Identification

Fictions (anthologie) 16, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 20.10.17 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Fictions (anthologie) 16, par Matthieu Gosztola

 

Les lucilies tournent

Autour de la lampe à pétrole

 

Avant de tomber

Dans le récipient en étain

 

L’appel de la lumière

Se fait appel du noir

 

*

Elle dit :

 

« Je te suis jusqu’à la lisière

De mes reins

 

Où s’offre à nous

L’imparfait du verbe

 

Mourir »

 

*

 

Quelque part

Je me rappelle avoir observé

La ruelle du soupir

 

Une rangée de tilleuls

Qui poussaient sur l’ombre

D’un mur

 

Et je me rappelle ce mur

 

*

 

Une chambrette

 

La photographie sous verre

Du petit-fils

Mort au front un jour

De brouillard

 

Le verre de vin

 

Et l’ange

Qui passe

 

Sans se retourner

 

*

 

Helsinki au matin

1982

 

Un homme nu

Plonge dans l’eau creuse

Et regarde la mort

Peindre

Sur son thorax

 

Raidissement instantané des muscles

 

Eclatement des gestes

Comme une anguille

 

Couleurs pâles

De l’automne

 

Finitude des choses

Et des êtres

 

*

 

Ton épouse

Se détache brusquement

De ton corps

 

Allume

(Te trompe avec la lumière)

 

Tu te surprends à pleurer

Et cela l’étonne

 

*

 

Depuis deux jours

Je remarque la colline

Qui s’habille de blanc

 

Ce matin

J’ai écrasé un sabot de la vierge

Avec une canne de Provence

 

(Bâton de la vieillesse

Pour soutenir mes remords)

 

*

 

Ce qui effraie la mort

 

C’est de nous voir mourir

Loin d’elle

 

*

 

Recroquevillé dans la position

Du fœtus mort

J’entends le petit cri des vagues

Quand elles se brisent

 

Et j’espère

Voir l’embrun

Toucher la peau sous l’écume

 

*

 

Le soleil se couche

 

Pour que la couleur persiste

Il la verse sur une montagne

 

Mais elle ne dure encore qu’un instant

 

*

 

Debout dans la cuisine

 

Elle égrène

Un chapelet de groseilles

 

*

 

L’ambition du vieillard

Est de rester assez longtemps à la fenêtre

 

Pour surprendre la mort

Quand elle se déshabille

 

*

 

Nous trébuchons

Au bord de la rencontre

 

Ivres de sommeil

 

*

 

Mon corps a deux sons de cœur

 

: Un proche

Et un plus profond (ta mélodie)

 

*

 

Espagne

Les couleurs désertent l’arène

 

Au centre

Le jeune taureau semble dormir

 

Une silhouette

Blanche et noire

 

Des abeilles naissent

En son ventre

 

*

 

L’expression de mes yeux

Reste inchangée

Depuis ton départ

 

Dans la pièce

Où je me trouve

Un cheval immobile

 

(En faïence)

 

Loin d’ici

Sous ce ciel d’encre

 

Un enfant arrose

Un arbre mort

 

*

 

L’ombre des fougères

Demande à éprouver

 

Le toujours fuyant

Soleil

 

*

 

Normandie

Huit heures trente-cinq

 

Le ciel est capucine

 

Sous un parasol

Le vieillard sans ombre

Mélange les dés

Dans une baleine de terre cuite

Puis les jette sur la table bancale

 

Le reflet de la lune

Fouette la face du six

 

*

 

Certains insectes

Ne connaissent pas la musique

 

Mais tous jouissent de la lune

Le soir

 

*

 

L’oiseau interroge

La façade

 

Montée de septembre

Le long des cuisses

 

*

 

Le long du chemin

Je creuse sans hâte

Des sillons de boue

 

(Charrue affaiblie

Par la similitude des paysages)

 

En compagnie

D’ombres

 

Qui meurent au réveil

 

*

 

Les souffrances des hommes

Ne pourront jamais atteindre

 

Le noyau de la cerise

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 982

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com