Identification

La mort préfère Ava, Maïté Bernard

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 22.03.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Jeunesse, Editions Syros

La mort préfère Ava, août 2013, 280 pages, 16,90€

Ecrivain(s): Maïté Bernard Edition: Editions Syros

La mort préfère Ava, Maïté Bernard

 

 

Comment se consacrer à sa vie d’adolescente lorsque l’on peut voir les morts et que des fantômes ne cessent d’apparaître, interrompant vos activités et vos discussions les plus privées ? Avec bien des difficultés, comme le démontre le quotidien d’Ava.

Notre héroïne se trouve sur l’île de Guernesey pour des vacances bien remplies. Initiée à son rôle de consolateur dans le précédent volume, la jeune fille doit participer à sa première assemblée annuelle des consolateurs de fantômes. Elle poursuit également, en compagnie de Cécilia Watson, sa formatrice, son recensement des fantômes des îles britanniques et sa présentation des groupes de consolation pris en charge par les fantômes volontaires.

Pour y parvenir, Ava souhaiterait que Cécilia se montre moins secrète et l’éclaire de ses connaissances. Or, la vieille dame semble bien déterminée à garder pour elle son savoir et ses secrets. De plus, un autre sujet de taille préoccupe la jeune fille : ses relations avec les garçons. Elle retrouve sur l’île, Marco, son amour d’été de l’an passé ; elle rencontre Alistair, un plus que séduisant jeune homme dans le château où elle loge avec son oncle ; elle est poursuivie par les assiduités de Théo, un fantôme aussi sympathique qu’excessif. Ava doit jongler entre ces différentes relations, mais le comble est atteint lorsqu’elle réalise que les fantômes spéculent allègrement sur celui qui retiendra toute l’attention de leur futur consolateur. Lequel finira par l’emporter ? « Le brun, le blond ou le mort ? ». Car, pour une fois qu’ils peuvent s’intéresser à autre chose qu’à la mort, les facétieux fantômes s’en donnent à cœur joie.

Les péripéties se multiplient à un rythme soutenu, les secrets s’épaississent. Ava doit trouver des réponses par elle-même à toutes ces énigmes… mais surtout se maintenir en vie face à des ennemis de plus en plus redoutables. L’écriture élégante et légère rend l’ouvrage tout à la fois accessible et consistant. L’humour d’Harald le Viking rivalise avec les sous-titres de chapitres désopilants qui égrènent les règles de « l’art du consolateur » : « Ne pas croire qu’un fantôme plus âgé que vous, que ce soit de cinquante ans ou de trois siècles, est plus sage », « Ne pas voir des problèmes là où il n’y en a pas (comme on le disait précédemment, votre vie est déjà assez compliquée comme ça) », « Vous ne pouvez pas voler. Vous ne pouvez pas traverser les murs. Vous ne pouvez pas vous téléporter. Ce sont les fantômes qui peuvent faire tout cela. Vous n’avez aucun super pouvoir, vous n’êtes pas un super héros, vous êtes juste un humain ».

Les aventures d’Ava se complexifient et captent de plus en plus le lecteur. On a hâte de voir évoluer cette charmante héroïne accompagnée de ses amis morts ou vifs.

 

Roman à partir de 12 ans

 

Myriam Bendhif-Syllas

 


  • Vu : 1539

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Maïté Bernard

 

Maïté Bernard est née en 1973. Elle écrit des romans, souvent noirs et travaille comme documentaliste. Elle a obtenu le prix du polar 2003 de Montigny-lès-Cormeilles, pour son premier roman Fantômes, paru à la Série Noire en 2002. Elle a publié aux éditions Syros Un cactus à Versailles (2009) et Trois Baisers (2010) avant de commencer la série Ava en 2012.

Ava préfère les fantômes

http://www.lacauselitteraire.fr/la-cause-buissonniere-lisez-jeunesse-2.html

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Membre du comité de rédaction

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.