Identification

Le Louvre insolent, Cécile Baron et François Ferrier

Ecrit par Yan Lespoux 19.03.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Arts, Anamosa

Le Louvre insolent, Cécile Baron et François Ferrier, mars 2016, 128 pages, 16,50 €

Edition: Anamosa

Le Louvre insolent, Cécile Baron et François Ferrier

 

 

Nouvelle venue dans le domaine des sciences humaines, la jeune maison d’édition Anamosa ouvre ses publications avec un ouvrage hybride et irrévérencieux à la croisée des chemins entre le guide muséologique et l’histoire des arts.

Ce que proposent là Cécile Baron et François Ferrier, c’est ni plus ni moins que de visiter le musée du Louvre autrement et, tant qu’à faire, en se marrant un peu. Si les trois chapitres qui structurent le livre sont on ne peut plus classiques (Écoles du Nord, École française, Écoles italienne et espagnole), les titres qui accompagnent chaque œuvre étudiée sont bien plus évocateurs : Gym Tonic, La main au panier, La croisière s’amuse… autant d’accroches qui donnent le ton d’un ouvrage décalé mais toujours érudit.

Car oui, on s’amuse dans ces pérégrinations artistiques dans un Louvre un peu méconnu, à l’écart des œuvres qui attirent le plus les visiteurs, et l’on constate à quel point l’artiste peut parfois passer à côté de son sujet ou, au contraire, trop le creuser. On s’amuse de ce Saint Jérôme macrocéphale bodybuildé, on pouffe devant Jésus tenté par une créature qui tient plus de l’incroyable Hulk que de la représentation que l’on se fait du Diable et l’on s’étonne de l’énorme moisson de putti inquiétants ou complètement paumés qu’ont pu faire les auteurs.

Mais si l’on s’amuse, si l’on prend un plaisir manifeste à se plonger dans les riches illustrations du livre et dans les textes à l’ironie mordante qui les accompagnent, on apprend aussi beaucoup de choses sur la manière d’appréhender les tableaux, de comprendre pourquoi et comment l’artiste a pu se planter – parfois à cause d’un détail qui déséquilibre l’ensemble. Surtout Cécile Baron et François Ferrier font œuvre de pédagogues. Ils ne sont pas là pour se moquer gratuitement. Ils expliquent, recontextualisent (en particulier en évoquant les critiques faites au moment des premières expositions des tableaux) et comparent : pour chaque œuvre étudiée, une autre, bien plus réussie, soit du même artiste, soit du même courant ou portant sur le même thème, est aussi présentée.

Tant et si bien que lorsque l’on finit de picorer ce Louvre insolent, on éprouve à la fois le plaisir d’une lecture éminemment distrayante et celui d’avoir appris quelque chose. Et l’envie aussi de (re)faire un tour au Louvre en portant un regard neuf sur les peintures qui y sont exposées. Enfin, on ne peut qu’espérer que cet ouvrage trouvera son public et que le Louvre saura profiter de ce livre moderne et érudit pour offrir à ses visiteurs la possibilité de visites intelligentes et décalées.

 

Yan Lespoux

 

Cécile Baron est professeur d’anglais et d’histoire des arts en lycée.

François Ferrier, né en 1976, est artiste peintre.

  • Vu : 1709

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Yan Lespoux

 

Tous les articles de Yan Lespoux

 

Rédacteur

genres : roman noir, littérature américaine - histoire -

éditeurs suivis : Métailié, Seuil, Rivages, Gallimard.

Yan Lespoux, enseignant, docteur en histoire contemporaine.

Tient un blog consacré au roman noir et au polar (www.encoredunoir.com)