Identification

Hommage à Krzysztof Kieślowski et à son Décalogue, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 09.02.18 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Hommage à Krzysztof Kieślowski et à son Décalogue, par Matthieu Gosztola

 

Les personnages des films de Kieślowski nous sont

Proches pour ce que dit Nathalie Sarraute dans Pour

Un oui ou pour un non : « Oui, comme maintenant, quand

Tu t’es arrêté là, devant la fenêtre… pour regarder…

Avec ce regard que tu peux avoir… il y a chez toi, par

Fois, comme un abandon, on dirait que tu te fonds avec

Ce que tu vois, que tu te perds dedans… rien que pour ça…

Oui, rien que pour ça… tout à coup tu m’es proche… »

Pourquoi ils meurent, les gens ? On meurt du cœur,

Du cancer, des accidents de la route, de vieillesse…

 

Non… la mort… qu’est-ce que c’est ? Le cœur cesse

De pomper le sang. Le sang n’irrigue plus le cerveau.

 

Le mécanisme s’arrête… se bloque… c’est la fin. Et

Qu’est-ce qui reste ? Reste ce que cet homme a fait.

 

La mémoire qu’on garde de lui. La mémoire, c’est

Important, je pense. Tu te souviens qu’un tel sautillait,

 

Qu’un autre était bon. Tu te souviens de son sourire,

De la dent qui lui manquait… À quoi tu penses ? Qu’y

 

A-t-il ? Non, rien, seulement… j’ai été très content ce

Matin, de la solution de mon problème, du pigeon qui

 

Est venu picorer les miettes. Mais en allant chercher

Du pain, j’ai vu un chien tué. Je me suis penché sur lui.

 

Quel chien ? Celui aux yeux jaunes qui traînait parmi

Les poubelles. Il était si malheureux.

 

(Hölderlin enfant, écrivant à sa sœur, après avoir vu,

Après la mort d’1, un écureuil : « Es tut dem Herzen

So weh, wenn etwas in der Natur untergeht ! »)

 

Matthieu Gosztola

 

Découvrir la version restaurée des dix épisodes du Décalogue sur arte.tv ici.

 


  • Vu : 1318

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com