Identification

Des pierres dans ma poche, Kaouther Adimi

Ecrit par Tawfiq Belfadel 09.12.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Barzakh (Alger)

Des pierres dans ma poche, Kaouther Adimi, Seuil, mars 2016 (éd. Barzakh, Alger, 2015), 178 pages, 16 €

Ecrivain(s): Kaouther Adimi Edition: Barzakh (Alger)

Des pierres dans ma poche, Kaouther Adimi

 

Un pont entre l’Algérie et la France

Des pierres dans ma poche est le deuxième roman de Kaouther Adimi, précédé par L’envers des autres (Actes Sud). Dans ce nouveau roman, la narratrice est une Algérienne trentenaire qui vit à Paris, passant sa vie entre appartement, travail, et discussions avec la « sans-maison » Clothilde. Un jour, elle reçoit un appel de sa mère lui annonçant les fiançailles de sa sœur, moins âgée qu’elle. Désormais, la maman ne cesse de lui répéter cette phrase : il ne reste que toi à marier. Cette nouvelle fait submerger chez la narratrice un essaim de questionnements relatifs à son être et son devenir : pourquoi vivre loin d’Alger, se marier ou rester célibataire, choisir avec minutie l’homme de sa vie ou se caser par tradition avec un inconnu… Ces questionnements affûtent leur urgence et revêtent une dimension existentielle.

« Mes angoisses prennent le contrôle de mon existence. Elles m’assurent qu’il est trop tard… Elles m’agressent » (p139).

La jeune fille est alors envahie de sentiments divers et contradictoires : la joie de revoir Alger, le rêve d’être une maman, les doutes relatifs au mariage, le poids de la solitude, l’amertume de l’exil, le mystère des choix, la peur du futur… En attendant le jour du retour au pays natal, elle bâtit par des pierres de souvenirs un pont entre Paris et Alger, faisant rouler chaque instant le rocher de ses angoisses.

Le roman ralentit le jour du retour, insérant çà et là des séquences antérieures souvent nourries d’humour et d’ironie. Dans ce roman réaliste, Kaouther Adimi peint la condition de ceux qui vivent à la lisière de deux géographies, deux cultures : la France et l’Algérie.

« Je suis une barre médiane qui n’arrive pas à trouver une barre à laquelle s’accrocher en toute confiance » (p.83).

Alors cet entre-deux est un enrichissement ou un déchirement ? Quel remède pour apaiser l’appel d’une Algérie difficile à quitter ?

 

Tawfiq Belfadel

 


  • Vu : 1502

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Kaouther Adimi

 

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi a fait des études de lettres en Algérie avant de venir à Paris pour les poursuivre. Ses premières nouvelles ont été distinguées par le prix du jeune écrivain francophone de Muret (2006 et 2008) et elle a écrit une très belle nouvelle, Le sixième œuf, pour le recueil collectif Alger, quand la ville dort (Barzakh, décembre 2010). Des ballerines de papicha (Barzakh, juin 2010) ; L’envers des autres (Actes sud, mai 2011) est son premier roman.

 

A propos du rédacteur

Tawfiq Belfadel

Lire tous les textes de Tawfiq Belfadel

 

Jeune écrivain algérien de langue française, auteur de Kaddour le facebookiste (éd. Edilivre). A suivi des études de Lettres à l’université de Mostaganem.