Identification

La bibliothèque idéale de Sophia Dachraoui

Ecrit par Sophia Dachraoui 23.06.11 dans La Une Livres, Les Livres, La bibliothèque idéale

La bibliothèque idéale de Sophia Dachraoui


Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire.

Quand la poésie décide que le « spleen » peut fleurir. Quand la beauté décide d’être du côté de l’écriture. Alors du mal fleurissent des poèmes.


La Route des Flandres, Claude Simon.

Quand la mémoire se fait labyrinthe. Quand l’écrivain perd le fil d’Ariane. Quand le lecteur se fait Minotaure. Alors l’écriture se fait « Route des Flandres ».


Molloy, Beckett.

Quand le langage devient sarcasme, quand on veut assister au meurtre du « politiquement correcte », quand on veut explorer le vide, quand on veut toucher les limites de la vie, de la mort, de l’écriture, du roman et jusqu’aux limites de l’humain, on peut lire Molloy.

Voyage au bout de la nuit, Céline.

Quand la guerre rend l’humain ténébreux, un voyage au bout de sa nuit vaut la peine. Voyage au bout de la nuit est aussi voyage au bout de soi-même.


Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche.

Quand on ne veut plus faire partie du troupeau. Quand on veut être universel et pourtant unique. Mais aussi, quand la philosophie devient poésie.


Cinq leçons sur la psychanalyse, Sigmund Freud.

Quand on n’a pas peur de se voir tout nu. Quand on n’a pas peur d’explorer l’inconscient : les rêves, la sexualité infantile, le refoulement, la sublimation, le transfert, les actes manqués dont les lapsus etc.


À La Recherche du temps perdu, Marcel Proust.

Quand « la vraie vie c’est la littérature ». Peut-on guérir de Proust ? Doit-on guérir de Proust ? Parce que quand on lit Proust, on n’en sort pas indemne. Il nous habite à chaque moment de notre vie.  Lire la Recherche c’est perdre la limite entre la vie et la littérature.


La Ferme des animaux, Georges Orwell.

Quand la soif du pouvoir abrutit les hommes jusqu’au stade animal. Quand « tous les animaux sont égaux », mais que le système fasse qu’ « il y en ait qui le soient plus que d’autres ».


Tropismes, Nathalie Sarraute.

Quand on écoute la vie dans ses moindres chuchotements. Quand on visite ses moindres recoins.


Le plaisir du texte, Roland Barthes.

Le plaisir du Texte ou les infidélités de Barthes. Quand Barthes trompe son épouse avec son amante, quand il fait cohabiter critique littéraire et écriture romanesque. Du plaisir avec les deux ? Et pourquoi pas ?


 

Sophia Dachraoui


  • Vu : 3084

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Sophia Dachraoui

Rédactrice régulière.

Docteur en littérature française.

Spécialité : littérature du XX ème siècle ; Marcel Proust, Beckett, Claude Simon, le Nouveau Roman.

A effectué des recherches sur Nietzsche et Freud.