Identification

L’enfant de l’œuf, Amin Zaoui

Ecrit par Léon-Marc Levy 19.09.17 dans La Une Livres, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Pays arabes, Bassin méditerranéen, Roman, Le Serpent à plumes

L’enfant de l’œuf, septembre 2017, 201 p. 18 €

Ecrivain(s): Amin Zaoui Edition: Le Serpent à plumes

L’enfant de l’œuf, Amin Zaoui

 

Tout en s’amusant – et en nous amusant – Amin Zaoui nous offre un roman des plus importants. Important par sa voix, sa liberté hautement proclamée à chaque page. Ce livre est le contrepied parfait des fantômes sinistres qui hantent le monde arabo-musulman et l’Algérie, chère au cœur de l’écrivain et – modestement – à celui qui écrit cet article. A chaque page, on boit du vin, on parle de sexe en toute liberté, à chaque page Zaoui chante les femmes, leur beauté, leur intelligence, leur droit absolu d’être les partenaires souveraines de leurs congénères masculins. Ce livre est une ode au refus de se soumettre aux diktats des fanatiques, aux fatwas morbides d’une petite minorité de sectaires qui empoisonnent l’islam d’aujourd’hui – et les sociétés qui s’en réclament.

Mais, nous le disions, L’enfant de l’œuf est une œuvre de fiction d’une drôlerie réjouissante. Ses deux narrateurs, Moul et Harys, sont des personnages décalés, des philosophes solitaires, profondément bons et humains. Humains – le mot fait rire ici : Harys est un chien. C’est le chien de Moul. Et quel chien ! Un chien philosophe qui trouve, en la vie de son maître (mais qui est le maître de qui ?) matière à exercer sa sagacité, son humour et sa réprobation. Il trouve son maître bien futile, plus occupé des visites de Lara, sa voisine syrienne, et de ses bonnes bouteilles que du labeur.

Ainsi, nous avons droit avec bonheur aux remarques et aphorismes de Harys (il n’aime pas ce nom) digne représentant de sa race (il n’aime pas ce mot).

 

« Dès qu’il pleut sur Alger, avec les premières gouttes d’eau, une lueur de bonheur se dessine sur le visage de mon maître. Agréable. Romantique et aimable. Moul adore ce temps de chien ! Et pourtant, il ne possède ni quatre pattes, ni queue remuante, ni longues oreilles, ni intelligence chienienne. Il ne sait même pas comment aboyer correctement ! Il aboie faux. »

 

Ou encore cet aphorisme définitif et essentiel :

 

« J’aime le camembert ! »

 

Amin Zaoui a construit son roman sous une forme qui évoque un dictionnaire (comme celui des idées reçues) : chaque « article » s’ouvre par un titre Vin, Temps d’homme, Bizarre … Cela donne à la narration le sautillement des journées d’un homme, la rue, l’amour, la nourriture, l’angoisse, la joie. Et l’écriture bondissante d’Amin Zaoui fait le reste, phrases courtes, abondance de points d’exclamation, lexique leste et enjoué.

Quand Harys se met à faire pipi, ce n’est pas n’importe où. Il pisse sur des journaux. Et encore pas n’importe lesquels. Et on entend alors l’écho des remous profonds du monde arabe et la colère d’Amin Zaoui à travers le chien Harys :

 

« Depuis l’histoire du jeune Tunisien Mohamed Bouazizi, qui s’est donné la mort en s’immolant en pleine rue, j’ai pissé sur des centaines d’images de grosses têtes tombées les unes après les autres, de Tunis jusqu’à Sanaa, de Zinz el-Abidine Ben Ali, en passant par Mouammar Kadhafi, Hosni Moubarak et Ali Abdallah Saleh ; la liste est encore ouverte.

J’ai pissé sur les barbus, sur les rasés, sur les moustachus, sur les poilus, sur les chauves, sur ceux qui portent des qamis et ceux qui portent des costumes trois pièces ! Des photos en couleurs et d’autres en noir et blanc !

Pisser, dans le monde arabo-musulman, est un acte politiquement engagé. »

 

Les sourires, les rires, sont des actes de liberté, de joie de vivre. Amin Zaoui l’a bien compris qui, plutôt que le ton pamphlétaire, a choisi celui de l’ironie. Pour le grand bonheur de ses lecteurs.

 

Léon-Marc Levy

 

 

  • Vu : 1286

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Amin Zaoui

Tous les articles d'Amin Zaoui


Amin Zaoui a enseigné la littérature, animé une émission littéraire à la télévision algérienne et fondé le palais des arts et de la culture d'Oran. Ecrivain bilingue, il l'auteur de nombreux ouvrages en français et en arabe.

Il tient une chronique régulière "Souffles" dans le quotidien "Liberté" en Algérie.

 


A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil