Identification

La mort est une nuit sans lune, Renaud Santa Maria

11.09.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, La rentrée littéraire, Roman, Stéphane Million éditeur

La Mort est une nuit sans Lune, Stéphane Million Editeur, 23 août 2012, 15 €

Ecrivain(s): Renaud Santa Maria Edition: Stéphane Million éditeur

La mort est une nuit sans lune, Renaud Santa Maria

Après nous avoir étonné et passionné avec son premier livre Le cœur en berne (Recueil de nouvelles) et ses différentes publications dans la très bonne revue Bordel éditée par Stéphane Million. Renaud Santa Maria fait sa rentrée cette année avec son premier roman.

Attention auteur !

Premier roman, première réussite.

Quel amour de la langue, quelle beauté dans le choix des mots, avec en plus une pointe d’humour parfois légèrement décalée.

Au travers des pages, nous traversons la vie d’un homme, Augustin. De l’enfance à l’âge des souffrances. La dépression, l’envie de mort et l’amitié sont présentes tout au long de cette vie. Une forme de bonheur aussi lorsqu’il rencontre enfin Clara qui, un temps du moins, lui fera oublier qu’il n’est pas de ce monde.

C’est après avoir quitté Reims, sa ville natale, pour Paris, qu’il provoquera la rencontre de la femme de sa vie.

« Galvanisé comme un aveugle qui recouvrait la vue, je décidais d’aller aussitôt à sa rencontre et de m’adresser à elle.

– Veuillez m’excuser par avance, mais j’aurais une faveur à vous demander qui me tirerait sincèrement de l’embarras : m’autoriseriez-vous à tomber amoureux de vous ? »

Elle lui fera connaître la passion, la vraie. Celle qui brûle dans tous les sens du terme.

« – Tu vois Clara, c’est idiot, mais même heureux avec toi, je ne parviens pas à me défaire de l’idée de la mort. J’ai même toujours cherché à lui trouver une définition parfaite de ce qu’elle évoque au plus profond de mon âme…

– Je crois, en voyant l’immensité de cette nuit qui se confond avec la mer, si calme, si silencieuse, que si nous n’avions pas au-dessus de nous ce magnifique clair de lune me permettant de t’apercevoir… Oui, je crois bien alors que la mort serait une nuit sans lune… ».

Le passé, la mort, l’amour jusqu’à la passion, jusqu’à l’obsession. Arthur Rimbaud, le pont des Arts et ses cadenas comme lieu d’union. Paris en ce qu’elle est de plus romantique et dramatique.

Une chute inattendue, un final en feu d’artifice, tout y est !

Alors, fiction, autofiction ou autobiographie ? Seul l’auteur peut répondre à cette question, mais en tout cas Augustin le « héros » de ce livre est l’image même de ce que l’auteur donne de lui en public.

Je ne parle même pas de la présence de Stéphane des Monts avec qui il désire tellement travailler et dont le nom et la description physique sont si proches de Stéphane Million son éditeur. Ou encore de Pandora, son chat noir qui existe vraiment (des photos de lui (elle) sont souvent publiées par l’auteur sur son mur Facebook). Et enfin, voir surtout, Palma, sa mère à qui il avait déjà dédié un magnifique poème dans son recueil Le cœur en berne et qui occupe une place discrète, mais centrale dans ce livre.

Dans la vie d’un lecteur, il y a des livres qui passent et d’autres, bien plus rares, qui marquent. Sans aucune hésitation La Mort est une nuit sans lune fait partie de la seconde catégorie.

Merci Renaud et à très vite pour la suite.

 

Eric Neirynck


  • Vu : 2805

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Renaud Santa Maria

 

Renaud Santa Maria est journaliste à Paris. Dès l’enfance, il s’attela à ses deux passions : la poésie et la musique. Le cœur en berne, recueil de nouvelles et de poèmes, a été publié en 2010 (chez Stéphane Million éditeur). Il a également écrit de nombreuses nouvelles dans la revue Bordel.
La Mort est une Nuit sans Lune est son premier roman.