Identification

D’Images et de bulles (5) : Amazigh

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas le 16.06.14 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

D’Images et de bulles (5) : Amazigh

 

 

Amazigh, itinéraire d’hommes libres, Mohamed Arejdal et Cédric Liano, Steinkis, avril 2014, 160 pages, 18 €

 

Récit d’une expérience rude, parfois déshumanisante, ce roman graphique nous confronte avec le parcours des clandestins, candidats vers un ailleurs plein d’espoirs et de promesses. Il relate plus précisément l’aventure de l’artiste Mohamed Arejdal accompagné de deux de ses amis. Désireux de rendre fiers ses parents, de revenir au pays auréolé par la réussite et l’argent gagné, à défaut de réussir à l’école, Mohamed risque tout : ses économies – enfin plutôt celles de son père –, sa vie, son intégrité.

Après les multiples atermoiements des passeurs, des jours à attendre sans manger ni boire, le voilà en terre promise aux Canaries. Mais le rêve vire rapidement au cauchemar : si près du but, il échoue à retrouver le seul contact susceptible de l’aider. Les coups durs s’enchaînent : privations, interrogatoire, prison. Son âge le prive de la chance d’être pris en charge dans un centre pour mineurs et de pouvoir suivre des études sur place. Mohamed s’échappe alors, gagnant la reconnaissance de ses compagnons d’infortune, mais il est repris et expulsé.

Au-delà du témoignage du migrant, juste et sans complaisance, se révèle une figure touchante et fière de l’artiste qui se révèle dans des conditions extrêmes et rudimentaires. Emprisonné, Mohamed trouve de quoi dessiner et se livre à son activité à corps perdu. Il y trouvera l’issue qu’il croyait perdue à jamais : c’est dans son propre pays qu’il reprendra des études et se formera aux Beaux-Arts.

Le voilà réellement devenu un « homme libre », « amazigh » ainsi que se définissent les Berbères.

Cédric Liano donne à ce récit-témoignage en noir et blanc toute sa richesse, à travers une narration efficace et un rythme soutenu. Dans la composition choisie, il parvient à montrer l’isolement de son personnage qui se détache toujours de ce qui l’entoure, d’un fin trait de feutre noir, révélant ses émotions. Le lavis crée une ambiance pesante, nocturne, développant les nuances, plutôt que les contrastes, des lieux et des problématiques exposées. La BD stylisée qui entrecoupe le récit principal intrigue puis prend toute sa saveur dans les pages finales où le parcours de Mohamed en tant qu’artiste se déploie.

A la fois documentaire et récit d’apprentissage, Amazigh révèle le parcours de deux artistes : celui de Mohamed Arejdal, le migrant revenu en son pays, et, en filigrane, celui de Cédric Liano le témoin et le passeur d’histoires.

 

Myriam Bendhif-Syllas

 

Mohamed Arejdal est né en 1984 au Maroc. Après une traversée clandestine vers les Canaries, refoulé sur le sol marocain, il reprend des études et intègre l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan. Il développe depuis ses projets artistiques et installations autour de la figure de l’Autre.

Cédric Liano est né en 1984. Après des études de bande dessinée en Belgique et plusieurs expériences de microéditions, il part enseigner la BD à Tétouan où il rencontre Mohamed Arejdal. Il décide de relater le récit de ce dernier dans un roman graphique.

 

  • Vu: 1897

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.