Identification

La maison sur les nuages, Raymond Farina

Ecrit par Emmanuelle Caminade 20.05.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Recours au poème Editeur

La maison sur les nuages, avril 2015, ebook 165 pages, 7 €

Ecrivain(s): Raymond Farina Edition: Recours au poème Editeur

La maison sur les nuages, Raymond Farina

 

Raymond Farina dont les poèmes sont présents dans de nombreuses revues est aussi l’auteur de dix-neuf recueils poétiques publiés entre 1979 et 2006. Depuis, ce poète et traducteur semble surtout se consacrer à la traduction de poètes contemporains de diverses langues. Et c’est avec intérêt qu’on accueille cette anthologie dans laquelle il a réuni de nombreux poèmes puisés dans la quasi-totalité de son œuvre auxquels s’ajoute un poème inédit. Car le choix des textes composant La maison sur les nuages rend moins compte de la diversité d’une œuvre qu’il n’en privilégie certains thèmes, soulignant à la fois sa constance et son évolution et lui donnant un éclairage particulier : une tonalité lumineuse et apaisée semblant réconcilier les contraires, « effaçant / la frontière/ entre mourir et vivre ».

Raymond Farina fut confié à une nourrice maltaise qui l’éleva tendrement jusqu’à huit ans dans une maison sur les hauteurs d’Alger où il vécut proche des bêtes, faisant défiler la « fable des nuages », mêlant dans ses songes la réalité à la Légende. Puis il grandit dans un petit village de pêcheurs de la côte atlantique marocaine, courant librement la campagne et apprenant les oiseaux des petits bergers de son âge.

Profondément ancrée dans la nature dont elle célèbre la beauté dans ses aspects les plus simples, lui conférant souvent une portée révélatrice, sa poésie, bien que marquée par l’absence et par la mort, transcende la confuse et douloureuse histoire familiale, et la recherche de la figure paternelle y prend une dimension ontologique, « l’énigme de soi » semblant toucher aux « entrailles de l’Etre ».

C’est une poésie qui prend sa source dans le « pays-lumière » de l’enfance, véritable « matière éruptive à rêver »*, dans ce chaos apaisé où le mystère était apprivoisé, dans un temps où « hommes, bêtes & dieux parlaient tous » une « langue limpide ». Un pays, une langue et un sens perdus, un enfant « disparu corps & biens / dans le conte d’hier » dont le poète serait un peu le fantôme errant, prisonnier du gris d’un monde hivernal et aspirant à retrouver la paix de son « jardin des merveilles », de son « Arcadie pré-symbolique ». Un poète nomade exilé du bleu d’une saison à la floraison éternelle, ce bleu confinant au blanc – aux « pierres des morts » et à « l’Infini d’un amandier en fleurs ». Un poète aimanté par son « soleil d’origine », qui prendrait « au vol une migration de sternes » pour retrouver « l’été d’un texte indestructible » :

Au bout de mes doigts je détiens/ ces blancs oiseaux cunéiformes/ (…) ces moments d’ailes donnant ciel/ à mes mots.

Et le poème s’anime (Ici l’été s’exalte/ Le poème sent battre/ ses sèves jugulaires), luttant contrel’hiver/ comme négation de vivre :

 

Naître en prenant le temps et l’espace

comme on prend un train pour l’ailleurs

pour des vergers comme des pages

d’abeilles butinant le blanc

quand l’allégresse des enfants

surgit de la légende fraîche

du linge qui giffle le vent

 

(…) Et pour n’être pas rien

pour ne pas m’effacer

ces mots de mes deux langues

gardés tout près de l’âme (« La prison du ciel », 1980)

 

Une poésie pour naître et renaître capable « d’inachever l’enfance » et de ranimer les gisants « sous le granit de leurs paupières/ leurs tempes battant encore/ d’acacias ivres d’abeilles.

Centrée d’abord sur le besoin d’exister et d’accepter la vie, de la « conduire en douceur » en « apaisant l’épopée trop proche », cette anthologie, au fur et à mesure que l’on avance dans la chronologie des poèmes, semble guérir le cœur « de sa vieille manie horlogère », le poète s’éloignant de « l’anecdote du monde » et atténuant « l’horreur de mourir » en apprenant à s’effacer :

 

se sentit proche des nuages

(…) Apprit comme eux

comment on passe

s’effaça comme eux

de son ciel

Apprit

sans le savoir

l’Invisibilité (« Fantaisie », 2006).

 

Un poète « célestement présent absent » devinant même « le temps léger de ce pays/ qui ne sait pas encore son nom ».

A l’image de l’éphémère papillon Epitola Posthumus, ce « fin saphir égyptien/ à l’aile à peine/ ourlée de deuil », l’art poétique de Raymond Farina est un art de vivre mais aussi de mourir :

 

Vraiment l’enfance est devant toi

(…) ta façon libre & musicale

d’immobiliser temps et espace

une sorte d’art poétique

qui pourrait être également

un art de vivre en allégresse

(…) pour ne capter à tout instant

que la fine fleur du réel

 

Une « métaphysique de la légèreté » accompagnant – peut-être même au-delà – notre passage sur cette terre, et nous libérant – aux deux sens du terme – de la « gravité » de ce  monde.

 

Emmanuelle Caminade

 

* Mais, 1979, plaquette non citée dans cette anthologie

  • Vu : 1529

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Raymond Farina

 

Raymond Farina est né à Alger en 1940 et réside à Saint-Denis de la Réunion. Il a traduit des poètes américains, espagnols, italiens et portugais, et lui-même a publié dans de nombreuses revues françaises ou étrangères. Il est également l’auteur de nombreux recueils. Parmi ses recueils figurent La Prison du ciel (Rougerie, 1980), Les lettres de l’origine (Temps Actuels, 1981), Fragments d’Ithaque (Rougerie, 1984), Pays (Folle Avoine, 1984), Virgilianes (Rougerie,1986), Anecdotes (Rougerie, 1988), Epitola posthumus (Rougerie, 1990, Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres), Anachronique (Rougerie, 1991), Ces liens si fragiles (Rougerie, 1995), Exercices (L’Arbre à Paroles, 2000), Italiques, édition bilingue, version d’Emilio Coco (I Quaderni della Valle, 2003), Fantaisies (L’Arbre à Paroles, 2005), Une colombe une autre (Edition des Vanneaux, 2006), Eclats de vivre (Editions Bernard Dumerchez, 2006).

 


A propos du rédacteur

Emmanuelle Caminade

 

Lire Tous les articles d'Emmanuelle Caminade

 

Rédactrice

Genres : ROMANS – Essais – Poésie

Maisons d'édition : ACTES SUD, GALLIMARD, INCULTE, VERDIER, ZOE, RIVAGES, MERCURE, QUIDAM ...

Domaine de prédilection : Littérature de LANGUE FRANCAISE (Française ou étrangère, notamment en provenance du MAGHREB...)

 

Emmanuelle Caminade est née en 1950, elle vit dans le sud de la Drôme, dans le canton de Grignan.

Elle a fait des études de droit  à Paris mais n'est entrée dans la vie active que tardivement en passant un modeste concours de l'éducation nationale. A la retraite depuis 2006, elle a commencé à écrire, en tant qu'abonnée, dans plusieurs  éditions participatives de Mediapart avant de créer son propre blog littéraire, L'or des livres, en septembre 2008.