Identification

Fictions (anthologie) - 19, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 29.11.17 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Fictions (anthologie) - 19, par Matthieu Gosztola

 

Le matin

L’homme qui souffre

Lave son passé au savon

(Quelques cicatrices)

 

Il se pèse

Et maquille son humeur

Avec des compliments

(Puis il écoute)

 

*

Tu te fâches avec tes proches

 

À la tombée du jour

Tu souris à la lune

 

Pourtant

Elle ne t’a rien donné d’autre

Que sa distance

 

*

 

Hongrie

Hiver 1910

 

L’accordéoniste ne sent plus

Ses doigts engourdis

 

Il pleure

La tête pudiquement revêtue

De ses deux mains

 

*

 

La grêle cogne une fenêtre

Au rebord décoré

 

De trois pommes pâles

 

*

 

L’apparition du frêne

Recouverte de givre

 

Le soleil est un enfant

Posthume

 

Il émerge du tronc

Mais n’arrive pas encore

 

À percer les nuages adultes

 

*

 

L’aveugle qui recouvre la vue

Est désolé

 

Soudain les couleurs

Devant lui

Sont pâles et sans nuances

 

*

 

Au cirque

Des trapézistes miment les oiseaux

 

Et s’en vont errer

Au coucher du spectacle

 

Sous les nuages et leurs rêves

 

*

 

Le Mont Fuji

Une branche l’enserre

 

Quelqu’un joue de la flûte non loin

Ferme l’espace intime de sa neige

 

*

 

Hermès ne trouve pas de cordes

Pour la guitare qu’il a sculptée

 

Je lui présente l’enfant suicidaire

Aux veines robustes

 

*

 

Tu le tiens dans la main

Cet éclat si particulier

 

*

 

Fenêtres ouvertes

Sur le blanc crémeux

De la lumière du soir

 

*

 

Il y a toujours une partie

Du temps

Qu’on remarque

 

C’est là

Qu’on se sent seul

 

*

 

J’ai enjambé ma fenêtre

 

Dehors j’ai vu

Un corps inachevé

 

Cadavre pour rien

 

*

 

Quelque chose jaillit

Du chien qui aboie

 

Un vieillard mesure

La tension de la chaîne

 

Ensanglante le poil

Avec son sceptre

 

(Une canne

En noyer)

 

Puis s’adresse

Au museau

 

: « Veilleur, où en est la nuit ? »

 

*

 

Un vieil homme

Devant la toile

 

Im

Mobile

 

(Sur le blanc natif

Figurent les couleurs

D’un sexe de femme)

 

Il se tourne

Dans son esprit

 

Vers le modèle

Et demande

 

À voir l’incommunicable

 

*

 

Vous m’apercevrez peut-être sur un chemin

 

Accroupi et déterrant les adjectifs

Qui me font défaut

 

*

 

J’ai rendu visite au peintre

 

Il m’a confié

Son secret

 

Sa révélation avait la force

Et la pudeur

D’un rire

 

Copier les fleurs artificielles

Pour peindre les vraies fleurs

 

*

 

Elle pense aux ventileuses égoïstes

 

À son frère

Qui cherche des coquillages

 

Les débris

De la mer

 

Elle imagine

Les auteurs des nuits

Dans sa tête

 

Lui apprendre patiemment

Comment aguicher les algues blanches

 

*

 

Le plongeon

 

Une grue cendrée glapit

Sa couleur perce l’encre

 

*

 

L’Histoire

 

: Un oiseau qui trempe sa plume

Dans la mort

 

Pour écrire

De grandes histoires

 

Et qui finalement ébauche

Une nouvelle

 

Sur le vide

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 382

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com