Identification

Entretien avec Hubert Guillaud (De la mesure à la démesure de soi)

Ecrit par Didier Bazy 13.03.12 dans La Une Livres, Entretiens, Les Livres, Essais, publie.net

De la mesure à la démesure de soi. 08/03/2012, Collection Washing Machine, 3,99 €

Ecrivain(s): Hubert Guillaud Edition: publie.net

Entretien avec Hubert Guillaud (De la mesure à la démesure de soi)

On a tous envie d’en savoir plus sur nous-mêmes. De comprendre ce qui nous arrive, les changements qui nous transforment, et pas seulement de s’arrêter à la perception que nous avons de ces changements…


Comment est venue l’idée de produire un tel livre ? Il fourmille de références et de renvois via l’hypertexte à d’autres contenus complémentaires ou sources d’informations. À quel type de public, selon vous, s’adresse-t-il ?


L’histoire de la collection Washing Machine (De la mesure à la démesure de soi en est le 5ème titre), publiée chez Publie.net, est née d’une rencontre entre François Bon et moi-même. Journaliste et rédacteur en chef d’InternetActu.net, le média en ligne et gratuit de la Fondation internet nouvelle génération, je publie depuis 10 ans des articles pour aider les lecteurs à comprendre la révolution numérique en cours. Mais le web a peu de mémoire : l’écosystème numérique favorise toujours un peu plus la nouveauté sur la perspective.

L’idée était, avec cette collection, de remettre en perspective des articles d’InternetActu, de les choisir, de les assembler pour faire sens et souligner la profondeur – je l’espère – du travail que j’accomplis sur le long cours. Ce sont des livres qui offrent un ensemble de références sur un sujet, qui permettent de les mettre en perspective, non pas sous un angle scientifique, mais sous un angle journalistique, se plongeant dans les réflexions les plus actuelles de la recherche, parfois loin des idées convenues. Ils s’adressent à des gens qui cherchent à comprendre le numérique, son évolution, ses impacts, ses enjeux, les débats qui animent la société sur ces questions… Et ce, d’autant plus quand le numérique innerve désormais la société toute entière.

Ce livre est une compilation d’articles écrits pour l’internet, c’est pourquoi il est tissé de renvois, d’hyperliens. C’est ainsi que j’écris. Je renvoie à mes sources, je permets aux gens d’aller voir plus loin (s’ils le souhaitent), je pointe et montre ce dont je parle. Je bâtis ma réflexion sur celle des autres. Le livre, même numérique, permet de se plonger dans un autre rythme que le web, permettant d’accéder autrement à ces réflexions que simplement en en suivant le fil de l’actualité. C’est assurément un autre moyen d’accéder aux contenus du web, en leur offrant une perspective temporelle, une décélération, comme l’a toujours proposé le livre par rapport à l’actualité.


Vous écrivez à la fin : « Les gens changent rarement d’avis, même devant l’évidence des faits. Au contraire, l’information, même contraire à ce qu’ils pensent, les pousse dans les retranchements de leurs convictions. Assurément, la plus grande menace contre la démocratie est cognitive. Et force est de reconnaître, hélas, que la connaissance n’est pas toujours le meilleur remède contre l’ignorance ». C’est la phrase du milieu qui m’interroge : « la plus grande menace contre la démocratie est cognitive ». Pourriez vous nous éclairer ?


