Identification

L’Enfant de l’œuf, Amin Zaoui (nouvelle critique)

Ecrit par Belkacem Meghzouchene 14.06.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Maghreb, Roman, Le Serpent à plumes

L’Enfant de l’œuf, 2017, 208 pages, 18 €

Ecrivain(s): Amin Zaoui Edition: Le Serpent à plumes

L’Enfant de l’œuf, Amin Zaoui (nouvelle critique)

 

Un bibliomane aviné se livre à un caniche philosophe

Peau :« Et je la serre dans mes bras comme un mythe vivant, Lara ! ».

Première ode charnelle de L’Enfant de l’œuf, dixième roman en français signé par l’écrivain prodige et érudit, Amin Zaoui. L’œuvre narre la solitude d’un homme au sein d’une société algérienne mutante, intolérante, extrémiste, annulatrice, égoïste, et castrée de toute vocation citoyenne. La religiosité prime sur la civilité. L’absurde sur la raison. Il est question de la « phobie de l’autre », et de l’aliénation des valeurs humaines, mystifiées par la charlatanerie et la cagoterie. Zaoui nous étale une structure romanesque inhabituelle : il divise le texte en 287 chapitres de densités différentes, chacun portant un titre incongru, où se relaient deux voix conteuses, l’une humaine et l’autre canine ! Tel un Cube de Rubik, vous pouvez commencer à aborder ce texte moqueur des dogmes là où il vous chante, et le sens de l’histoire demeure intact. Un Zaoui pince-sans-rire.

Trois personnages-clé meublent le récit décapant par son cran. Mouloud Aït Mouhoub, alias Moul, un quadragénaire divorcé, trilingue, partageant son appartement colonial type F2 vue sur la baie d’Alger avec un caniche nommé Harys, et puis une refugiée syrienne kurde et chrétienne, voisine de palier d’avec Moul, appelée Lara Antonius. Moul ne se prosterne que devant les femmes, les vins, et les livres. Il vit seul dans une capitale qui évacue ses riverains et visiteurs au crépuscule. Il se procure tout de même un chien, Harys, trois jours après que sa femme Farida eût définitivement claqué la porte derrière elle, mettant fin à vingt-deux années de couche commune. Houleuse. L’haleine nauséabonde de la bouche de son mari l’exaspérait. Harys dépeint son maître comme excentrique et désinvolte, aux chaussettes puantes, abhorrant les journées ensoleillées et aimant plutôt celles nuageuses. Moul broie sa solitude en dévorant les romans, en s’enivrant d’alcool, et en faisant l’amour à son amante Damascène. Il parle à son chien en français, une langue libre et libertine.

Lara, pédiatre, raconte à Moul dans un « lit défait » sa mésaventure. Son père fut jadis un directeur d’une prison à Palmyre, mais finit par se pendre sans crier gare. Pourtant, elle s’en souvient quand, encore enfant, il la déshabillait dans une terrasse abandonnée, contemplant son corps chétif au coucher du soleil. Lara pleure l’anéantissement de Palmyre par les hordes de daech, qui ont aussi enlevé son frère et violé sa mère quinquagénaire. L’enfer à ciel ouvert en Syrie la pousse à quitter le sol natal dare-dare. Lara est une femme émancipée, souveraine de son corps désireux, intellectuelle, lit Nazim Hikmet, Ahmed Fouad Negm et Pablo Neruda, et savoure les chansons de Marcel Khalifa. Ivre, Moul la voit une descendante du berbère Tariq Ibn Ziyad qui mourut miséreux dans les rues de Damas. Lara a été accueillie par Myriam, une fonctionnaire à Air Algérie. Ayant perdu son fiancé lors du séisme de Boumerdès en mai 2003, Myriam se rebiffe dans la vie. Contre toute attente, cette femme dévergondée et lesbienne disparaît et apparaît quelques semaines plus tard sur l’une des vidéos propagandistes de daech, comme combattante du sexe !

L’abandon restaure la mémoire. Moul se rappelle bien de la vendeuse de la menthe et du persil au souk de la Bastille, à Oran. « La fille aux bottes roses ». Comme il n’a jamais oublié son enseignante d’espagnol au lycée, Mona. Cette dernière lui avait offert, lors du dix-septième anniversaire, le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert, et lui avait même inculqué l’amour de la musique. Mona, d’origine andalouse, s’était entre-temps mariée avec un Espagnol, polyglotte et spécialiste des manuscrits arabo-musulmans, travaillant au musée Escurial. Dès qu’il pleut, Moul allume son barbecue au balcon, dont les effluves atteignent les bougainvillées qui tapissent la clôture de l’immeuble. En dégustant les brochettes avec Harys, il alterne entre Lounis Aït Menguellet, Edith Piaf et Bob Dylan.

Le chien Harys, s’érigeant en philosophe, nous amuse avec ses contes, vus sous l’angle des canidés. Déjà, le nom qu’il porte le dérange outre mesure, et veut le changer par Qitmir, ce chien célèbre, veilleur des Sept Dormants de la Caverne. Harys veut entrer au Paradis pour jouir des chiennes houris, d’où son intérêt d’en apprendre la langue : l’arabe. Moul l’accuse « d’extrémisme religieux ! ». D’ailleurs, fait curieux de L’Enfant de l’œuf, Harys ne fait ses besoins dans le balcon que sur des pages de journaux arabophones ; il a donc uriné sur des photos de monarques, de dictateurs arabes, de stars de sports et de cinéma, sur des barbus, et sur des hommes cravatés et malhonnêtes. Harys se réjouit de l’absence des chats qu’il déteste, aime le chocolat, jalouse Lara qui rôde sans ses dessous. Le caniche se régale en déchirant ses soutiens-gorge et les slips de Moul. Vengeance !

