Identification

Ecriture

Suites à Miami (5)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Vendredi, 11 Novembre 2011. , dans Ecriture, Ecrits suivis, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

67.    A Miami, l'important est de sortir du bois. Les mains trainent, les lèvres tremblent. Au coin de la rue, un coup de vent relève les cheveux, les masques tombent.


68.    A Miami, chacun cherche l'échappatoire. La caste, même la plus élevée, est un étouffoir. Peu importe la destination, même la plus improbable, il s'agit de s'écarter de son destin. Les castes sont ainsi : elles recèlent de rejetons qui aspirent au détournement, au prix de s'exclure... A cœur remontrant.


69.    A Miami les hommes n'ont aucune grâce. Ils se négligent et leur assurance est une désinvolture de trop.


70.    A Miami, je serai méthodique, légèrement décalé, juste assez dans mes pas de côté,  en escapade pour ne pas me prendre trop au sérieux, ni dévot de mes considérations. Seul compte le choix des mots : être exigeant excessivement. Alors écrire n'est pas sans risque, celui, très serein et bien volontaire, de ne pas finir une phrase ou un mouvement et de rester en suspend. Mais j'aurai aimé et garderai, en moi, l'image, la musique et la vie.

Le prince des cinq sens

Ecrit par Jules Huchin , le Jeudi, 10 Novembre 2011. , dans Ecriture, Nouvelles, La Une CED


Dans le pays d’Armoud, il y a bien des siècles de cela, les contes des vieilles femmes avaient cinq sens.

Un sens pour les serviteurs du roi, qui fondait leur morale et dictait l’ordre rituel des gestes à accomplir au long de la journée pour maintenir la divinité du souverain, sans cesse menacée de s’écrouler. L’une de leur doctrine primordiale reposait sur une certaine conception de la vision, qui faisait du roi un être extérieur à lui-même, recevant son essence de la convergence des regards du peuple sur son faible corps terrestre. Ce corps devait rester sans cesse d’une pureté sans tache, poli et blanc comme un miroir, et ses vêtements devaient imiter la nudité la plus parfaite. Ses cheveux, teints dans le lait de vierges fécondées par lui-même et nourries de la chair de leurs enfants sacrifiés, descendaient en une frange subtile qui masquait uniquement ses pupilles, laissant l’iris fulgurer en sa blancheur, afin d’éviter que l’image du peuple reflétée en son esprit ne divise sa belle unité candide.

Un sens pour les prêtres du grand dieu

Un sens pour les généraux

Sous la coupole spleenétique du ciel (14)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 09 Novembre 2011. , dans Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

Work in progress


Le journal ne noircit plus les mains. L’encre ne dépose plus d’empreintes. Les pages ne se tournent plus avec le vent.

Face à l’écran, le regard se renouvelle, vidéos articles photos, le monde est à portée de cil.

Qu’y a-t-il de fixe, dans tout ce tremblement ? D’oscillation, dans ce flot continu ? Les dépêches apparaissent-elles nouvelles ?

L’homme se frotte les yeux, comme s’il ne croyait plus aux perspectives. Le temps de respirer, il demeure en lui-même.

Une autre forme d’image se concrétise en lui.

Celle d’un arbre qui se ploie, sous la poussée d’un songe…


*****

Suites à Miami (4)

, le Samedi, 05 Novembre 2011. , dans Ecriture, Ecrits suivis, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

46.    A Miami, la vie est devenue le rêve, embaumée. Et sous le vent qui se renforce de jour en jour, tout se bouscule. Tout bascule. Le rêve vient opportunément : mansuétude du renoncement. A la fenêtre, à toutes les fenêtres - devenus les judas des soupirs, devenues les trouées noires du fond du jour, à la fenêtre, à toutes les fenêtres où s'enfoncent les vagues, les cris, les rebondissements, à toutes les fenêtres les hommes et les femmes s'agitent, des chiens aboient, des enfants pourraient tomber. Magie du renoncement. A feu et à sang les grandes enjambées dans le vide, à feu, à sang, pour pleurer la richesse perdue et au fond, tout au fond, l'eau est froide. La vie a pris le pas sur la vie, à force de se partager, d'être mille éclats propulsés. Vendetta que ce rêve.


47.    A Miami, l'hygiène crée la fonction, en toute chose, en tout lieu, jusqu'à l'extinction des feux. Alors il ne faut jurer de rien.


48.    A Miami, se faufiler entre les femmes sans les toucher, mais faire comme si, est le jeu le plus abouti des hommes. Faire barrage, celui des femmes.

Sous la coupole spleenétique du ciel (13)

Ecrit par Daniel Leduc , le Mercredi, 02 Novembre 2011. , dans Ecriture, Création poétique, La Une CED

Work in progress

Éraflure sur ta peau, la surface est une profondeur tactile ; griffure superficielle, de quoi toucher les ombres dans leur sommeil ; toujours le seuil donne sur les corridors qui mènent ; écorchure, d’où suinte la flore cutanée, aux bactéries lanternes ; ce qui saigne, est au profond du corps ; gerçure des lèvres, d’avant la phrase, qui meurt… Tout est peau, par-dessus, et par-dessous le derme.

Tu ne dis rien de toutes ces ecchymoses, rien de toutes les contusions ; rien ne demeure peut-être de la brûlure, sinon le feu lui-même…

Il y aurait tant à faire pour ne pas oublier d’évoquer ses mémoires ; tant à faire pour tenter d’effacer la surface, celle qui couvre le territoire des mots.

Écris-toi, comme on balance un geste ; frictionne, où le temps s’innerve.

Retentis, sur la peau tendue, de tes tambours. Et là, et toujours là : peau

peau aime !


*****