Dans ce livre qui s’intéresse à la mesure du corps, des sentiments et de la pensée par les nouvelles technologies, je conclus ma mise en perspective en rappelant l’apport des neurosciences à ces questions. Les spécialistes du cerveau, de la psychologie et du comportement montrent que nous ne jugeons pas sans biais. Le fonctionnement même du cerveau a des défauts. Ainsi par exemple, les scientifiques se sont rendu compte que nous avons tendance à ignorer (voire à inventer) des faits qui remettent en question nos certitudes. Ils montrent par exemple qu’il est très difficile de corriger une désinformation. Nous y sommes diversement sensibles, selon notre opinion préalable. Si vous êtes de gauche, vous allez avoir tendance à retenir plus facilement une information contre le candidat de droite que si vous êtes de ce bord. Même face à l’évidence des faits, nous avons du mal à changer d’avis, la fausse polémique sur le changement climatique en est certainement la meilleure illustration actuelle. Les psychologues montrent depuis longtemps que quand on essaye de convaincre quelqu’un, la plupart du temps, on ne parvient qu’à le retrancher dans ses convictions préalables. Les décisions politiques que nous prenons sont en fait souvent biaisées par la manière même dont fonctionne notre cerveau. Nos perceptions sont souvent erronées parce que nous avons du mal à envisager que nos convictions ne puissent pas être exactes. La majorité des gens est ainsi convaincue que la vidéosurveillance permet de diminuer la criminalité. Or toutes les enquêtes scientifiques démontrent qu’elle a une incidence extrêmement faible sur la résolution des crimes, beaucoup moins efficace qu’une enquête de voisinage par exemple ou que le recours à des informateurs. La plupart du temps, elle ne permet pas d’identifier les auteurs de vols ou de crimes, notamment parce qu’ils portent des cagoules quand ils commettent leurs méfaits. C’est en ce sens qu’il faut entendre le fait que la plus grande menace contre la démocratie est cognitive. Ce sont les limites même du fonctionnement de nos cerveaux, de nos comportements sociaux, qui posent des limites à nos choix de société. Si nous ne comprenons pas nos limites cognitives, nous resterons incapables de les dépasser. Et c’est certainement par la technologie (mais aussi le design) qu’on pourra demain y remédier. C’est en tout cas la question principale que pose se livre.


Merci pour vos lumières !


Entretien mené par Didier Bazy


  • Vu : 5075

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Hubert Guillaud

Hubert Guillaud, éditeur de formation, est un journaliste français. Son premier roman, Les Merveilleuses aventures de Ferdinand Bienvenue : Le Temps des espérances, est paru aux éditions Michalon en 2002. Il est surtout connu pour son travail au sein de la Fondation internet nouvelle génération (FING), en tant que Rédacteur en chef d’InternetActu.net, publication en ligne à laquelle il a offert plus de 4000 articles au sujet d’Internet et du numérique. Il anime également La Feuille, un blog consacré à l’édition électronique, et Le Romanais, un blog local et citoyen consacré à Romans-sur-Isère (Drôme) et aux transformations du web local.

Références :

Les Merveilleuses aventures de Ferdinand Bienvenue : Le Temps des espérances, Paris, Michalon, 2002, 349 p. (ISBN 978-2841861774).

Un monde de données, Paris, Publie.net, 2011, 314 p. (ISBN 978-2-81450-506-3).

Comprendre Facebook, Paris, Publie.net, 2011, 79 p. (ISBN 978-2-81450-505-6).

Comprendre l’innovation sociale, Paris, Publie.net, 2011, 148 p. (ISBN 978-2-81450-503-2).

Avec Rémi Sussan et Xavier de la Porte, Est-ce que la technologie sauvera le monde ? Paris, Publie.net, 2011, 169 p. (ISBN 978-2-81450-504-9), source Wikipédia.

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Co-fondateur de La Soeur de l’Ange (Ed. Hermann)

Co-fondateur de la Cause Littéraire

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français

– Préfacier chez Pocket (Molière, Corneille)

– Deleuze et de Cuse (Collectif) Aux sources de la pensée de Deleuze. Vrin, 2005) dir : Stéfan Leclercq

– Après nous vivez (G S Editions, 2007)

– Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010) préface de Michel Host

– Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012) préface de Michel Granger

L’ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013) sélectionné 2014 prix roman historique jeunesse

– Cendres    (Publie.net, 2015)

– Traitements de textes ( Ed. de Londres 2015 )
– Explorateurs, qui êtes vous ? (Ed. Bulles de savon 2016)

Sélection 2018 prix Michel Tournier Jeunesse

– Savants, qui êtes-vous ? ( Ed. Bulles de savon, diff-distr Flammarion )2017

à paraître 2018

– Péguy internel