Identification

Fictions (anthologie) 15, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 06.04.17 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Fictions (anthologie) 15, par Matthieu Gosztola

 

Agonisant dans le brouillard

Un animal à robe terreuse

 

Fixe le vide

Qui se dresse devant lui

 

Comme un tableau

Aux lumières chatoyantes

 

*

Prompte agonie

De la lumière

 

Qui se répète

Chaque seconde

 

Quelque part

Au fond du puits

 

*

 

Le plumage profane

Un aigle pêcheur s’apprête

 

À griffer la rivière

À son ombre

 

Je comprends qu’il est réel

 

*

 

Énigmatique

La pensée

 

Des cris d’enfants

Que le vent ébruite

 

*

 

Excitée par le souvenir

De votre mort

Une déesse

Aux seins voilés

Vous tend

Ses lèvres plissées

 

Surgit alors le désir insatiable

 

*

 

Première nuit

 

Un chien noir s’arrête

Sous une enseigne lumineuse

 

Plus haut

Des lits improvisés

Espèrent un client

 

Sel cryptique des corps

 

*

 

Je pénètre en silence

L’eau froide

 

Je pense au chien

Qui cherche sans conviction

 

*

 

Voir davantage du soleil qui naît

(Répétition fade du premier jour)

 

À la fin

L’éclat

 

D’une ombre violette

Qui fait toute la différence

 

Alors le troisième jour

 

*

 

Notre souvenir

 

: Cette façon qu’ont

Les framboises

De retrouver

Leur parfum

 

*

 

Le ciel trop grand

 

 

Pour s’y perdre

 

*

 

Elle dit :

 

« Une épouse docile

Le soir

 

Et puis quelque chose

De différent

 

Dans sa félicité

Une ombre passagère »

 

*

 

L’automatisme

Des gens

Sur la jetée

 

Affole

Les oiseaux

 

*

 

Vie commune

 

: Chacun vole

Un peu de lui-même

À l’autre

 

*

 

Elle dit :

 

« Ma main sur mon sein

Tremble

 

Mon âme

À la fenêtre

 

Reprend haleine »

 

*

 

Près d’une balançoire

Un chien m’a mordu

 

J’ai cru apercevoir

De la tristesse

Dans ses yeux

 

*

 

Tu es morte

Hier à midi

 

Transmuant l’heureux soleil

En funeste lune

 

J’ai dessiné

Sur mon carnet

 

Un enfant pleurant

Sous un arbre

 

Une branche de houx

Dans la bouche

 

*

 

À son réveil

La nudité de la plante

 

Est une chose

Bleu nuit

 

*

 

Kyoto

1913

 

Le rat contemple

Le balai

 

L’homme veut apprivoiser

L’esprit du rat

 

Et le chien gît

Près du poêle

 

Mouches

 

*

 

Un rêve

 

: Des lanternes magiques

Que des enfants secouent

 

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 1087

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com