Identification

Entretiens

Entretien avec Jean-Sébastien Hongre pour "Un père en colère"

, le Lundi, 01 Avril 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

« Et si c’était au tour des parents de se rebeller ?

Un père en colère : la révolte d’un homme dépassé par le comportement de ses enfants. Sa lutte pour reconstruire sa famille et renouer avec sa femme. Son cri pour raviver la tendresse dans le cœur de ses deux adolescents en dérive.

Une fiction à l’intrigue implacable, qui ne triche pas avec la réalité et qui creuse au fond de notre époque pour en extraire la voie de l’espérance ».

Rencontre avec Jean-Sébastien Hongre qui s’est emparé, dans son deuxième roman, de thèmes d’actualité sur lesquels nous lui avons proposé de revenir.

 

Sophie Adriansen : Quel est le point de départ qui vous a donné envie d’écrire « Un père en colère » ?

Entretien avec Smaïn Laacher - Insurrections arabes

Ecrit par Nadia Agsous , le Jeudi, 28 Mars 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

 

Insurrections arabes. Utopie révolutionnaire et impensé démocratique, Smaïn Laacher, éditions Buchet/Chastel, Collection Les Essais, 324 pages


Dans son ouvrage récemment publié, Insurrections arabes. Utopie révolutionnaire et impensé démocratique, Smaïn Laacher, sociologue et chercheur au CNRS, consacre un chapitre aux femmes (La haine du corps des femmes).

A travers l’entretien qui suit, l’auteur nous éclaire sur le rôle, le statut et la place des femmes dans le monde arabe.

Les deux passeurs - Traduire Mayenburg

Ecrit par Marie du Crest , le Mardi, 26 Mars 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Depuis 2005, Hélène Mauler et René Zahnd traduisent ensemble ou plutôt l’un avec l’autre des pièces du répertoire allemand contemporain. Avec enthousiasme, ils ne traduisent que du théâtre, chez l’Arche Editeur, maison qui propose un riche catalogue germaniste. Ainsi ont-ils travaillé sur des textes d’Horvàth, de Schimmelpfennig ou de Bärfuss. Ils ont aussi en 2012, chez le même éditeur, proposé une nouvelle traduction de la pièce de Brecht : La résistible ascension d’Arturo Ui.

Le 14 mars, deux jours après la première de la création française de Perplexe au théâtre des Ateliers à Lyon, dans une mise en scène de G. Chavassieux, le Goethe Institut de Lyon et son nouveau directeur B. Finger les accueillaient pour échanger sur l’entreprise très particulière que représente la traduction théâtrale.

 

Propos recueillis par Marie Du Crest

Une buveuse d'encre - entretien avec Gaëlle Callac

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 21 Mars 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

 

Entretien avec Gaëlle Callac, auteure et éditrice au Buveur d’encre

 

Avec Gaëlle Callac, nous sommes entrées en contact pour le Secteur Jeunesse de la Cause littéraire. Nous échangeons depuis un moment déjà au sujet des sorties d’albums du Buveur d’encre, la maison d’édition au catalogue alléchant où elle exerce. En décembre dernier, au Salon de Montreuil consacré à la littérature pour la jeunesse, nous avons longuement discuté et l’idée d’un entretien plus approfondi nous est venue. A travers son parcours d’auteure et de professionnelle de l’édition indépendante, Gaëlle Callac témoigne de sa passion et de son engagement au service d’une littérature pour la jeunesse exigeante ; relayer sa parole, c’est affirmer qu’il n’y a qu’une littérature à défendre, celle qui élève, qui fait rêver et nourrit la curiosité du lecteur, peu importe son âge.

Entretien avec Gianfranco Brevetto, traducteur et écrivain

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 19 Mars 2013. , dans Entretiens, Les Dossiers, La Une CED

« Les traducteurs sont comme les peintres de portraits ; ils peuvent embellir la copie, mais elle doit toujours ressembler à l’original ». Elie Fréron

 

Valérie Debieux : Gianfranco, vous êtes à la fois écrivain et traducteur. La littérature française vous passionne, tout autant que la poésie, puisque vous avez ainsi consacré un ouvrage sur Georges Brassens (Georges Brassens : Una Cattiva Reputazione). Vous aimez notre langue. Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans ce travail de traduction qui demande persévérance et adaptabilité ?

 

Gianfranco Brevetto : Ognuno di noi ha dentro di sé un’altra lingua nella quale avrebbe voluto esprimersi, una sorta di lingua dell’anima, dei sogni, dei sentimenti. Il francese è per me la lingua che mi permette di andare oltre i significati che normalmente riesco ad esprimere. Certo non basta amare una lingua per essere traduttore, occorre un lungo lavoro a tavolino. A volte mi capita di svegliarmi la notte perchè finalmente ho trovato la parola adatta, l’espressione che mi mancava.