Identification

Éphémérides créatives - Samuel Beckett & Gabriel Garcia Marquez

Ecrit par Jean-Marc Dupont le 15.06.18 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Éphémérides créatives - Samuel Beckett & Gabriel Garcia Marquez

 

13 avril : éphémérides créatives (I), Samuel Beckett : « Tu n’as cessé d’essayer ? Tu n’as cessé d’échouer ? Aucune importance ! Réessaie, échoue encore, échoue mieux »

Le 13 avril 1906, naissance de l’écrivain, poète et dramaturge irlandais d’expressions anglaise et française, Samuel Beckett (mort le 22 décembre 1989). En 1969, il reçoit le prix Nobel de littérature pour « son œuvre, qui à travers un renouvellement des formes du roman et du théâtre, prend toute son élévation dans la destitution de l’homme moderne ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Beckett

A travers divers éléments, on peut appréhender le processus créatif d’un écrivain, l’œuvre d’abord, par exemple Sturlaugsdóttir [1] explique que la pièce Rough for Radio II, écrite en français, puis traduite en anglais et diffusée en 1976 est un monodrame qui parodie l’acte créatif à travers l’esprit de l’artiste divisé en quatre personnages, expliquant que « Beckett lui-même a lutté avec sa propre créativité et a trouvé le processus créatif ardu ».

Une approche plus approfondie et relevant de l’étude génétique peut aussi nous éclairer comme l’explique Habibi qui a étudié « l’utilisation créative que Samuel Beckett fait de ses ‘Notes de Psychologie’ en tant qu’outil scientifique cruciale à la compréhension de son œuvre L’Innommable » [2].

« Alors qu’il prétendait être “dans le noir” au sujet de son processus créatif, les lettres de Beckett démontrent son implication à plusieurs niveaux dans la réalisation de son travail ».

C’est un peu la conclusion d’un projet de grande envergure de proposer pas moins de 15000 lettres de l’écrivain s’étalant sur une soixantaine d’années [*].

Enfin, sa vie peut aussi nous apporter des indices, ainsi comme le rappelle Célia Costeja [**] au sujet de ce livre [4] écrit par « Didier Anzieu, qui traite autant de lui-même en tant qu’ouvrage en construction, que de son objet véritable : l’écrivain Samuel Beckett et son processus créateur si particulier, enclenché à l’arrêt volontaire d’une psychanalyse avec le jeune Wilfred Ruprecht Bion à la Tavistock Clinic de Londres, en 1934 et 1935. […] L’auto-analyse comme processus créateur ».

« L’art a toujours été ceci – interrogation pure, question rhétorique moins la rhétorique », Beckett

 

[1] Theatre of the Skull. Rough for Radio II by Samuel Beckett, by Sigurlaug Sturlaugsdóttir (B.A. Thesis, 2011) :

http://skemman.is/en/stream/get/1946/7369/19723/3/BA_thesis_Sigurlaug_Sturlaugsdottir.pdf

[2] A Genetic Study of Samuel Beckett’s Creative Use of His ‘Psychology Notes’ in The Unnamable, par Reza Habibi (Thèse 2015) :

http://bora.uib.no/bitstream/handle/1956/10012/133547039.pdf;jsessionid=152578799E918EC46738A6BF281CB213.bora-uib_worker?sequence=1

[*] The Letters of Samuel Beckett :

http://english.emory.edu/beckettletters/index.html

[**] Le miroir dans le miroir, par Célia Costeja :

http://www.parutions.com/pages/1-1-123-4239.html

[4] Beckett, par Didier Anzieu :

http://prod.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-essais/Beckett

 

17 avril : éphémérides créatives (I), Gabriel García Márquez : « Seule la poésie est extralucide »


Le 17 avril 2014, disparition de l’écrivain colombien Gabriel García Márquez (né le 6 mars 1927). En 1982, il reçoit le prix Nobel de littérature en l’honneur de « ses romans et ses nouvelles où s’allient le fantastique et le réel dans la complexité riche d’un univers poétique reflétant la vie et les conflits d’un continent »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_García_Márquez

Dans cette interview [*] quelques éléments pour comprendre son cheminement d’écrivain :

« D’où vous vient ce goût d’écrire et de raconter des histoires qui nous a valu Cent ans de solitudeL’Automne du patriarcheChronique d’une mort annoncéeL’Amour aux temps du choléra… »

« – Je crois que tout est né de la nostalgie ».

« Nostalgie du pays, nostalgie de l’enfance ? »

« – Nostalgie de mon pays et nostalgie de la vie. J’ai eu une enfance extraordinaire, entourée de gens très imaginatifs et bourrés de superstitions, qui vivaient dans un monde comme embrumé et peuplé de fantasmes. Ma grand-mère, par exemple, me racontait la nuit, le plus naturellement du monde, des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête ».

« Votre grand-père était apparemment un personnage quasi légendaire dans la famille. Lui aussi a été une figure de votre enfance ? »

« – C’était un énorme vieillard qui paraissait suspendu dans le temps et la mémoire, et je l’aimais beaucoup. J’avais huit ans quand il est mort, j’en ai été désespéré. Il me racontait sa vie et tout ce qui s’était passé dans le village et dans le pays depuis des temps immémoriaux. Il me racontait en détail les guerres auxquelles il avait participé et les grands massacres des plantations bananières qui se sont produits l’année de ma naissance et ont laissé une trace durable dans l’histoire de la Colombie ».

Matt Morrison rappelle ici [1] que Gabriel García Márquez a été un des premiers écrivains à faire usage du réalisme magique, concept clé dans l’écriture créative…

« Les êtres humains ne naissent pas une fois pour toutes à l’heure où leur mère leur donne le jour, la vie les oblige de nouveau et bien souvent à accoucher d’eux-mêmes », Gabriel García Márquez

 

[*] Entretien avec Gabriel García Márquez, propos recueillis par Manuel Osorio (Le Courrier de l’Unesco n°1991-9 octobre, Page 8-11)

[1] Key Concepts in Creative Writing, par Matt Morrison

https://he.palgrave.com/page/detail/key-concepts-in-creative-writing-/?sf1=barcode&st1=9780230205550

Pour approfondir la vie de Gabriel García Márquez, cet ouvrage intitulé Gabriel García Márquez, Une viede Gerald Martin

http://www.grasset.fr/gabriel-garcia-marquez-une-vie-9782246739111

Avec un bref commentaire ici :

http://www.lefigaro.fr/livres/2009/12/12/03005-20091212ARTFIG00179--gabriel-garca-mrquez-.php

 

Jean-Marc Dupont

 


  • Vu: 538

A propos du rédacteur

Jean-Marc Dupont

 

Jean-Marc Dupont est né en 1968