Identification

Fictions (anthologie) 6, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 09.12.16 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Fictions (anthologie) 6, par Matthieu Gosztola

 

Elle me regarde

Avec ses yeux de brume

 

Flottant sur les cheminées

 

*

 

Pendant ces quinze années

J’aurais aimé n’écrire pour vous

Qu’une comptine au goût de fleurs

 

*

La vie est une recherche

Permanente de l’inutile

 

(L’inutile est en nous)

 

*

 

Tu agonises sur le pont

 

(Sans me dire

Où tu as entreposé ton sourire)

 

*

 

Elle dit :

 

« La vie :

 

Une fosse commune

De plaisirs ?

 

Le commun emmuré

Dans le cadavre qui rêve ? »

 

*

 

La prière

(Souffle indicible)

 

Ce chuchotement

Face aux tapages diurne

Et nocturne

 

*

 

Sur le sourire des êtres

Brille parfois l’ombre du champ primitif

 

Celui aux coquelicots sauvages

 

*

 

Elle dit :

 

« La douceur de ma vulve

Je la distingue dans le miroir

 

Elle me fait trembler »

 

*

 

De mon voyage

Il me reste ce papier déchiré

 

Buvard de l’être

 

*

 

Quelqu’un en moi

Vous dit que ces fragments sont les siens

 

Parlez-leur

Conversez avec les sensations

 

*

 

Ouvre les portes étroites

Et puis

Tu les refermeras

 

Les portes ne s’ouvrent pas vers l’intérieur

 

Elles s’ouvrent vers l’extérieur

Avec des mots

 

On ne m’a pas enseigné le langage

 

*

 

Aux suicidaires :

 

N’éteignez pas la flamme

De votre vie

 

Laissez-la se perdre

Dans les embrasures

 

*

 

L’enfant aux entailles

Longues

Comme des rivières

 

Se mouche

Devant son bourreau

 

(Un soldat de l’O.N.U.

Rythme la joute)

 

L’enfant ne répond pas

Au regard suppliant

De l’adulte

 

Il se mouche

 

*

 

Elle s’arrête

 

Tend une main

Pour prendre l’eau du chêne

Et la boire

 

Le mendiant cueille

Une cerise à la peau craquelée

 

Glisse sa main aigrie

Dans la bouche de la jeune fille

Qui refuse

 

Qui tourne sa figure larmoyante

Vers un cheval en train de paraître

 

(La cerise était délicieuse)

 

*

 

Apprends à tes enfants

La douceur des choses

 

Apprends-leur

À se connaître

 

À se reconnaître

Dans un nénuphar

 

*

 

Tu galopes à travers la forêt

 

Tu poursuis le soleil

Qui, à cette heure, n’irise plus

Que ta mémoire

 

Respectant des mœurs ancestrales

Tu touches le sein de la lumière déclinante

Pour la prendre pour épouse

 

*

 

Le reflet

D’une branche d’ormeau

Sur ta robe de mariée

 

(Le cerisier en fleurs

Est caché par la foule)

 

Dans l’église

Une vieille crache

De la poussière argentée

 

(Refuse

Le mariage)

 

*

 

Printemps

 

La mouche s’envole

Le livre se délie

 

*

 

Un oiseau

Aux ailes délavées

Et au bec

Couleur du cinabre

 

Se reflète

Sur la mer

Qui scintille

 

Dans le ciel

Aucun oiseau

Mais un bleu

Plus profond

 

: La couleur inconnue

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 1917

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com