Identification

Éphémérides créatives - Gustave Flaubert : « De la forme naît l’idée »

Ecrit par Jean-Marc Dupont le 05.07.18 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Éphémérides créatives - Gustave Flaubert : « De la forme naît l’idée »

 

Le 8 mai 1880, disparition de l’écrivain français Gustave Flaubert (né le 12 décembre 1821).

 

http://flaubert.univ-rouen.fr/

Ici [*] André Verlhac tente « de montrer avec quelle étonnante exactitude les traits de personnalité et de comportement de Gustave Flaubert répondent à ceux du créatif type dépeint par Madame Florence Vidal » en croisant son analyse avec des indices que Flaubert lui-même a écrit dans diverses lettres qui font de sa correspondance un véritable trésor pour mieux cerner son profil créatif.

Ainsi, il rappelle que la première aptitude qu’elle propose est la curiosité, « appétit qui pousse un être vers des objets pour les mieux connaître », pour « s’approprier par l’esprit, l’esprit des choses » (2). Son intérêt pour la vie fait écrire à Flaubert : « Ma curiosité demande à tout creuser et à tout fouiller » (3) à « vouloir tout comprendre » (4). C’est le même état d’esprit qui lui fait dire à Louise Colet : « As-tu pensé à ceux qui viendront dormir dans notre lit ? Qu’ils se douteront peu (de) ce qu’il a vu ! Ce serait une belle chose à écrire que l’histoire d’un lit ! Il y a ainsi dans chaque objet banal de merveilleuses histoires. Chaque pavé de la rue a peut-être son sublime » (5). Curiosité infinie qui lui fait désirer voir non seulement le dessus et le dessous des choses, mais également la vie secrète du dedans. C’est l’attitude du curieux par excellence qui pense que « les choses ne sont jamais ce qu’on dit qu’elles sont. Chaudes, vivantes, elles palpitent, parlent, émettent de subtils messages qu’il faut capter ».

Et bien d’autres aptitudes comme l’attention ou la flexibilité…

Ici [**] Richard M. Berrong explique que « Flaubert développa une métaphore biologique de la création littéraire. L’idée initiale sort tout d’un coup de son esprit comme une cellule générative ; elle se développe ensuite comme un organisme (un fœtus, presque), jusqu’à ce qu’elle devienne une œuvre achevée ».

« La méthode est tout ce qu’il y a de plus haut dans la critique, puisqu’elle donne le moyen de créer », Gustave Flaubert.

« La poésie est une plante libre ; elle croît là où on ne la sème pas. Le poète n’est pas autre chose que le botaniste patient qui gravit les montagnes pour aller la cueillir », Gustave Flaubert.

 

Jean-Marc Dupont

 

[*] Flaubert et la créativité, par André Verlhac (Les Amis de Flaubert, Année 1983, Bulletin n°63, Page 26) :

http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/063_026/

[**] L’embryologie de l’illusion : Le processus de la création littéraire, d’après la correspondance de Gustave Flaubert, par Richard M. Berrong (Les Amis de Flaubert, Année 1985, Bulletin n°66, Page 15) :

http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/066_015/

Pour aller encore plus loin :

Voir, croire, savoir : Les épistémologies de la création chez Gustave Flaubert, publié par Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschbe :

https://www.degruyter.com/view/product/184977

 

Jean-Marc Dupont

 

  • Vu: 1121

A propos du rédacteur

Jean-Marc Dupont

 

Jean-Marc Dupont est né en 1968