Identification

Documents

Oswald de nuit, Samuel Gallet

Ecrit par Marie du Crest , le Mercredi, 11 Décembre 2013. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

Oswald de nuit, Samuel Gallet, 7 novembre 2013, dans la grande salle du théâtre de la Renaissance à Oullins (une heure vingt)

 

Oswald chante, Oswald danse


Concert de rock. La salle s’impatiente. Le public trépigne, siffle, se rapproche de la scène ; ils attendent le groupe qui aime à se faire désirer. Les roadies ont installé les drums, les claviers, les supports des guitares et des basses. On règle le micro central, fantôme du chanteur. Dans la grande salle du théâtre de la Renaissance, les deux musiciens : le guitariste Baptiste Tanné et la percussionniste Mélissa Acchiardi sont tapis dans l’ombre ainsi qu’au centre du plateau, tout au fond sur une chaise, Samuel Gallet qui lui aussi attend. Ils observent l’entrée du public comme dans une mise en scène de théâtre, contemporaine sous la lumière des petites lampes à abat-jour d’Adèle Grépinet, modestes étoiles pour la nuit d’Oswald. Théâtre ou concert ? Musique ou silence ? Chant ou dit ? Danse ou immobilité ? Ce qui importe, c’est justement de ne pas choisir mais de donner corps à la Voix d’Oswald de toutes les manières possibles. Poème rock en trois volets comme un souvenir d’opéra rock.

A propos de "Galaxies intérieures" d'Anise Koltz

Ecrit par Didier Ayres , le Lundi, 25 Novembre 2013. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

Galaxies intérieures, Anise Koltz, ed. Arfuyen, octobre 2013, 10 €

 

Dilatation


Je m’arrête un instant dans ma lecture de ce recueil de poèmes de la poétesse luxembourgeoise Anise Koltz, qui publie un nouveau livre chez le très bon éditeur Arfuyen, pour chercher un équilibre entre les différents sentiments et diverses notions que me donnent les poèmes. Ils sont écrits, on le ressent, au-devant d’une réflexion mature au sujet de notre issue terrestre à tous, plus ou moins brève pour chacun. Oui, je fais une pause pour rassembler mes idées et éclaircir mes pensées. Car c’est bien de la pensée dont il s’agit là, peut-être plus que de langage – même si l’écriture de ce texte est d’une clarté de cristal. Or, pour le cas des idées, il faut se frotter au monde de l’abstraction et ne pas simplement laisser « chanter » le langage. On doit, et je me dois à mon tour, de mener une activité spéculative, et c’est fort plaisant.

Nouvelles d’ados, Collectif, Prix Clara 2013

Ecrit par Valérie Debieux , le Jeudi, 24 Octobre 2013. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

Nouvelles d’ados, Collectif, Prix Clara 2013 en faveur de l’Association pour la recherche en cardiologie du fœtus à l’adulte (ARCFA) de l’hôpital Necker-Enfants malades, Editions EHO, 24 octobre 2013, 128 pages, 10 €

 

Hyperbole, Sombre dessin, Tel un martyr, Le Rouge d’un champ de coquelicots, Vim corpus tulit et Lavi’s Jean. Tels sont les titres de leurs nouvelles, « reflet des préoccupations et des rêves d’une génération : du corps bafoué au cœur brisé, d’une allégorie de la mondialisation aux tribulations d’un drôle de “martyr”. Leur héros – prof de maths sadique, peintre visionnaire, médecin candide ou enfant solitaire – sont aussi insolites que poignants ».

On ne peut que féliciter cette jeunesse talentueuse dont certains, parmi eux, seront, peut-être, les « Goncourt » de demain. Chacun d’eux réussit à captiver, de façon subtile et intelligible, et à entraîner le lecteur dans son monde avec une plume maîtrisée et impeccable. Ils ont tous du rythme, du souffle, et de la gouaille.

Mon sourire pour guérir, Sauvée par un veilleur de vie, Sandra Dal-Maso

Ecrit par Valérie Debieux , le Vendredi, 11 Octobre 2013. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

Mon sourire pour guérir, Sauvée par un veilleur de vie, Sandra Dal-Maso, avec la collaboration de Sophie Adriansen, Editions Max Milo, 10 octobre 2013, 160 pages, 16 €

 

« Tout le monde peut devenir volontaire au don et décider de donner une chance supplémentaire à un malade de guérir »

 

« Vous avez une leucémie, Mademoiselle Dal-Maso ». Sandra a 27 ans quand elle apprend cette terrifiante nouvelle. « […] je ne réalise toujours pas la gravité de la maladie. Dans une semaine ou deux sans doute, grâce aux médicaments, je serai guérie. Il existe plusieurs types de leucémie. Je suis suffisamment optimiste pour ne pas imaginer le pire ».

Mythic 27

Ecrit par Yann Suty , le Jeudi, 03 Octobre 2013. , dans Documents, Les Dossiers, La Une CED

 

27 ÉCRIVAINS ÉCRIVENT 27 LIGNES SUR 27 ARTISTES DISPARUS À 27 ANS, MIS EN IMAGE PAR DES GRANDS ARTISTES D’AUJOURD’HUI


Mythiq 27, Gotham Lab, 196 pages couleurs, 32 €


27 ans serait-il un âge maudit ? La disparition de nombreuses personnalités à cet âge (Amy Winehouse, Janis Joplin, Kurt Cobain, Jim Morrison, Brian Jones, Jean-Michel Basquiat, Jimi Hendrix) a donné naissance au Club 27.

Le nom proviendrait d’un malentendu lors d’un échange entre la mère de Kurt Cobain et l’agence Associated Press, peu après la mort de son fils, lorsqu’elle aurait déclaré : «Maintenant, il est parti et a rejoint ce club stupide. Je lui avais dit de ne pas le rejoindre». Même si elle pense aux artistes fauchés en plein vol, le journaliste entend le chiffre 27. Le Club 27 est né et devient un phénomène planétaire, un mythe.