Identification

J'ai passé l'âge de la colo !, Sophie Adriansen

Ecrit par Valérie Debieux 10.01.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Publications de nos contributeurs

J'ai passé l'âge de la colo ! Ed. Volpilière novembre 2012. 105 p. 9 €

Ecrivain(s): Sophie Adriansen

J'ai passé l'âge de la colo !, Sophie Adriansen

 

La colo, certains aiment, d’autres détestent. Sybille, elle, se range dans la seconde catégorie. Elle abhorre. Pourtant, à l’instar des autres années, elle s’apprête à partir. Ukaze des parents oblige. Une seule semaine, une petite semaine, c’est déjà trop.

« Je déteste les instants qui précèdent le départ. Sur le parking mal éclairé, tout le monde se jauge. Ce sont des moments déterminants, parce qu’il faut repérer celui ou celle à côté de qui on fera le voyage, et ceux qu’on veut éviter ».

La colo, un laboratoire de vie. Un banc d’essai de l’existence. La jungle avant la vraie jungle, celle du monde des adultes. Railleries et quolibets font bon ménage. Il faut y faire sa place comme à l’école :

« […] ce sont toujours les mêmes qui sortent avec les plus beaux, ce sont toujours les mêmes qui réussissent des exploits, toujours les mêmes qu’on remarque, qu’on considère, qu’on admire, qui font rire, toujours les mêmes qui ont du succès. Tout cela est trop injuste ».

Pourtant, au fil des jours, surgissent ça et là, des étincelles de bonheur, des lueurs d’amitié et d’amour, et là, « miracle », Sybille commence à s’y plaire…

Sophie Adriansen entraîne le lecteur dans un roman plein de fraîcheur et dépeint de façon réaliste, les joies de les affres de la vie en communauté ; son texte ravivera les souvenirs de celles et ceux qui ont connu les colonies de vacances avec l’euphorie de s’arroger des libertés, à l’écart des parents.

Ode aux souvenirs d’antan, cet ouvrage apporte un souffle de gaîté et de bonne humeur. Il invite le lecteur à rechausser ses souliers et à se balader, sac au dos, dans les contrées alpines :

« La montagne est belle. Quand on est loin, on ne se souvient que de la carte postale ; on oublie la force de ce que l’on éprouve quand on est en altitude, entouré de pentes vertigineuses et dominé par les cimes recouvertes d’un blanc manteau. L’atmosphère, les sons, tout est différent. « Dame nature » prend corps. Les sommets semblent à la fois dangereux et protecteurs. On se sent à la fois puissant et minuscule. C’est incomparable ».

 

Valérie Debieux


  • Vu : 2237

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Sophie Adriansen

 

Sophie Adriansen est l'auteur de plusieurs ouvrages en littérature générale et en littérature jeunesse, notamment Je vous emmène au bout de la ligne (Max Milo), Trois années avec la SLA(Editions de l'Officine), Un meeting (StoryLab), J'ai passé l'âge de la colo ! (Editions Volpilière),Louis de Funès - Regardez-moi là, vous ! (Editions Premium), Quand nous serons frère et sœur(Editions Myriapode). Ses nouvelles ont été publiées en recueils et dans différentes revues.

Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit.

www.sophieadriansen.fr

 


A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com