Jean-Jaurès, éd. Denis Jeanson, 1997.
Le Drôle-au-diable, récit, éd. Le Temps des Cerises, Paris, 2001.
La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, épuisé.
La Loire dans tous ses ébats, nouvelle ligérienne, éd. Le Petit Pavé, Brissac, 2007.
La dernière nuit de Josepha, roman, éd; Le Temps des Cerises, 2008.
Les troubadours dans la ville, ouvrage collectif (? De la plume à la dague ?, nouvelle de CM) édité par le

La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, ré-édité en 2012.

Le mauvais génie, nouvelle, façon Oulipo, La comtesse de Ségur et nous, ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai.

La colère des imbéciles remplit le monde. Opuscule sur l'écrivain Georges Bernanos, à partir de son essai "Les grands cimetières sous la lune". BNF 2013.

Lettres de Lucien Gerfault à son père, roman épistolaire, éd. Antya, 2013.

Et Siroco nous était conté?Récit d'un séjour effectué en mer Méditerranée sur le vaisseau de guerre SIROCO, du 9 au 14 juin, éd. Antya,2013.

Palestine...Terre sainte, Terre souffrante.Opuscule d'une conférence tripartite organisée par la paroisse de Saint Côme en Loire en octobre 2010. Ed. Antya.

Le temps ininterrompu, anthologie, éd. Antya, 2014.

Consuelo, c'est moi, récit critique, "Lire George Sand", ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai, 2014.

Le temps numérique, anthologie (chroniques littéraires numériques), éd. Antya, 2015.

L'atelier de l'avenue du Maine, adaptation théâtrale du roman de Marguerite Audoux, "L'atelier de Marie-Claire", éd. Le Jardin d'Essai, 2015.

Le Journal retrouvé, récits auto biographiques, auto édité, 2016.

Les genêts, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Les Lettes Libres, 1986)

La dernière nuit de Josepha, roman, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Le Temps des cerises, 2008)

Flaure, peintre du figuratif,éd. Les Dossiers d'Aquitaine, collection Beaux livres. 2018

 

A été membre de l'Union des écrivains, pendant 15 ans.
Membre de la Société des Gens de Lettres (depuis fin décembre 2010)

- Animateur de rencontres littéraires et artistiques (Tours).

- Président de l'association Les Arts en écho !


Président de l'Association littéraire La Plume ligérienne (organise des soirées littéraires dans des lieux non institutionnels)