Identification

In utero, par Thomas Besch-Kramer

Ecrit par Thomas Besch-Kramer 18.06.18 dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

In utero, par Thomas Besch-Kramer

 

Le rêve d’un pilote de chasse est de s’éjecter. A Mach 1,8 (Rafale), il veut sortir de « la synesthésie du sur place » dont parle Roland Barthes dans L’homme-jet. Vêtu d’un moi-peau uniforme (la combinaison), il respire l’air filtré par la machine et l’Air Liquide des bo(m)bonnes d’O2. Il évolue dans l’enveloppe de vol grâce à des tubes : phallus, tétons, manche(s), manettes, joysticks ; il « secoue » le ventre de la mère aviaire aux limites de l’expulsion.

Quand, l’urgence apparaissant, il communique avec elle sur 121,5 ou 243,00, il l’appelle « Maman », « Marina ».

Ses pères castrateurs font figure d’instructeurs et de gradés : ils l’habituent à vivre à l’étroit dans une cabine étroite. Fait-il alors corps avec le cockpit, l’habitacle ? Oui ou Non ? C’est le syndrome fœtal de non-éjection que ses pairs l’habituent, dans le même entraînement, à contrecarrer : « poignée haute ! Poignée basse ! » pour déclencher les fusées du siège éjectable, briser la verrière et être suspendu dans les airs à « 200 kt, 2000 ft ». Là, on lui attachera une cravate Martin-Baker autour du cou et il sera pendu. Comme banni…

La peau de son visage est marquée par le « groin » (inhalateur) et il ressemble à un aspirateur qui aspire avec avidité l’oxygène, un « alien » avant la métamorphose. Mais, peut-il seulement muer, se mouvoir sans prothèses techniques ? Pourtant, il passe ses journées et soirées en salles de musculation, gymnases, champs de tirs, salles opérations, briefings MTO, footing sur l’aire de la base ou du P.A., simulateurs…

Alors, ce pilote de chasse castré câblé simule-t-il ? Jouissance du corps à corps avec d’autres machines de fer et de composites en combats aériens ; jouissance des virages sous facteur de charge en BA ; jouissance du muscle optique… jouissance proprioceptive… jouissance d’enfiler l’armure… jouissance de poser le pied sur l’échelon… jouissance du pas lourd en sortie d’avion… jouissance du débriefing avec les mains… jouissance de la cigarette avec les copains…

Mais a-t-il vraiment des copains avec qui partager le pain ? Le macaron lui échappera ; l’insigne ne sera pas portée, ailes tordues mais brisées sur la Tenue 22. Rester élève-pilote ; saluer les couleurs quoiqu’il en coûte… sauf une fois.

 

Thomas Besch-Kramer

 


  • Vu : 463

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Thomas Besch-Kramer

Lire tous les textes de Thomas Besch-Kramer

 

Lauréat du Conseil International d'Etudes Francophones (Ottawa, 2005), je ne cesse d'interroger l'art, les sciences et les religions sur les questions du bien, du mal. J'ai fréquenté les cieux avec l'aviation et les langues avec l'enseignement.