Identification

Fictions (anthologie) 14, par Matthieu Gosztola

Ecrit par Matthieu Gosztola 13.03.17 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Fictions (anthologie) 14, par Matthieu Gosztola

 

Un homme à la guitare

Et les fantômes du soir

 

L’aube court

Vers le feu qui crépite

 

Tout se remet en place

 

*

Je demande

À cette petite fille abandonnée

Qui crache dans une flaque de chrême

Ce que son corps aimerait être

 

Elle lève ses yeux abricot

Vers mon regard étranger

Et

Une poupée naïve dans la voix

 

Je veux être un humain

Dans un appartement

*

 

Bombardement

 

Vrombissement suraigu

Des nuages

 

Le lendemain

Les oiseaux ramagent

Sur l’herbe calcinée

 

Aux premières loges

L’ours en peluche

Lui

 

Cèle sa parole

 

*

 

Pôle Nord

 

Des flocons de neige

Tapissent le sol

Recouvrant presque tout

 

Les étoiles éphémères

À hauteur de la cuisse

 

Mais quelques fragments de roche sombre

Se détachent encore ici et là

Là et ici

Scintillant sous le clair soleil

 

L’enfant tire le traîneau

Sur lequel repose le chien guide

 

Terre-neuve

 

*

 

22 ou 23 septembre

Au matin

 

Tu dégustes une grappe de sons

Au piano

 

(Au crépuscule

La pluie d’automne aura tout effacé)

 

*

 

Seul dans un bosquet

 

Je pense souvent

Aux chênes adultes

Que je ne prendrai jamais dans mes bras

 

*

 

Par-delà les montagnes

Par-delà les ruisseaux

 

Là où la pluie n’a aucun impact

Sur la neige

 

Existe-t-il un homme heureux ?

 

Peut-être est-ce celui

Qui n’a jamais passé

 

Le seuil du désir

 

*

 

Ta bouche

 

Livre humide

Dégorgeant le vent du soir

 

Fenêtre pendue

 

*

 

Tes lèvres

 

Sont la porte d’entrée

De ma folie

 

*

 

Quelque part

Dans un lieu habité

Par la noirceur des hommes

 

(Ici ou plus

Loin)

 

Un nouveau-né

Happe l’air brûlant

 

Puis vagit

Se sentant incompris

Des bonnes fées

 

(Babillage habituel

Des nouveaux)

 

*

 

Je progresse sur un pont

L’instant d’après trébuche

 

Je me relève

Pour considérer mon chronomètre

 

(Une montre à serrure

Au remontoir défectueux)

 

En sachant que ce regard

N’arrêtera pas le temps

 

Dans mon dos

Des vols d’oiselets mélangent le gris

Du ciel

 

Et plus bas

La neige encore fraîche

Souligne le galbe

Du dernier souvenir

Qu’il me reste de ton corps

 

*

 

Les pêches fissurent

Leur langage

 

Le son de la lampe

Sur le lit

 

*

 

Quand il sommeille

Ou quand il chancelle

 

Le poète lutte avec les mots

Avant la fin d’un jour

 

Il veut avoir conquis

Une parcelle de sa propre vérité

 

*

 

Elle dit :

 

« Je rabats la couverture

Sur mon ventre

 

L’araignée d’un beau couleur de chair

Qui descend de mon plume

 

Est enceinte »

 

*

 

Sous les théories

D’oiseaux migrateurs

 

L’ombre d’un feuillage

Macule la robe d’une passante

 

Et ce lendemain

 

*

 

L’étendue de sable

 

Jusqu’au retour

Du silence

 

*

 

L’automne

 

Sous un certain angle

Une larve de guêpe

Peut camoufler la lune

 

Matthieu Gosztola

 

Ces poèmes ont été insérés, sous une forme très différente, dans Sur la musicalité du vide (2 volumes parus en 2001 et 2003). Les ouvrages sont toujours disponibles auprès des libraires, ou en passant commande directement chez l’éditeur. Consulter son catalogue ici. Le suivre .

 

  • Vu : 1122

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com