Identification

La cause buissonnière : Lisez jeunesse ! (3)

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas le 09.06.12 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

La cause buissonnière : Lisez jeunesse ! (3)

 

L’objet du jour ? Une chronique sur les super héros ou un nouvel avatar du justicier qui s’enfuit au bout de la nuit ? Et bien non, il faudra attendre encore un peu – le projet chemine – pour découvrir l’actualité des comics et les réécritures de ces mythes urbains. Qui se cache alors derrière ce masque espiègle et d’une redoutable efficacité ? Cela ne vous sera pas dévoilé aujourd’hui. Sachez simplement qu’il s’agit d’une équipe qui œuvre avec passion et amour de la just…esse ; que la structure est petite, conduite par un seul duo, épaulé par des collaborateurs de talent et que cette maison discrète veille au cœur d’une cité rose. Le Vengeur masqué, ça se mérite, ça se découvre entre initiés, ça passe par le bouche à oreille et aujourd’hui on en cause ! Nul doute qu’il viendra nous parler un jour prochain et nous révéler quelques uns de ses secrets.

En attendant, saluons bien bas la richesse et l’exigence des ouvrages qui sortent de derrière le masque.

On y découvre une collection de documentaires intitulée A l’intérieur à partir de 4 ans, qu’il faut explorer et tripatouiller sans remords. Ici, on ouvre une page qui s’ouvre elle-même sur une infinité de possibles. On soulève ainsi les volets : un bâtiment, une porte, on entrouvre des fenêtres, de mini languettes. C’est le principe des poupées gigognes appliqué à la curiosité et à la dextérité enfantines. Des transports au chantier ou à la ville, le quotidien révèle ses coulisses, soutenu par des surprises drolatiques cachées aux quatre coins du livre. Le texte de Sophie Amen est efficace et amusant, les illustrations pleines de vie. Pour les amateurs de documentaires, d’autres livres animés se penchent sur les monstres, l’univers de la ferme ou celui de la mer. Ils partagent les mêmes qualités : rigueur de l’information, qualité de la réalisation, caractère ludique des illustrations et de l’animation.

Le Vengeur masqué s’est aussi trouvé un super héros – nous y revenons. Mais, là, attention. Super-Beige a de quoi étonner. D’ailleurs, il détone à vrai dire : petit, maigrichon, attifé d’un costume de bric et de broc. Notre jeune héros masqué a pourtant de réelles dispositions pour sauver l’humanité. Or, il s’affronte au constat suivant : malgré sa cape et toute sa bonne volonté, il manque de super-pouvoirs, comme celui de voler. Cela ne fonctionne pas en solo, mais avec l’aide de quelques super-animaux… Dans ces albums très drôles, aux illustrations poétiques, le jeune lecteur retrouve ses propres questions, ses propres limites. Super-Beige, c’est le gamin qui rêve, le gamin qui espère que la magie va opérer. L’association de plusieurs procédés graphiques souligne ce mélange entre réalité et fiction où le héros évolue en volume dans un univers dessiné.

 

Pour les plus grands, un très bel album apporte son éclairage sur la déportation. Dans L’Envers des couleurs, se racontent les déboires de Jules un garçon daltonien. On se moque de lui et on l’accuse de faire aller le monde de travers. Jules aimerait voir la vie en rose mais cela lui est impossible. Un beau jour, un homme vient promettre aux habitants « une terre sur mesure, sans vert ni rouge ». Il y envoie les gens comme Jules et se lance dans une guerre pour repeindre le monde en kaki. Des libérateurs bombardent le pays de couleurs mais l’histoire est un éternel recommencement : « D’abord, des mots pour rire, puis d’autres pour médire… Un peu de poudre aux yeux, des wagons à la queue leu leu… ». Didier Mounié et Rémi Saillard nous présentent un ouvrage pudique et engagé, maniant mots et images dans un équilibre très délicat et cru à la fois. La peur, l’injustice, la souffrance surgissent de ces pages graves où les couleurs traduisent chaque étape de l’histoire comme en un poème.

 

Voici quelques unes des superbes trouvailles que recèle Le Vengeur masqué, maison d’édition indépendante et vaillante à qui nous souhaitons de continuer longtemps à signer de son masque vengeur des ouvrages aussi réjouissants qu’éclectiques.

 

Myriam Bendhif-Syllas

 

Dans ma ville, Sophie Amen et Charles Dutertre, 2011, 16 pages, 14 €

 

 

Super-Beige le retour, Pierre-Luc Granjon et Samuel Ribeyron, 2012, 32 pages, 12 €

 

 

L’Envers des couleurs, Didier Mounié et Rémi Saillard, 2011, 40 pages, 14 €

  • Vu: 1769

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.