Identification

Jésus le bon et Christ le vaurien, Philip Pullman

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 18.03.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Iles britanniques, Essais, Roman, Gallimard

Jésus le bon et Christ le vaurien, trad. de l’anglais par Jean Esch, (The Good Man Jesus and the Scoundrel Christ), février 2012, 172 p. 16,90 €

Ecrivain(s): Philip Pullman Edition: Gallimard

Jésus le bon et Christ le vaurien, Philip Pullman

Philip Pullman nous conte l’histoire de Jésus… et de son frère Christ. La mort de l’un aura donné naissance à une Eglise, la « mort de l’autre ne fait pas partie de l’histoire ». L’histoire justement aurait fondu les deux personnages en un et l’auteur nous dévoile les coulisses de ce tour de force ou de passe-passe, de ce récit fondateur et faussaire. A partir de ce singulier postulat, le romancier virtuose d’A la croisée des mondes, revisite pas à pas les récits bibliques et délivre une vision inédite de l’un des plus grands mythes de notre civilisation.

L’Evangile selon Pullman procède d’un style simple, accessible, qui rappelle quelque peu celui de Au nom de la Mère d’Erri De Luca. Une poésie lumineuse et humble. Une vraie parole apostolique. Mais l’heure n’est pas au pastiche ou à la satire. Tout le détournement repose sur la mise en parallèle des deux figures formant un couple antithétique et électrique. L’enfant Jésus manifeste un appétit de vivre en accord avec sa belle constitution et multiplie les bêtises, couvert par le chétif Christ voué aux études et à l’humilité. Les différences s’accentuent et leurs parcours s’éloignent peu à peu. Le premier-né se fait charpentier et le second étudie à la synagogue. Jésus erre et s’adresse aux gens, bientôt suivi par une cohorte de disciples, accueilli par une foule désireuse de ses messages. On connaît la suite.

« Il est l’histoire et tu es la vérité, dit l’inconnu. Mais de même que la vérité en sait plus que l’histoire, tu devrais être plus sage que lui. »

 

Telle sera la mission de Christ : il devient l’ombre de son frère le prédicateur, il note scrupuleusement les paroles de Jésus pour les transmettre dans leur vérité. L’interprétation commence et ne s’arrêtera plus. Guidé ou manipulé par un inconnu dont on ne sait pas s’il s’agit d’un ange ou d’un démon, Christ ira jusqu’à dénoncer Jésus. Le frère judas ne s’attend pas à ce qu’on mette à mort celui que l’on nomme le roi des Juifs. Mais qu’est Jésus si ce n’est un instrument aux mains d’une puissance supérieure ? Aux mains d’un pouvoir temporel ? Aux mains de Dieu ? Aux mains de ceux qui souhaitent la mise en place d’une église apte à guider les hommes ?


« Tu es la partie manquante de Jésus. Sans toi, sa mort ne sera qu’une mort parmi des milliers d’autres exécutions publiques. Mais avec toi, la voie est ouverte pour que cette lumière de vérité vienne frapper l’obscurité de l’histoire ; la pluie bénite tombera sur la terre brûlée. Jésus et Christ réunis constitueront le miracle. Tant de saintes choses en jailliront ! »


Avec habileté et finesse, Pullman interroge ce passage de la parole rebelle et dérangeante à un message retravaillé : de la vie d’un homme à la constitution d’un mythe, des actes et des faits aux miracles et aux prophéties. Celui qui tient la plume transmet en les retouchant, l’image, les mots de la figure légendaire. Christ comme Pullman s’engagent sur cette voie. Et s’affirme la puissance des mots, certes, mais surtout celle des histoires qui se mêlent, se superposent et se déforment peu à peu. Christ offre aux disciples une résurrection qui emportera leur foi et démultipliera leur zèle. Le miracle n’est que supercherie mais qu’importe. Pour les inciter à croire, « les gens avaient besoin de miracles et de signes ». La fin de l’histoire justifie les moyens.

Jésus porte sa parole, Christ la refonde pour que Jésus ne soit pas oublié, pour rendre meilleure son histoire et faire un modèle de son message. Iconoclaste ou provocateur ce Jésus le bon et Christ le vaurien ? Assurément. Cependant la provocation ici n’est pas tant dans l’atteinte portée à la figure et aux textes que dans le rappel de leur propre force de subversion, dans l’affirmation que chacun peut s’en emparer et les modeler à sa guise, dans la démonstration de la manipulation collective au nom d’une vérité qui se prétend unique.


Myriam Bendhif-Syllas


  • Vu : 2843

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Philip Pullman

Philip Pullman est né en 1946 à Norwich, en Angleterre. Son œuvre comporte principalement des romans pour la jeunesse et de science-fiction. Mais il compte aussi parmi ses ouvrages un scénario pour la BD et des pièces de théâtre. Il connaît son plus grand succès avec la trilogie A la croisée des mondes (1995-2000), adapté au théâtre et au cinéma.

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.