Identification

Kabylie Twist, Lilian Bathelot

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 18.05.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Gulf Stream Editeur

Kabylie Twist, 2012, 355 p. 14,50 €

Ecrivain(s): Lilian Bathelot Edition: Gulf Stream Editeur

Kabylie Twist, Lilian Bathelot

1960, la France mène une drôle de guerre. Les indépendantistes algériens s’y opposent aux partisans d’une Algérie française. Pourtant l’insouciance règne encore des deux côtés de la Méditerranée, là où il fait bon vivre et où l’on ne croit pas que les dissensions pourront  réellement séparer les amoureux d’un même pays. 1962, Indépendance de l’Algérie. En 2012, alors que les écrits se multiplient, qu’historiens et témoins apportent leurs éclairages, il demeure toujours aussi difficile d’appréhender les différents aspects et enjeux de ce conflit franco-algérien dont les plaies semblent ne jamais vouloir se refermer. Kabylie Twist embrasse pleinement ces difficultés et offre une porte d’entrée remarquable sur cette page de l’histoire. Le roman se fixe sur les années 1960-1962 et sur deux localités, sise chacune d’un côté de la Méditerranée : Saint-Tropez et Djidjelli. Entre ces deux villes, entre ces deux pays, avant de s’entredéchirer, on vit ensemble et on circule.

A Saint-Tropez, Sylvie et Ricky vivent au rythme du twist et de leurs baisers. Les Fury’s ont été repérées par un producteur, les jeunes gens passent de la plage aux soirées dansantes à la vitesse de leurs automobiles rutilantes. Cette vie dorée prend fin brutalement lorsque Ricky reçoit ses papiers militaires. Il part pour l’Algérie. A Djidjelli, les communautés se côtoient dans une certaine harmonie, mais les dissensions ne tarderont pas à voir le jour et à faire exploser ce fragile équilibre. Najib, orphelin protégé par l’instituteur et son amie Claveline vivent leurs derniers moments de bonheur. Les attentats redistribuent les places et les rôles. Il faut choisir un camp et s’y tenir.


« Parfois je songe que Najib est un peu devenu l’enfant adoptif de toute la ville. […]

Mais aujourd’hui, ils ne sont plus des enfants ni l’un ni l’autre. Et Najib demeure quoi qu’il en soit un jeune indigène ; la petite Claveline, une Européenne d’une quinzaine d’années issue d’une famille de commerçants respectables. Seize ans, presque une femme… Un jour ou l’autre, cela ne manquera pas de poser des problèmes, insurmontables à coup sûr. Et potentiellement dramatiques.

Bast ! La position de Najib est devenue inextricable. Lui avons-nous réellement rendu service, tous autant que nous sommes, en entretenant avec lui cette relation peu commune ? »

Dans Kabylie Twist, s’entrecroisent Lopez, tout jeune inspecteur oranais, l’instituteur progressiste Monsieur Germain, Najib cinéphile surdoué, tiraillé entre son amoureuse et l’appel de son frère retrouvé, Claveline et sa mère La Muda, l’excentrique et libre Sylvie venue retrouver son amour, Ricky le batteur devenu soldat en proie avec une autorité absurde, Monsieur Corti patron d’un cinéma, loin des clichés du colon… Dans Kabylie Twist, s’entremêlent des histoires d’amour, une enquête policière, un drame militaire, une tragédie familiale ressurgie du passé… On passe d’un chapitre à un autre avec avidité, suspendu à cette plume alerte et protéiforme. Dans Kabylie Twist, l’auteur fait le choix du roman choral, embrassant d’un même élan une cohorte de personnages, brossés d’une façon efficace et vivante. Il met l’accent sur la diversité des parcours, des points de vue et touche là où cela résonne, la où cela blesse encore aujourd’hui : il n’y a pas et il n’y aura jamais de récit juste sur cette guerre si l’on n’accepte pas toute sa complexité, ses contradictions et ses plaies béantes. Sans entrer dans un registre mélodramatique, laissant chacun de ses personnages se faire entendre par sa voix, son accent, ses sentiments, Lilian Bathelot apporte ici l’un des meilleurs récits de fiction sur ces événements. Plus actuel que le chef-d’œuvre de Jean-Paul Nozière, plus vivant que la BD de Jacques Ferrandez, plus accessible que les passionnants travaux de Benjamin Stora. Cette lecture pour adolescents apportera des clés aux plus jeunes pour découvrir ce conflit, et se révèle palpitant, plein de suspens jusqu’à son dénouement. Cette lecture est également à conseiller à un public adulte, déjà informé ; elle a de quoi passionner ou ouvrir un pan de mémoire oublié ou malmené. Voici un riche roman historique, plein de vie, réaliste et trépidant qui appelle à une adaptation cinématographique.

 

A partir de 13 ans

 

Myriam Bendhif-Syllas


  • Vu : 2348

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Lilian Bathelot

Lilian Bathelot a été cracheur de feu, professeur de philosophie, champion de tir, avant de devenir écrivain. Son œuvre fait feu de tout bois : entre littérature adulte et littérature pour la jeunesse, roman-noir, théâtre ou science-fiction, son œuvre est saluée par la critique et les libraires. Derniers romans pour la jeunesse : C’est L’Inuit qui gardera le souvenir du Blanc (Sous le Vent, 2006), L’Etoile noire (GulfStream, 2010).

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Membre du comité de rédaction

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.