Identification

Essai sur l'exotisme, une esthétique du divers, Victor Segalen

Ecrit par Christian Massé 03.12.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais, Le Livre de Poche

Essai sur l’exotisme, une esthétique du divers, Livre de poche/ Essais

Ecrivain(s): Victor Segalen Edition: Le Livre de Poche

Essai sur l'exotisme, une esthétique du divers, Victor Segalen

 

A vingt-six ans, Victor Segalen rapporte de Tahiti les éléments d’un livre qui retrace le déclin de la race maorie : les Immémoriaux. Ce Breton, médecin de la marine française, s’est libéré d’une emprise familiale et religieuse contraignante : il vient de découvrir l’œuvre de Gauguin ! Naît en lui une sorte de rébellion contre Pierre Loti et son exotisme : Il n’a fait que rendre des impressions de voyage, il en donne, à revendre. Il a dit ce qu’il a vu, ce qu’il a senti en présence des choses et des gens inattendus dont il allait chercher le choc. A-t-il révélé ce que ces choses et ces gens pensaient en eux-mêmes, et d’eux ? Segalen dénonce ses « mains prostitueuses » Segalen est un voyageur-né. D’emblée, il prévient vouloir écarter le cocotier, le chameau, le casque colonial, la peau noire sous le soleil torride. Il rappelle la définition du préfixe ex : tout ce qui est « en dehors » de l’ensemble des faits de conscience actuels, quotidiens, tout ce qui n’est pas notre « Tonalité mentale » coutumière. Comme dit à rebours Montesquieu : – Il faut que j’épuise le sujet ! Précisément : son livre n’est pas une certitude, mais une recherche qui, d’ailleurs, ne sera pas achevée…

D’abord faire fi des écrivains, même les plus grands, ayant trempé leur plume dans l’encre émeraude des mers du Sud ou des forêts amazoniennes. Ensuite, ne pas assimiler les mœurs, les races, les nations et les peuples, mais jouir de ne le pouvoir jamais : se réserver la permanence durable du plaisir de sentir le Divers. S’en imbiber d’abord et s’en extraire pour en apprécier les justes saveurs. Et plus encore : face à la Nature, n’exister que si on la sent différente de soi, si on est capable de s’en séparer. L’exote reste libre vis-à-vis de l’objet décrit ou ressenti. L’exotisme ne peut être que singulier. Le mot n’admet pas le pluriel. C’est une source d’énergie, mentale, esthétique, physique.

Il s’installe à Pékin en 1910, mais ne peut pénétrer la Cité interdite. En 1911, c’est la révolution, cette peste des idées, écrira-t-il, qui va tuer avant peu l’une des plus admirables fictions du monde : l’Empereur, Fils du Ciel. C’est vraiment la mort de l’ancienne Chine et j’en serai quitte pour ne plus regarder qu’en arrière. Segalen se tourne alors vers les recherches archéologiques. Il restera violemment nostalgique de Pékin.

Il est le premier à dénoncer le tourisme : si le tourisme diminue l’exotisme des pays, c’est qu’il était une forme un peu grosse, commode, et qu’il serait l’appellation générale d’une mauvaise attitude exotique. Les moyens d’usure de l’Exotisme à la surface du Globe : tout ce qu’on appelle progrès, lois de la physique appliquée, voyages mécaniques confrontant les peuples et, horreur, les mêlant, les mélangeant sans les faire se battre.

Il a fallu attendre 1944 pour que Victor Segalen commençât à être connu, grâce à Pierre Jean Jouve qui le découvrit dans une exposition et un numéro spécial des Cahiers du SudLe Mercure de France publia ses notes…

 

Christian Massé


  • Vu : 6299

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Victor Segalen

 

Après des études de médecine à l'École principale du service de santé de la marine de Bordeaux, Victor Segalen est affecté en Polynésie française. Il n'aime pas la mer pour naviguer mais il profite des escales pour découvrir de nouveaux paysages et d'autres cultures et civilisations. Il séjourne à Tahitien 1903 et 1904. Lors d'une escale aux îles Marquises, il a l'occasion d'acheter les derniers croquis dePaul Gauguin, décédé trois mois avant son arrivée, croquis qui seraient, sans lui, partis au rebut. Il rapporte en métropole un roman, Les Immémoriaux (1907), ainsi qu'un journal et des essais sur Gauguin et Rimbaud, qui ne seront publiés qu'en 1978.

 

A propos du rédacteur

Christian Massé

Lire tous les articles de Christian Massé


Rédacteur


Christian Massé, la soixantaine, vit installé en Touraine depuis 1990, après dix huit années passées à Paris. Marié, père de cinq enfants.

A publié :


Entre noir à Jean-Jaurès, éd. Denis Jeanson, 1997.
Le Drôle-au-diable, récit, éd. Le Temps des Cerises, Paris, 2001.
La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, épuisé.
La Loire dans tous ses ébats, nouvelle ligérienne, éd. Le Petit Pavé, Brissac, 2007.
La dernière nuit de Josepha, roman, éd; Le Temps des Cerises, 2008.
Les troubadours dans la ville, ouvrage collectif (? De la plume à la dague ?, nouvelle de CM) édité par le

La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, ré-édité en 2012.

Le mauvais génie, nouvelle, façon Oulipo, La comtesse de Ségur et nous, ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai.

La colère des imbéciles remplit le monde. Opuscule sur l'écrivain Georges Bernanos, à partir de son essai "Les grands cimetières sous la lune". BNF 2013.

Lettres de Lucien Gerfault à son père, roman épistolaire, éd. Antya, 2013.

Et Siroco nous était conté?Récit d'un séjour effectué en mer Méditerranée sur le vaisseau de guerre SIROCO, du 9 au 14 juin, éd. Antya,2013.

Palestine...Terre sainte, Terre souffrante.Opuscule d'une conférence tripartite organisée par la paroisse de Saint Côme en Loire en octobre 2010. Ed. Antya.

Le temps ininterrompu, anthologie, éd. Antya, 2014.

Consuelo, c'est moi, récit critique, "Lire George Sand", ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai, 2014.

Le temps numérique, anthologie (chroniques littéraires numériques), éd. Antya, 2015.

L'atelier de l'avenue du Maine, adaptation théâtrale du roman de Marguerite Audoux, "L'atelier de Marie-Claire", éd. Le Jardin d'Essai, 2015.

Le Journal retrouvé, récits auto biographiques, auto édité, 2016.

Les genêts, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Les Lettes Libres, 1986)

La dernière nuit de Josepha, roman, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Le Temps des cerises, 2008)

Flaure, peintre du figuratif,éd. Les Dossiers d'Aquitaine, collection Beaux livres. 2018

 

A été membre de l'Union des écrivains, pendant 15 ans.
Membre de la Société des Gens de Lettres (depuis fin décembre 2010)

- Animateur de rencontres littéraires et artistiques (Tours).

- Président de l'association Les Arts en écho !


Président de l'Association littéraire La Plume ligérienne (organise des soirées littéraires dans des lieux non institutionnels)