Identification

Kiki King et Kiki fait caca, Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 07.05.13 dans La Une Livres, Seuil Jeunesse, Les Livres, Recensions, Jeunesse

Kiki King de la banquise et Kiki fait caca, avril 2013, 48 et 32 pages, 8,90 € et 5,90 €

Ecrivain(s): Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba Edition: Seuil Jeunesse

Kiki King et Kiki fait caca, Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba

 

 

Vous pouvez n’ouvrir que l’un de ces deux albums, c’est vrai, mais ce serait dommage. Vous pourriez même vous arrêter à la couverture intérieure qui est un récit fabuleux en deux pages frisées chronologiquement, mais là encore, vous passeriez à côté de quelque chose de fou, de délirant, capable de vous amener au bord de la crise de rire. Bon, avant tout, il faut savoir que s’il y a deux livres, c’est pour une bonne et simple raison. Deux formats pour une même série : de grands livres pour les grandes aventures, les « épopées » et des « riquiquis pour les sujets du quotidien ». Ce qui permet au lecteur d’envisager Kiki comme le King de la banquise : dans son héroïsme, sa beauté, sa détermination à faire le bien ; mais aussi comme un enfant comme les autres qui a des problèmes d’enfant comme tous les enfants.

Et bien voilà, dans Kiki King de la banquise, c’est Kiki, un petit pingouin pas manchot de quatre ans qui, après être né – vaste aventure –, avoir vécu quelques années de bonheur auprès de deux êtres qu’il peut bel et bien appeler ses parents, mène sa joueuse et joyeuse vie de jeune pingouin. Et puis un jour, malheur, ce fut le « Grand CRRRAAACCC ». Non, pas le crack boursier mais celui de la banquise. Et alors là, Kiki s’est mis à dériver, son papa est tombé dans un cachalot terrible (« CROUIC »), quant à sa maman… Oh, vision d’horreur, on ne peut vous révéler sa si triste fin. Mais, un malheur n’arrivant jamais seul, voilà Kiki à peine échappé aux périls de la dérive, tombant entre les griffes de prétendus écolos sympas qui sont en vérité d’ignobles vendeurs d’animaux pour sociétés de cosmétique ! Rassurez-vous : Kiki ne finira ni en crème ni en eye-liner, ça, on peut vous le garantir, il a l’âme d’un héros ce petit gars ! Les aventures du King de la banquise regorgent d’humour, de péripéties périlleuses et de monstres de tous poils, terrestres et marins en voulant à sa précieuse peau en noir et blanc et à sa vitalité en technicolor.

En parallèle de cette intrigue épique, se lisent les chroniques sous-marines d’en bas de la page où des poissons impertinents et des poulpes tout perdus nageant dans des eaux de plus en plus polluées commentent l’action d’au-dessus sur la banquise. La trouvaille fait mouche et se retrouve dans les deux formats. Les mots en [k] déferlent, y compris en angliche : « Ariou crézi, Kiki ? ». Les gags se télescopent ; mention spéciale à « la photo de classe de glace », au sous-marin germanique et à la fuite en [k] des animaux de la banquise.

Dans Kiki fait caca, nous retrouvons Kiki durant sa dérive sur un morceau de banquise miniature. Il ferme les yeux, il est très concentré. Est-il crispé à cause de ces requins de plus en plus nombreux qui lui tournent autour ? En a-t-il ras-le-bec des blagues du narrateur ? Il faudra le découvrir dans ce volume en Kiki XXS ; au cas où vous n’auriez pas encore compris le titre. Mais on ne vous en dira pas plus pour ne pas dévoiler la chute de ce nouveau Huis clos arctique.

Derrière Kiki, il y a Vincent Malone, un artiste qui, lorsqu’il ne chante pas en tant que « Roi des papas » et Roi de la comptine qui revisite les contes de fées, invente des textes d’albums impayables zé inclassables. Quant à son complice Jean-Louis Cornalba, il se surpasse en donnant à Kiki cette bouille adorable et en servant avec fantaisie, humour et douceur ces histoires débridées. Le graphisme s’impose comme une évidence avec des formes simples et précises, et un déroulé sur deux pages soutenant le dynamisme du récit. Tous deux se répondent, se complètent tout en laissant la part belle à l’image. Ces deux créateurs déjantés ont fait de Kiki un héros existentialiste du monde moderne, soumis aux dérives des glaces, des finances et des écosystèmes ; un héros riquiqui qui se débrouille comme un chef et plus fort que bien des super héros.

Découvrez ces deux albums dans votre « boutique à bouquins du coin » et préparez-vous bien car Kiki n’a pas fini de vous faire rire.

 

Albums à partir de 3 ans

 

Myriam Bendhif-Syllas

 


  • Vu : 2349

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba

 

Vincent Malone est musicien, chanteur et auteur. Il a publié de nombreux albums et livres-cd pour la jeunesse dont, au Seuil, Cochon Neige (2004) et Le petit chaperon de ta couleur (2002).

Jean-Louis Cornalba est illustrateur. Il a collaboré avec Vincent Malone sur plusieurs projets dont Cochon Neige (2004) et Le petit chaperon de ta couleur (2002). On peut aussi « suivre sa trace dans Pomme d’Api, sur des boîtes de sucre ou des pochettes de disques ».

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.