Identification

Fictions (anthologie) 18, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 16.11.17 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Fictions (anthologie) 18, par Matthieu Gosztola

 

Sur les rues étroites de Venise

 

Il pleut

Au rythme des vents

 

Je marche sans cesse

Pour trouver mon chemin

 

*

Italie

 

Un vieillard rame

La lune se reflète sur l’eau

 

Le vieil homme boit

Et se jette à l’eau

 

Je n’ai rien fait

Pour le sauver

 

*

 

L’arbre vit

 

Maintenant

Il n’a plus d’odeur

 

D’où vient ton sourire ?

 

Par peur du froid

Je calfeutre mes sens

 

*

 

La fillette au ruban rouge

Se penche sur un épi de seigle

 

Une ombre s’étire

Avec le matin

 

L’élytre se déploie

Vent espiègle qui joue

 

Trois corps dans un champ

Une image

 

Je ne connais pas

La suite

 

Mon souvenir était précieux

Une vrillette me l’a volé

 

*

 

Le rat voit

La fleur dans sa volière

 

L’homme regarde

Le papier jauni du mur

 

Le rat veut prendre

La place de l’homme

Dès aujourd’hui

 

Mais il doit patienter

 

*

 

L’ampoule au plafond

Brillante le cadavre

De la chambre

 

Les fourmis sont dans l’ombre

Et continuent à jouer

 

*

 

Mon dernier-né

Ne craint pas l’ombre des étoiles

 

Mais l’instant

 

Effrayé

Il cherche sa montre

Et ne trouve que son cœur

 

*

 

Un petit port dans l’ouest de la Californie

Six heures

Quatre bateaux attendent

 

Un sifflement strident

Puis plus rien

 

Une mouette argentée bat des ailes

Au-dessus de nos têtes

 

Quelques pêcheurs lui jettent des poissons

De la veille

Qu’elle happe au vol avec indifférence

 

Le plaisir n’est pas calqué

Sur ses yeux sans fond

 

*

 

En Tunisie

À neuf heures du soir

Les cafés sont taciturnes

 

Quelques hommes titubent

Et sortent

 

Ceux-là ne vont pas bien loin

De coutume

 

Certains embrassent

Une statue

 

D’autres caressent

La brume d’un souvenir

Abîmé par le temps

 

Avant de s’écrouler

Sur une marchande d’amour

 

*

 

Les branchages

Surplombent presque

Le pont

 

Assistent

Avec leur ferveur silencieuse

 

Les fantômes

Qui déambulent

Dans la quête subtile d’un matin

 

*

 

Quelques pas sur un muretin

 

Le conteur apparaît

Et récite une fable aux oiseaux

 

Pleine de bruits

Et de silences

 

Celle de la douleur

D’être soi

 

L’œil déçu

S’appuie contre la voûte

 

Où est la féerie ?

 

Il faut apprendre à regarder

Elle est partout

 

*

 

Sa femme est morte

 

Il tire les rideaux

Puis

 

Dans le noir

Il porte

 

Un coquillage

À son oreille

 

*

 

L’araignée est la gardienne

De nos heures légitimes

 

Elle guette l’inclinaison

Du clown triste

 

*

 

À l’abri dans mes brodequins

Je ne ressens pas

 

La fraîcheur des vagues

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 939

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com