Par une nuit monotone, Farida appelle Moul pour lui annoncer qu’elle est atteinte de cancer de sein. Seins amputés, en sus. En fait, elle vit depuis le divorce à Saint-Louis, au Sénégal, enseignant l’histoire des gravures rupestres du désert à l’université Gaston-Berger. Moul en compatit avec elle, se contusionne de remords de conscience. Il se souvient de leur première étincelle. C’étaient les années fac. Fastes. Il lui avait offert un roman, Lit défait de Françoise Sagan, qui s’avérera un présage désastreux de leur vie conjugale, aussi défaite et déconfite ! Toutefois, elle avait ses penchants littéraires pour le poète mystique persan moyenâgeux, en la personne de Farid al-Din Attar. Au troisième jour du divorce, Moul avait acheté une autre copie de Lit défait, le dévore en une nuit funeste, et le matin le livre à la chasse d’eau !

Farida et Moul ont une fille, Tanila. Profitant de ses vingt ans, elle sillonne le monde pour exposer ses tableaux d’art. De temps à autre, elle rend visite à son licencieux père. De Los Angeles à Alger, elle débarque épanouie, gâte Harys de barres de chocolats, et dort jusqu’à midi. Férue des bouquins, elle rêve de quitter les USA pour aller s’installer au Japon, pays qui respecte les artistes, selon elle. Son père la veut auprès de lui, pour atténuer les affres de l’isolement qui lui sape le moral. Une vie de foutoir.

Moul s’était également amouraché de sa belle-mère, Sultana ! Le jour où Farida donne naissance à Tanila dans une clinique algéroise, Moul se rend chez Sultana et étrenne sa première trahison extraconjugale. Un inceste dans une société musulmane. Des années plus tard, la mort de Sultana le mortifie, le laisse orphelin ! Il ne se gêne pas d’aller se recueillir sur sa tombe, à l’ombre d’un olivier au cimetière de Ben Aknoun. Il a même le culot de tirer un joint, remis par le gardien funèbre.

Harys a remarqué que Moul évoque rarement sa mère Sekkoura. Une raciste invétérée, qui refuse de marier sa fille Jalila à un homme noir. Et la grand-mère de Moul qui a hérité du dentier de son mari, qu’elle pose nuitamment sur sa poitrine pendante. Cette grand-mère superstitieuse tient à marier ses filles et petites-filles à des hommes chaussant de grands souliers, synonymes de « courgette de Raspoutine ! ».

Àl’âge de douze ans, la santé de Harys se dégrade, atteint d’une maladie au cœur. Moul ne lésine pas à le soigner dans une clinique vétérinaire privée, appartenant à la doctoresse Zouzou. Cette femme qui ne tardera pas à être attirée par Moul le fougueux, qui la monte dans son cabinet même, à la grande stupeur du caniche maladif. Zouzou, la quarantaine, une divorcée d’un chirurgien kurde irakien, qui a rejoint son pays natal pour extirper les tumeurs de daech.

Les destins ne sont faits que pour suivre la loi de la pesanteur de Newton. Tel un couperet, Lara qui se trouve au Canada après deux années et demie dans les bras noueux de Moul, lui apprend que sa fille Tanila a été fauchée par une voiture dans une rue à Montréal. Il s’effondre et craque. La triste nouvelle fait suite à la mort de son chien Harys. Il sombre dans la démence et se retrouve dans l’asile psychiatrique Frantz Fanon, à Blida.

Dans L’Enfant de l’œuf, Ami Zaoui fouine dans les méandres de la pensée humaine si recluse, malmène les certitudes, dénude les mensonges, et écorche des portraits divers qui vivent dans une atmosphère philosophiquement délétère. L’auteur de Festin de Mensonges vilipende une société algérienne qui ne cesse de se fanatiser au détriment des grandes valeurs universelles. L’on retient l’humour noir qui caractérise les œuvres de Zaoui. À lire avec délectation.

 

Belkacem Meghzouchene

 


  • Vu : 587

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Amin Zaoui

Tous les articles d'Amin Zaoui


Amin Zaoui a enseigné la littérature, animé une émission littéraire à la télévision algérienne et fondé le palais des arts et de la culture d'Oran. Ecrivain bilingue, il est l'auteur de nombreux ouvrages en français et en arabe.

Il tient une chronique régulière "Souffles" dans le quotidien "Liberté" en Algérie.

 


A propos du rédacteur

Belkacem Meghzouchene

 

Belkacem Meghzouchene, romancier algérien né le 18 octobre 1979, à Ain El Hammam, Tizi Ouzou. Généticien de formation (USTHB, Alger), il est auteur de romans en anglais, en arabe et en tamazight. Il est récipiendaire de deux prix littéraires: Prix Ali Maâchi des Jeunes Créateurs (Algérie, 2011), et Prix Tahar Ouettar du Roman (Algérie, 2017). Il est marié, a une fille, et vit en Algérie qu'il chérit bien.