Identification

L'Enfant allemand, Camilla Läckberg

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 28.05.11 dans La Une Livres, Les Livres, Actes Noirs (Actes Sud), Recensions, Polars, Pays nordiques

L’Enfant allemand, traduit du suédois par Lena Grumbach, 2011, 456 p., 23€

Ecrivain(s): Camilla Läckberg Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

L'Enfant allemand, Camilla Läckberg


Une nouvelle figure est en passe de détrôner les Miss Marple et autres Kay Scarpetta de la littérature policière. La Suède a désormais son détective en jupons, une héroïne dont le succès a largement dépassé ses frontières. Il s’agit de l’écrivain Erica Falck qui enquête sur des faits criminels et les met en récit.
Qui est cette détective venue du froid ? En réalité, le lecteur serait bien embarrassé pour définir ses particularités, ses manies ou son apparence. Et c’est bien là que réside l’une des réussites de cette série : Erica Falck est une jeune femme bien de son temps aux prises avec des préoccupations de jeune mère, entre garde des enfants et partage des tâches domestiques, préoccupations dans lesquelles bien des lectrices se reconnaîtront. Elle est entourée par une famille chaleureuse dont on suit les joies et les déboires en parallèle à son enquête. Elle est épaulée par un compagnon policier, détail avantageux qui permet de croiser les informations récoltées et de dépeindre les savoureuses figures d’un commissariat mis en émoi par chaque nouvelle affaire. Läckberg apporte à chacun de ses personnages une attention égale, les faisant évoluer d’un volume à l’autre, les dépeignant avec des détails qui sonnent justes, pleins d’humour et qui manquent à bien des récits policiers.

Dans ce cinquième volet de ses aventures, elle nous replonge dans l’atmosphère faussement tranquille et bon enfant de la bourgade de Fallbacka. Le crime à votre porte, en quelque sorte. Or, c’est au cœur même de son histoire familiale que le crime prendra sa source, cette fois. Sur un rythme très soutenu, le récit se partage entre le quotidien de Falck et de ses proches et les années de guerre où sa propre mère était adolescente. Sur fond de réseaux néo-nazis et de recherches historiques, le lecteur découvrira le secret d’une médaille conservée dans une vieille brassière tachée de sang, la relation étrange entretenue par deux frères restés vieux garçons, tout comme se révélera à Erica l’histoire de sa mère qu’elle n’aura connue que distante et réservée.
Dans ce roman, les personnages partagent thé et gâteaux malgré leurs animosités ou leurs rancœurs ; les interrogatoires sont extrêmement cordiaux et même les rapports entre belle-mère et bru sont policés. Cette apparente sérénité ne fait que rendre plus violente la réalité des faits évoqués, qu’il s’agisse des difficultés de l’intégration des migrants en Suède ou de la haine, voire de la folie, qui habite certains protagonistes. L’éclairage apporté à la figure du leader d’extrême droite Frans Ringholm par le récit de sa jeunesse démontre que rien ni personne n’est lisse dans ce roman surprenant et délectable.


Myriam Bendhif-Syllas


  • Vu : 2853

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Camilla Läckberg

Jean Edith Camilla Läckberg Eriksson (née le 30 août 1974 à Fjällbacka) est un auteur suédois de romans policiers. Elle est un des plus jeunes auteurs à succès dans son genre. Les romans de Camilla Läckberg se situent tous près de son lieu de naissance, la petite ville côtière de Fjällbacka, en Suède.

 

Source : Wikipédia

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.