Identification

Fictions (anthologie) 7, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 16.12.16 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Fictions (anthologie) 7, par Matthieu Gosztola

 

Couverture

Sur le sable humide

Et pare-soleil

 

Portrait de jeune fille

 

Le vent est doux

Il porte mon désir

Qui n’arrive pas jusqu’à elle

Mais se perd en une petite vague

Deux garçons étudient ce corps probable

(La houle du regard n’agresse pas le corps)

 

Elle

Dans un geste désintéressé

Retire son maillot à une pièce

Ses mains déposent l’offrande

 

On ne voit plus que le sable et la chaleur du soleil

 

Les jeunes hommes enrayent leur approche

Ils se tournent

Marchent vers la mer

 

L’adolescente cache ce corps qui est le sien

Elle saigne

 

*

 

Elle dit :

 

« Le chauffe-eau fait un bruit anormal

 

(J’aimerais frôler mes seins

Sans équivoque) »

 

*

 

Elle dit :

 

« J’espère toujours en allant sous la douche

M’y retrouver

 

Mais chaque fois

Je respire le parfum d’une autre peau

 

Celle

Froide

De l’immeuble »

 

*

 

Dans le calice

Une pêche fissure son pelage

 

Ce croquis

Porte l’odeur du printemps

 

*

 

La pneumatique du langage chez Shakespeare

Deux tomes sur la terrasse

 

Où un homme surprend la douleur de son ombre

(Apprend qu’il n’est pas seul)

 

*

 

La pluie répète sur les branchages

Le cheminement de ta langue

Sur mes mots

 

*

 

Une vieille indienne

Se peint le corps

Avec de l’argile

 

Taille une badine

Dans un fémur

D’oiseau

Qu’elle perce de portes

 

Siffle

 

La beauté m’apparaît

Comme une étoile

 

*

 

Ton corps est une maison

Que tu loues

 

Tu emploies cette image

Pour expliquer la parole

 

L’œil fait spontanément

La synthèse

Des couleurs pures

 

*

 

Je regarde le mime

Se parler à lui-même

 

Je le regarde mourir

 

Ne vous retournez pas

Les danseuses

Déshabillent leur visage

 

Et le vôtre

 

*

 

Ilioné aveugle

Son ami

 

Un arbre

Et son tronc blanc

 

Des chamans sibériens

Escaladent le bouleau

Supplient la nourrice

De ramener l’enfant

 

Ilioné dépose

Le corps

Sous le ciel

 

Il y a une blessure

Sur le mamelon

Et la couleur du sang

Qui illumine

Les montagnes voisines

 

La lumière crue meurt

Ilioné panse la blessure

 

*

 

Dans l’intimité de leur regard

Ils enrichissent le sens

Du mot abri

 

*

 

Elle dit :

 

« Mes mains

Se perdent

Dans mes cheveux

 

Je les secours

En posant doucement

 

Mon regard

Sur moi »

 

*

 

Nous échangeons

Quelques phrases

 

Soudain

Un mot de rien

 

Qui te fait détourner

Le regard

 

Pour quelque part

Où tout

 

Peut chercher

Sa voie

 

: Le ciel

 

Tu m’apprendras plus tard

Que ce mot était

 

Comme un galet

Endimanché de soleil

 

Dans la bouche

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 2382

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com