Identification

Le complexe de l’écrivain (5), par Eric Dubois

Ecrit par Eric Dubois 16.01.18 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

Le complexe de l’écrivain (5), par Eric Dubois

 

J’ai posté la lettre. Et j’ai attendu. Frédéric Beigbeder m’a répondu. On a pris rendez-vous au Bonaparte.

Voici notre entretien. Autour d’un crème pour moi et pour Frédéric, un cocktail (j’ai oublié le nom) dont il raffole.

– Bonjour Frédéric !

– Bonjour.

– Comment allez-vous ?

– Je vais bien. Et vous ?

Un long silence.

– Bien aussi. Je vous ai fait venir, Frédéric, car j’ai le complexe de l’écrivain.

– ?

– La peur de la page blanche et le refus d’être visible.

– ?

– Et je suis un poète. Autrement dit, je suis un pigeon malade.

– Intéressant… En quoi puis-je vous être utile ?

– Ma petite amie me conseille d’écrire un roman.

– Mais vous dites que vous êtes un poète et que vous avez la peur de la page blanche et que vous refusez d’être visible ! Continuez comme cela ! Continuez d’être un pigeon malade, comme vous dites ! Vous travaillez ?

– Oui, je fais quelques piges pour des journaux et des magazines.

– Alors, continuez ! Et écrivez des poèmes et publiez de temps en temps des livres de poésie.

– Et un roman ?

– Oui, si vous voulez, mais un roman hermétique, inaccessible pour le commun des mortels ! Comme ça, vous avez toutes les chances d’être un jour dans les manuels scolaires ou dans le programme du Bac.

– Comme Claude Simon ?

– Oui. Les romans qui sont des best-sellers ne sont pas toujours les meilleurs des livres !

– Que voulez-vous dire ?

– L’air du temps. Il faut capter l’air du temps. Et cela ne demande pas énormément de talent.

– Mais l’air ne fait pas la chanson, comme on dit !

– Je vous le dis, il faut coller à son époque, c’est tout ! L’air du temps, je vous assure !

Nous avons encore parlé quelques dizaines de minutes. Puis, comme Frédéric Beigbeder avait un autre rendez-vous à honorer, ailleurs, dans Paris, un producteur de télévision je crois, nous avons décidé de nous revoir un autre jour. Il m’a laissé avec l’air du temps. Bien sûr, c’était un excellent conseil, une idée à creuser. L’air du temps !

 

A suivre

 

Éric Dubois

 

Lire toutes les parties du texte

 


  • Vu : 1964

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Eric Dubois

Lire tous les textes d'Eric Dubois

 

Eric Dubois est né en 1966 à Paris. Auteur de plusieurs ouvrages de poésie dont  entre autres « L’âme du peintre » ( publié en 2004) ,  « Allée de la voûte »(2008), « Les mains de la lune » »(2009), « Ce que dit un naufrage »(2012) aux éditions Encres Vives, « Estuaires »(2006) aux éditions Hélices ( réédité aux éditions Encres Vives en 2009), « C'est encore l'hiver »(2009) , « Radiographie » , « Mais qui lira le dernier poème ? » (2011) sur www.publie.net, « Mais qui lira le dernier poème ? » aux éditions Publie.papier, « Entre gouffre et lumière » (2010) chez L'Harmattan ,« Le canal », « Récurrences » (2004) , « Acrylic blues »(2002) aux éditions Le Manuscrit. Participation à de nombreuses revues.  Textes inédits dans les anthologies  Et si le rouge n 'existait pas ( Editions Le Temps des Cerises, 2010) et Nous, la multitude ( Editions Le Temps des Cerises, 2011), Pour Haĩti ( Editions Desnel, 2010) , Poètes pour Haĩti (L'Harmattan, 2011), Les 807, saison 2 ( Publie.net, 2012), Dans le ventre des femmes ( Bsc Publishing, 2012) ... Responsable de la revue de poésie en ligne « Le Capital des Mots ». Blogueur : « Les tribulations d'Eric Dubois ».

 

http://ericdubois.net

http://ericdubois.info

http://le-capital-des-mots.fr